Une lutte interne semble être l’origine de l’absence de décision quant au futur technicien bavarois. Hoeness et Rummenigge s’opposent et cet épisode met en évidence les problèmes de gouvernance tout en haut du géant de Bavière. Beckenbauer n’est plus là et depuis le retour d’Hoeness, de divergences patentes pointent entre les 2 hommes forts sur Bayern sur la politique et la stratégie.5 pistes : Tuchel (libre) mais qui doit percevoir avec beaucoup d’amertumes qu’il ne fait pas l’unanimité malgré le soutien de Kalle ; Van Gaal (libre aussi) mais qui n’a pas laissé que de bonnes impressions même s’il saurait remettre de l’ordre ou faire imploser ce qui reste du groupe ; Nagelsmann (Hoffenheim) le favori de Hoeness malgré son inexpérience des grands clubs et une inconnue (capacité à gérer des stars, à 30 ans) et Lucien Favre (Nice) qui a l’expérience, et qui parle allemand.

La dernière piste mène à Luis Enrique (libre) et ancien successeur de Guardiola au Barça

Le successeur d’Ancelotti devrait être un de ceux là, sauf surpris : avec un intérim pour la saison. La raison ferait pencher pour Tuchel, puis Favre. Van Gaal et Nagelsmann, ce serait encore vouloir jouer au petit chimiste alors que l’institution a urgemment besoin de calme et de sérénité. La direction a 2 têtes doit faire un choix, et le bon cette fois, après l’erreur de casting (inadapté au Bayern et à la culture allemande) Ancelotti, tout en respectant l’homme et son palmarès.

%d blogueurs aiment cette page :