Aller au contenu

Welcome to FCBayern Forum
Register now to gain access to all of our features. Once registered and logged in, you will be able to create topics, post replies to existing threads, give reputation to your fellow members, get your own private messenger, post status updates, manage your profile and so much more. If you already have an account, login here - otherwise create an account for free today!
Photo

Le côté obscur du football


Ce sujet a été archivé. Cela signifie que vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.
3 réponses à ce sujet

#1
Wunderbern

Wunderbern

    Modérateur

  • Members
  • PipPipPip
  • 3 840 messages

Ce n'est pas nouveau, le football, ce n'est pas que des buts magnifiques, des dribbles de génie et des tacles d'anthologie. Ce sont aussi des joueurs/dirigeants/entraîneurs qui cognent ou violent des femmes, qui fraudent le fisc, qui provoquent des accidents mortels, qui tabassent un pauvre clampin dans une boîte de nuit, qui se chargent comme des mules (que ce soit pour le fun ou pour booster leurs capacités physiques)... et des clubs qui sentent le soufre!

 

Evidemment, ce sont un peu tous les points négatifs mélangés et certains sont bien plus graves que d'autres mais j'aimerai avoir l'avis du forum dessus. La question est de savoir si cela vous choque et change votre vision sur ce sport, si cela vous est égal ou je ne sais pas, si pour vous, cela fait partie du folklore du football comme les flingues et les bombasses aux seins refaits font partie du gangsta rap.

 

The Dark Side of the Football, c'est le topic des Pink Floyd!



#2
Kast38

Kast38

    Modérateur

  • Moderators
  • 4 762 messages

Il y a un cote obscur dans chaque activite humaine et le football n'y echappe pas. Le football a simplement une caisse de resonnance plus forte car apprecie par la moitie de la population mondiale. Je ne pense neanmoins pas qu'il faille mettre les footballeurs en exemple. Les artistes ont-ils un devoir d'exemplarite ? Je ne crois pas. L'exemplarite et le respect des regles est un steak que l'on donne au peuple pour bien se comporter car toute deviation sera durement sanctionne. Selon moi, l'integrite d'un individu est inversement proportionnel a sa place sur l'echelle sociale. Plus on monte et plus on peut etre moralement deviant car on sait qu'on est protege, ce que les invidivus en bas de cette meme echelle sociale n'ont pas. 

 

Des jeunes qui partent en centre de formation jeune, qui sont tout le temps dans la competition et qui recoivent un enorme salaire a 20 ans, il faut etre sacrement bien entoure et mature pour pas peter un cable. 



#3
Wunderbern

Wunderbern

    Modérateur

  • Members
  • PipPipPip
  • 3 840 messages

Il y a un cote obscur dans chaque activite humaine et le football n'y echappe pas. Le football a simplement une caisse de resonnance plus forte car apprecie par la moitie de la population mondiale. Je ne pense neanmoins pas qu'il faille mettre les footballeurs en exemple. Les artistes ont-ils un devoir d'exemplarite ? Je ne crois pas. L'exemplarite et le respect des regles est un steak que l'on donne au peuple pour bien se comporter car toute deviation sera durement sanctionne. Selon moi, l'integrite d'un individu est inversement proportionnel a sa place sur l'echelle sociale. Plus on monte et plus on peut etre moralement deviant car on sait qu'on est protege, ce que les invidivus en bas de cette meme echelle sociale n'ont pas. 
 
Des jeunes qui partent en centre de formation jeune, qui sont tout le temps dans la competition et qui recoivent un enorme salaire a 20 ans, il faut etre sacrement bien entoure et mature pour pas peter un cable.

Le problème, c'est que ce n'est plus vraiment possible d'échapper à cette "exemplarité". A une époque, oui. Les médias étaient moins imposants, il n'y avait pas Internet et tous les moyens de communication. Et le football n'était un business si important. Avant, un footballeur, c'était juste un footballeur: un mec doué en sport mais pas forcément une lumière ou quelqu'un de spécial en dehors de son sport. En fait, il ne servait pas à grand chose, à part valoriser son sport ou un espèce de "coté" un peu cocardier. Avant les années 90, à part pour vanter les mérites d'une boisson sucrée (comme Platini par exemple) ou d'une paire de crampons, les footballeurs étaient rarement utilisés dans la publicité. Désormais, il sert un peu à vanter tout et n'importe quoi: des produits cosmétiques, des vêtements, des sous-vêtements, des téléphones portables, des valeurs (le racisme c'est pas bien) et même des pneus (Hildebrandt... pourtant loin d'être le plus connu de gardiens allemands)... disons qu'il est un peu plus qu'un footballeur, disons une espèce de star, à mi-chemine entre le super-héros et le top model. Du coup, médias aidant, tout ce qu'il fait est décrypté, observé, jugé.

 

Les footballeurs d'avant n'étaient pas forcément plus recommandables mais au fond, leur vie privée ou leurs travers n'intéressaient pas grand monde et les médias n'étaient pas assez omniprésents pour que tout se sache. Un Anelka qui se lâche sur son sélectionneur et cela fait la Une des journaux. Pourtant, ce ne doit pas être la première fois que des noms d'oiseaux fusent dans un vestiaire mais rien ne filtrait. De nos jours, c'est un business. Prends So Foot, près de 90% de leurs brèves sont des potins ou des bruits de couloirs qui n'ont pas grand chose à voir sur ce qui se passe sur le terrain. Mais comment faire son quota quotidien d'articles sans parler de trucs aussi futiles (mais quand même vendeurs)? Il n'y a pas toujours des matchs à commenter, des joueurs à présenter ou des tactiques à décrypter. Il reste les potins et les à-côtés. Et le pire, c'est que le système des réseaux médiatiques est tel que les joueurs eux-mêmes entretiennent cela grâce à Twitter, Instagram and co... On est dans l'immédiateté totale.

 

Après, malgré tout, je pense - bon je l'ai déjà dit - que les gens s'en fichent un peu au fond: cela fait partie du show et puis, une info chasse l'autre. Il y a un peu ce côté cynique, ce côté "on ne nous la fait pas". Tout le monde sait que là où il y a du pognon, il y a des trucs dégueux: du sexe, de la drogue et des entourloupes. Disons que c'est un peu comme la politique quoi: peu de gens voit cela de manière naïve. Pour tout le monde, c'est un peu "tous des pourris". Du coup, on est choqué parce qu'il faut quand même être choqué, puis bon, il y a match ce week-end et on zappe... C'est pour ça que des mecs comme Uli reviennent presque sans que personne ne s'émeuve trop ou que des mecs comme Messi sont condamnés pour avoir frauder sans que personne ne le vilipende sur la place publique. Alors qu'en fait, dans un sens, on le devrait...

 

Disons que ce qui me gêne surtout, c'est que le football, ce n'est pas juste un spectacle pour personnes majeures et vaccinées. C'est aussi un truc qui fait rêver les gosses. Un Messi qui fraude, un Uli qui fraude, un Coman qui frappe sa femme (même je doute qu'il bénéficie d'une si grosse popularité), un autre qui se dope... ben c'est quand même une sale image que l'on donne au football. Comment expliquer à des gosses que voler ou frapper une femme (ou pire) c'est mal alors que les stars le font. Alors bien sûr, c'est dur d'avoir un devoir d'exemplarité, alors qu'en fait, on est juste un mec qui frappe dans un ballon mais l'époque le veut: il y a 20 ou 30 ans, on pouvait être une belle ordure, ça restait en off maintenant ce n'est plus possible.



#4
Bayernvador

Bayernvador

    Membres d'honneur

  • Members
  • PipPipPip
  • 174 messages

Le problème, c'est que ce n'est plus vraiment possible d'échapper à cette "exemplarité". A une époque, oui. Les médias étaient moins imposants, il n'y avait pas Internet et tous les moyens de communication. Et le football n'était un business si important. Avant, un footballeur, c'était juste un footballeur: un mec doué en sport mais pas forcément une lumière ou quelqu'un de spécial en dehors de son sport. En fait, il ne servait pas à grand chose, à part valoriser son sport ou un espèce de "coté" un peu cocardier. Avant les années 90, à part pour vanter les mérites d'une boisson sucrée (comme Platini par exemple) ou d'une paire de crampons, les footballeurs étaient rarement utilisés dans la publicité. Désormais, il sert un peu à vanter tout et n'importe quoi: des produits cosmétiques, des vêtements, des sous-vêtements, des téléphones portables, des valeurs (le racisme c'est pas bien) et même des pneus (Hildebrandt... pourtant loin d'être le plus connu de gardiens allemands)... disons qu'il est un peu plus qu'un footballeur, disons une espèce de star, à mi-chemine entre le super-héros et le top model. Du coup, médias aidant, tout ce qu'il fait est décrypté, observé, jugé.

 

Les footballeurs d'avant n'étaient pas forcément plus recommandables mais au fond, leur vie privée ou leurs travers n'intéressaient pas grand monde et les médias n'étaient pas assez omniprésents pour que tout se sache. Un Anelka qui se lâche sur son sélectionneur et cela fait la Une des journaux. Pourtant, ce ne doit pas être la première fois que des noms d'oiseaux fusent dans un vestiaire mais rien ne filtrait. De nos jours, c'est un business. Prends So Foot, près de 90% de leurs brèves sont des potins ou des bruits de couloirs qui n'ont pas grand chose à voir sur ce qui se passe sur le terrain. Mais comment faire son quota quotidien d'articles sans parler de trucs aussi futiles (mais quand même vendeurs)? Il n'y a pas toujours des matchs à commenter, des joueurs à présenter ou des tactiques à décrypter. Il reste les potins et les à-côtés. Et le pire, c'est que le système des réseaux médiatiques est tel que les joueurs eux-mêmes entretiennent cela grâce à Twitter, Instagram and co... On est dans l'immédiateté totale.

 

Après, malgré tout, je pense - bon je l'ai déjà dit - que les gens s'en fichent un peu au fond: cela fait partie du show et puis, une info chasse l'autre. Il y a un peu ce côté cynique, ce côté "on ne nous la fait pas". Tout le monde sait que là où il y a du pognon, il y a des trucs dégueux: du sexe, de la drogue et des entourloupes. Disons que c'est un peu comme la politique quoi: peu de gens voit cela de manière naïve. Pour tout le monde, c'est un peu "tous des pourris". Du coup, on est choqué parce qu'il faut quand même être choqué, puis bon, il y a match ce week-end et on zappe... C'est pour ça que des mecs comme Uli reviennent presque sans que personne ne s'émeuve trop ou que des mecs comme Messi sont condamnés pour avoir frauder sans que personne ne le vilipende sur la place publique. Alors qu'en fait, dans un sens, on le devrait...

 

Disons que ce qui me gêne surtout, c'est que le football, ce n'est pas juste un spectacle pour personnes majeures et vaccinées. C'est aussi un truc qui fait rêver les gosses. Un Messi qui fraude, un Uli qui fraude, un Coman qui frappe sa femme (même je doute qu'il bénéficie d'une si grosse popularité), un autre qui se dope... ben c'est quand même une sale image que l'on donne au football. Comment expliquer à des gosses que voler ou frapper une femme (ou pire) c'est mal alors que les stars le font. Alors bien sûr, c'est dur d'avoir un devoir d'exemplarité, alors qu'en fait, on est juste un mec qui frappe dans un ballon mais l'époque le veut: il y a 20 ou 30 ans, on pouvait être une belle ordure, ça restait en off maintenant ce n'est plus possible.

Une précision, la fraude d'Uli n'était pas footballistique mais saucissesque.