Il conviendra d’analyser les raisons de ce résultat à Paris qui confirme les difficultés de ce Bayern version Ancelotti 2. Nuls doutes que le staff bavarois saura décortiquer les raisons de cet échec, en mettant le doigt sur ce qui ne fonctionne pas/plus. S’il est trop tôt pour parler de fin de cycle ou de stratégie perdante (transferts), il convient également de ne pas oublier que si le PSG était au complet, le Bayern comptait de nombreux absents :

Blessés : Neuer / ménagés : Boateng Robben Ribéry / choix de l’entraineur : Hummels soit 50% des titulaires de la saison dernière !

Si on ajoute à ces absences (le Bayern jouait sans sa charnière centrale type Boateng/Hummels) l’intégration de plusieurs nouveaux joueurs (Süle, Tolisso, James), et la transition forcée de « Robbery », le Bayern n’était pas à armes égales à Paris : un gardien fragilisé et une défense remaniée, c’est était trop pour lutter efficacement contre les fusées parisiennes , jeunes, vives et rapides

 

 

%d blogueurs aiment cette page :