Le 11 décembre 2018, le Bayern Munich s’est retrouvé confronté au charme du tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Après avoir terminé à la deuxième place de leur groupe, les Bavarois pouvaient tomber sur le FC Barcelone, Liverpool ou encore les deux équipes de Manchester. Le destin en a voulu autrement, et a plutôt récompensé les Munichois qui vont défier le Besiktas Istanbul qui n’a jamais été aussi loin en Ligue des Champions.

S’agit-il d’une occasion en or, ou d’un cadeau empoisonné ? Pour ceux qui ne connaissent pas encore les Aigles Noirs, nous allons vous montrer que le Bayern doit tout de même faire attention à ne pas tomber dans le piège de la facilité. Après ça, les dés seront jetés le 21 février prochain – date avant laquelle vous pourrez miser sur ce match de Champions League en passant via le site de pari sportif belge : https://www.pronostiquer.be/. De nombreux paramètres sont d’ailleurs à prendre en considération avant de valider vos paris sportifs sur ce match décisif.

Connaissez-vous parfaitement le Besiktas ?

Le championnat de Turquie est plutôt bien côté en Allemagne, et beaucoup d’entre vous connaissent sans doute déjà la réputation du Besiktas. Si ce n’est pas le cas, nous vous invitons à découvrir ci-dessous ce club où la passion pour le football dépasse tout entendement.
Fondé en 1903, le club de Besiktas fait partie des plus populaires en Turquie avec ses rivaux historiques de Galatasaray et du Fenerbahçe. D’ailleurs, ces rencontres sont diffusées dans le monde entier et attirent de nombreux amateurs de foot qui adorent particulièrement ces ambiances survoltées. Si l’on regarde les différents palmarès, le Besiktas fait moins bien que ses rivaux avec seulement 15 titres de Süper Lig contre 21 pour Galatasaray et 19 pour le Fener. Néanmoins, les Aigles Noirs ont remporté deux championnats consécutifs en 2016 et en 2017.

Un effectif de qualité sur le papier

Ce n’est pas un hasard si le Bayern Munich se retrouve sur la route des Turcs du Besiktas. En effet, les récents succès du club d’Istanbul ont attiré quelques joueurs importants sur la scène européenne. De quoi construire une équipe armée pour défier les plus gros en Ligue des Champions.
La défense du Besiktas est d’ailleurs composée de trois anciens « rocs » du championnat espagnol. Avec Pepe, Medel et Adriano, Istanbul n’a encaissé que 5 buts lors de la phase de poule de Champions League. Leur milieu de terrain est aussi composé de joueurs très techniques tels que Quaresma, Özyakup, Lens et Talisca. Seule ombre au tableau, le meilleur buteur du Besiktas est parti cet hiver du côté d’Everton en Angleterre. Sans Cenk Tosun, les Aigles Noirs devraient aligner Negredo à la pointe de l’attaque.

All-in sur la Champions League ?

Du côté du championnat de Süper Lig, le Besiktas est encore bien loin de réaliser le triplé. Distancés de 5 points par le Galatasaray, les Aigles Noirs se retrouvent à la 4ème place du classement à la mi-saison. Beaucoup de matchs nuls sont venus assombrir les 10 victoires du club de la capitale.
C’est pourquoi, le Besiktas va sans doute se concentrer sur la Champions League. Depuis la refonte de la Ligue des Champions, jamais les Turcs n’avaient été aussi loin dans la compétition. Ceci est notamment dû à leur parcours exemplaire en phase de poule. Invaincus face à Porto, Leipzig et Monaco, les joueurs du Besiktas pourraient donc embêter le Bayern sur les deux rencontres à venir.

que devient le Besiktas depuis sa double confrontation contre le Bayern ?Les Turcs n’ont finalement pas fait le poids face au Rekordmeister, s’inclinant 5-0 à l’Allianz Arena et 3-1 sur leur propre terrain. La suite de la saison n’a guère été plus satisfaisante puisque les Turcs ont fini 4ème de leur championnat, les privant d’une qualification pour la Ligue des Champions.
L’émergence d’Istanbul Buyuksehir, le club cher au président Erdogan et qui a terminé 3ème, contrarie forcément l’hégémonie des trois grands clubs turcs. Istanbul BB est d’ailleurs le leader du championnat cette saison, ayant enregistré des recrues phares (Robinho, Adebayor, Turan, Elia) tandis que le Besiktas végète à la 6ème place.

Si les Aigles Noirs ont pu enregistrer l’arrivée de Burak Yilmaz, de Domagoj Vida, d’Adem Ljajic voire du gardien malheureux de la dernière finale de C1 Loris Karius, le club est surtout en proie à de sérieux problèmes financiers. Pour preuve, Pepe, pourtant très apprécié des supporters stambouliotes, a dû résilier son contrat afin d’épargner son salaire imposant aux dirigeants. Fait plutôt rare, l’ancien joueur du Real Madrid a tenu à payer le mois de salaire d’une bonne partie des salariés du club qui demeuraient dans l’incertitude au vu de la situation financière du Besiktas, notamment les cuisiniers et les jardiniers.
Ce geste de grande classe n’altère pas les interrogations des supporters sur le contexte actuel du club : mais où est passé l’argent ? Avec deux titres consécutifs en Super Lig, des qualifications successives en Ligue des Champions et même la vente de Tosun pour 20 millions à Everton, la question mérite d’être posée… Le seul motif de satisfaction des Stambouliotes cette saison, c’est que le grand rival du Fenerbahce fait encore pire avec une inquiétante 14ème place (sur 18) à seulement 3 points de la lanterne rouge.

%d blogueurs aiment cette page :