FCBayern-fr

Forum

2013 vs 2020
 

2013 vs 2020

Page 3 / 3
Flowman
(@flowman)
Estimable Membre

+1

Mention spéciale à Goretzka qui a tout pour lui, sauf du charisme. Je le trouve assez peu attachant, malgré un niveau phénoménal et un profil hautement nécessaire au Bayern. 

Après AS le fait remarquer, l'équipe est très très jeune et les joueurs vont forcément changer. Hâte de voir ce que ca va donner.

RépondreCitation
Posté : 12 novembre 2020 18:33
roter baron
(@roter-baron)
Noble Membre

Gnabry niveau "gueule", j'aime bien ... mais je parle de son style! Sa petite moustache, sytle 70's. D'ailleurs Kimmich si il pouvait se laisser repousser. Ca lui donnait un style sympa aussi 😀 

Sinon ce que je trouve intéressant c'est aussi les histoires différentes entre 2013 et 2020. En fait, quand j'y pense, j'ai même envie de dire que 2020 c'est l'opposé de 2013 sur tous les points ou presque! 

2013 c'est surtout l'aboutissement du projet commencé par van Gaal, et porté à maturité par Heynckes. Quand ce dernier arrive, on fait un recrutement XXL pour compléter le projet. Cela marche mais le final est malheureux avec la finale à domicile. Ensuite on recrute pour corriger les lacunes ,et bam bingo! En plus 2013 c'est aussi l'aboutissement de la carrière de certains joueurs. Lahm, Schweinsteiger, Robben, Ribery ... ces fameux losers éternels. Il y a donc un côté "on y est arrivé à force de travail". Sans compter le côté affectif de les avoir vu se développer et grandir (en tt cas pour moi qui suis de leur génération).

A contrario, 2020 c'est le triomphe de l'improvisation. On est nul en début de saison, certains joueurs sont entre 2 je vais dire  (pas des cadres, pas des mitlaufers). Kovac est viré, Flick arrive. Le covid arrive. Tout est bousculé, on enchaine les matchs, des joueurs se révèlent (Goretzka!), on a pas le temps de réaliser. Bam on a le triplé en mode improvisation presque totale.

Bref, 2 histoires qui n'ont rien à voir!

Je ne suis pas sur que Heynckes aurait pu gérer 2020 comme Flick l'a fait. Bon probablement, car il l'a presque fait après Ancelotti. Mais le coté finale 8, Flick c'est son métier avec la NM. A l'inverse, Flick préparer une équipe sur le long terme comme ça, il doit encore prouver qu'il peut le faire.

Mais du coup tout cela est fort intéressant

RépondreCitation
Posté : 12 novembre 2020 18:33
asmadcityac
(@asmadcityac)
Noble Membre

@RB: Franchement, ton analyse est excellente. C'est exactement ça. Deux sommets atteint de manière totalement différente. Une où c'est l'aboutissement d'un travail de plusieurs années et l'autre où l'on fait n'importe quoi mais l'on arrive à retomber sur nos pattes avec des ajustements de dernières secondes et des circonstances improbables.

Quand tu dis que tu n'es pas certain qu'Heyckness aurait pu gérer 2020, moi je pense qu'il aurait eu du mal. La reprise après Ancelotti est quand même relativement différente car il récupère une équipe qui est sensiblement la même que celle qu'il avait laissée, dans le sens où les cadres sont plus ou moins les mêmes. En revanche l'équipe de 2020 est totalement différente et je trouve que Flick a su insuffler un côté fou fou au jeu du Bayern qui correspond bien à la gestion ubuesque du mercato. Heykcness, c'était un jeu très carré malgré tout et Guardiola aussi malgré un jeu qui lui est propre, c'était aussi un schéma assez stéréotypé. Dans le jeu de Flick, il y a un côté beaucoup plus débridée. Il y a plus de mouvements et d'échanges de postes, un côté plus foot de rue quelque part. L'équipe peut marquer de plusieurs manières différentes et l'on sent que les joueurs jouissent d'une très grande liberté dans leurs fonctions.

 

@Angelus: Le football a changé certes, mais je trouve que pour retrouver des mentalités moins polissées, il faut revenir encore quelques années en arrière. La génération Robbery, Schweini, c'est très loin de la mentalité de celle des Mattahaus. D'ailleurs, tu illustres la mentalité de Schweini par sa carrière en dent de scie, ça n'a rien à voir. Alors oui l'histoire est attachante quand elle est terminée et qu'on connaît la fin heureuse, mais franchement, c'est largement plus intéressant d'avoir des joueurs qui dès le départ sont au top niveau et le reste. Quant à Robben, tu peux sortir une ou deux histoires, mais c'était un joueur qui ne faisait pas de vagues en dehors de son jeu. C'est d'ailleurs aussi quelque chose que j'apprécié énormément. Pas de twitt, pas d'histoire de moeurs etc...Que du football. Et en ce sens, Gnabry semble être dans cette lignée.

Ce message a été modifié Il y a 11 mois parasmadcityac
RépondreCitation
Posté : 13 novembre 2020 08:55
Angelus
(@angelus)
Noble Membre

Je me suis mal exprimé, je parle de personnalité pas forcément de caact?ere dans le genre alpha-mal/casse-***** qui limiterait un brin la chose. Je trouve que maintenant, tout est quasi sous-contrôle. Les gens sont interchangeables, d'accord Gnabry c'est cool, il fait pas d'histoire, il est propre sur lui mais c'est quoi la différence avec Goretzka ou encore avec Süle ? C'est les "mêmes". Je demande pas à ce qu'ils cassent des chambres d'hôtel, mais je sais pas, je trouve qu'il y'a moins de fraicheur. 

Et je suis pas d'accord. Schweini, c'est une icone du club aussi parce qu'il a tout traversé. Sa cote de popularité, elle vient aussi de là. Mais c'est le foot qui change aussi, maintenant pas droit à l'erreur ou presque, tout va plus vite, le cirque autours est plus grand et plus observé - les médias, et les réseaux sociaux ont changés la donne. 

RépondreCitation
Début du sujet Posté : 13 novembre 2020 13:30
asmadcityac
(@asmadcityac)
Noble Membre

J’ai jamais dit que schweini n’était pas une icône du club pour les raisons que tu cites, je prétends en revanche que s’il avait atteint directement et plus durablement son pic, il n’aurait pas été moins une icône. Ce qui renforce son statut d’icône, c’est le fait d’avoir été formé au club aussi. Cependant, je pense qu’un Kimmich qui ferait toute sa carrière au Bayern avec son haut niveau et avec les trophées qui continuent de pleuvoir, il sera plus haut que schweini dans le hall of fame. Même si ces places dépendent de l’affect de chacun. 

En revanche, quand tu dis que Kimmich, Gnabry et süle ce sont les mêmes, je ne suis pas d’accord. Kimmich c’est une grande gueule. Il l’a ouvert sur et en dehors du terrain. Ce n’est pas du tous le cas des deux autres. Rappelle toi qu’il n’y a qu’à remonter quelques mois sur ce forum, pour trouver la majorité des membres demander à ce que Kimmich la ferme un peu plus. De manière vulgaire, je dirais qu’on pensait même tous qu’il avait tendance à peter plus haut que son cul. Avec le triplé son statut a clairement changer. Quelque part, il pourrait arrêter sa carrière maintenant qu’il serait déjà dans tous les esprits des supporters bavarois. 

RépondreCitation
Posté : 13 novembre 2020 15:07
Wunderbern
(@wunderbern)
Prominent Membre

+1 avec Roter. 

2013, on pourrait presqu'en faire un film. 2020 mouais... c'est presque trop bof. 0 dramaturgie. On se cogne un adversaire pas sexy du tout en finale et un buteur encore moins. Plus le côté porte nawak du licenciement de Kovač, le Covid, un Barça qui est aussi dangereux que la 7ème compagnie...

Bref...

RépondreCitation
Posté : 13 novembre 2020 15:18
Angelus
(@angelus)
Noble Membre

Adidas en avait fait une publicité, avec Schweini. Comme quoi faut jamais laisser tomber, etc. 

RépondreCitation
Début du sujet Posté : 13 novembre 2020 17:46
asmadcityac
(@asmadcityac)
Noble Membre
Posté par: @angelus

Adidas en avait fait une publicité, avec Schweini. Comme quoi faut jamais laisser tomber, etc. 

C’était juste à cause du penalty raté en 2012 et la victoire l’année suivante. C’était tout écrit ça. 

RépondreCitation
Posté : 14 novembre 2020 10:37
roter baron
(@roter-baron)
Noble Membre

Cest le moto de Kahn aussi. Niemals aufgeben! Immer weiter !!!

RépondreCitation
Posté : 14 novembre 2020 13:08
KaiserFranz
(@kaiserfranz)
Honorable Membre

Le Bayern était déjà au dessus avant la crise Covid. Ensuite c'est le club qui a le mieux géré la pause, la reprise et le rush final sur tous les plans.

Pour ça on peut féliciter Flick et le staff. Du coup, arriver au final 8 avec l'équipe au complet et au top, ben ça change tout et ça rééquilibre le karma pour toutes les fois où ça n'a pas été le cas en saison régulière depuis 7 ans. 

2013 est un aboutissement. 2020 le début glorieux d'une possible domination. Gagner tous ses matches d'UCL et poursuivre la série l'année suivante pour en être à 14 victoires à la suite, c'est du jamais vu.

Alors on peut dire ce qu'on veut, mais dans la décennie 2010 on fait 4 finales de LDC, dont deux campagnes où on raffle tous les trophées. Alors on a moins de recul sur 2020 que sur 2013 où on magnifie un peu le souvenir, mais vous verrez que dans quelques années, on regardera 2020 comme une cuvée légendaire. 

RépondreCitation
Posté : 18 novembre 2020 21:51
Page 3 / 3

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More