Lewandowski : 200 et 201

Lewandowski : 200 et 201

Contre Dortmund, Lewandowski atteint les 200 et 201e but de sa carrière. « Cela compte beaucoup pour moi. Je n’avais jamais pensé pouvoir marquer autant de buts en Bundesliga », a t il déclaré.

il arrive donc dans le top 5 de la bundesliga, devant lui il y a quand meme des beaux noms comme Gerd Müller (365 buts), Klaus Fischer (268), son ancien entraîneur Jupp Heynckes (220) et Manfred Burgsmüller (213). « Je suis très fier de faire partie de ce club de cinq joueurs », a t il indiqué.

« Nous avons gagné aujourd’hui, mais nous n’avons qu’un point d’avance sur Dortmund. Nous remporterons le titre si nous remportons tous nos matchs »

 

Bayern atomise le Borussia

Bayern atomise le Borussia

Le Bayern a écrasé le Borussia Dortmund lors du Klassiker sur le score de 5 à 0

il ne fallait pas rater la première mi temps, car le Bayern en a mis 4, avec des buts de Mats Hummels (10e), Robert Lewandowski (17e), Javi Martinez (41e) et Serge Gnabry (43e). Et cela aurait pu être plus lourd si le gardien borussien n’avait pas été là.

La seconde mi temps, fut pareil, le Bayern continue a pousser mais les jaunes, ont serrés un peu plus mais Lewandowski reussissa à marqué le 5eme juste avant la fin de match.

Le Bayern reprend donc la tête du championnat devançant leur adversaire du jour d’une longueur.

Chronique de Pack’mas Minga : Vent de terreur sur le Klassiker

Chronique de Pack’mas Minga : Vent de terreur sur le Klassiker

On lance le Klassiker !

Pourquoi ? Simplement parce que le match de ce weekend n’est aucunement intéressant et que les nombreux commentaires (haineux, notamment en l’encontre de Kovac) ne feraient que relancer un débat fait de nombreuses fois.

À vrai dire, le résultat de ce weekend était prévisible. Rotations, formes aléatoires des internationaux, manque de rythme des remplaçants… tous les ingrédients étaient réunis pour nous offrir un bon gros nul et pour paraphraser Kovac « Nous n’avons pas su faire ce que nous avions prévu ».

L’avantage de ce match nul, c’est que le Bayern se retrouve plus que jamais dans l’obligation de gagner et donc avec un surcroît de pression sur les épaules.
La dramaturgie et la peur liées à la défaite dans ce Klassiker sont donc considérablement augmentées. C’est bon pour le spectacle, la Bundesliga et aussi pour le processus de reconstruction du Bayern Munich.

Les grandes manœuvres lancées par la direction, ce Klassiker permettra donc d’être LE GROS TEST pour cette équipe. Kovac devra donc sur ce match exploiter l’ensemble de ses capacités et ainsi prouver aux plus indécis qu’il peut être l’homme de la situation et de l’avenir. Pour citer Jürgen Klopp, il devra enfin « trouver le moyen de passer son discours et tirer les joueurs vers leur maximum ». Car oui il faut le reconnaître nous n’avons pas pu voir un schéma et des joueurs à fond en même temps cette saison.
Dans un second temps les joueurs seront eux-aussi, comme toujours, évalués. Certains devront se montrer car leur sort semble déjà scellé, si on accorde du crédit aux rumeurs récentes, et certains pour inscrire un peu plus leur nom dans la légende: Lewandowski.

Si l’on s’attarde sur le 9 Bavarois, il est particulièrement savoureux de l’imaginer passer la barre symbolique des 200 buts en Bundesliga dans un Klassiker décisif pour le titre et en plus comme chacun le sait contre son ancien club. Ce dernier point est un peu la cerise sur le gâteau plein de promesses.

Quoi qu’il arrive, ce match sera l’occasion de faire une première évaluation du travail restant à accomplir. Si certains déplorent la faiblesse du Bayern 2018/19, il est bon de se rappeler que cette équipe est en fin de cycle et que, malgré son incapacité a écraser la Bundesliga, elle aura au moins réussi à se créer une belle porte de sortie qui s’apparente un peu à un dernier baroud d’honneur.

Le grand dénouement se rapproche et, quoi qu’il arrive, soyons derrière l’équipe. Cette saison, nous devons plus que jamais démontrer que l’on peut être meilleurs que nos « meilleurs ennemis ». Si certains Borussen lisent ces lignes, comme pour mes confrères bavarois, je vous souhaites un très bon Klassiker !

Suivre la page facebook de Pack’mas Minga

Chronique de Pack’mas Minga : La preuve par 3

Chronique de Pack’mas Minga : La preuve par 3

Chères lectrices, chers lecteurs, nous allons cette semaine faire écho à la chronique de jeudi dernière « La conduite du changement ». Alors que des doutes sur le maintien en poste de Kovać commençait à émerger, certains éléments permettait toutefois de penser que ces doutes resteraient au stade de rumeurs.

Qu’en est-il aujourd’hui ? En réalité pas grand chose de plus si ce n’est que les ambitions en matière de mercato du Bayern commencent à être concrètes et c’est autour du chiffre « 3 » (comme l’indique le titre) que s’articulera la chronique du jour.

3, c’est tout d’abord l’assise défensive « favorite » de Kovac. Comme le rappelait hier Willy Sagnol sur les ondes d’RMC, Kovać apprécie grandement ce système, le maîtrise et, aurait l’avantage de mettre en avant nos latéraux (actuellement Alaba et Kimmich) plus performant dans leur apport offensif que défensif. La défense a trois aurait également le mérite de « prolonger » la durée de vie d’Hummels et/ou Boateng au Bayern. Tout d’abord par nécessité de rotation mais aussi parce que ce système est moins exigeant physiquement et plus sécurisant pour les centraux au profil de « relanceur » comme peuvent l’être nos deux vétérans. Hors de question d’oublier la probable arrivée de Pavard (malgré les démenties du VFB) ni l’officialisation d’Hernandez, mais le Bayern avec ces deux arrivées devrait pouvoir mettre en place ce système. Ce dernier fait briller les trentenaires de la Juventus (Chiellini et Bonucci) auxquels nos deux compères n’ont rien à envier.

3, c’est également le nombre de mois d’avance que va avoir Hernandez pour intégrer le club et plus largement la mise en place possible d’une nouvelle assise défensive évoqué plus haut.
En effet, bien que blessé, celui-ci est à Munich pour son opération et rééducation. Il devrait donc pouvoir d’ores et déjà s’acclimater à son nouveau club, une aubaine pour Kovac et le joueur. Certes, il ne pourra participer aux matches mais 3 mois d’avance sur le plan personnel (logement, vie quotidienne, découverte des coéquipiers) est un avantage certains en vue de la préparation d’avant-saison et la reprise de la Bundesliga en été 2019. Il n’est, certes, pas le premier choix de Kovac, mais, ce dernier s’est toutefois avéré satisfait de ce recrutement, qui sur le papier, à tout pour être une réussite grâce notamment au soutien des frenchies du club mais aussi au profil d’Hernandez qui est déjà apprécié par le coach.

Enfin 3, c’est le nombre de postes différents d’entraîneurs qu’à connu Kovac en équipe première: sélection croate, Eintracht Francfort et maintenant le Bayern Munich. Quel rapport ? De prime abords, aucun. Et pourtant cette expérience bavaroise est révélatrice de la montée en puissance du coach croate. Entre 2013 et juin 2018, c’est 19 matchs en sélection croate et 91 sur le banc de Francfort. Sur ces 110 matchs, seulement 48 victoires. Vous allez dire qu’il est facile de gagner avec le Bayern… Oui et non, rappelez-vous, Klinsmann mais aussi le premier passage de Jupp Heynckes au Bayern entre 1987 et 1991… pas franchement flamboyant, et pourtant il est devenu une véritable légende. Avec un ratio de victoire parmi les meilleurs de l’ensemble des entraîneurs bavarois (comme évoqué la semaine dernière), il serait stupide de stopper une manifeste progression tout en sachant que Kovać semble s’acclimater aisément au choix imposé par la direction en matière de recrutement, ce qui est une qualité essentielle pour réussir au Bayern compte tenu du caractère ultra paternaliste de la direction sur le sportif.

3 thématiques, 1 constat maintenu me concernant : maintenir le cap. La question se reposera peut être dans quelques jours après le Klassicker. Celui-ci sera un véritable révélateur pour de nombreux joueurs, pour Kovac également; Je ne suis toujours pas fan, mais, sa capacité a s’adapter à chaque situation et à convertir les objections (transferts ou tensions du vestiaire) en positif permettent pour le moment de croire en ce profil d’entraîneur qui au final n’est pas si éloigné de Heynckes que cela (encore faut il lui donner un peu de temps), ce qui semble être en tout cas la volonté affichée de Monsieur Hoeness alors que certains médias évoquent José Mourinho… Ce qui… Entre nous n’est clairement pas un profil Bayern’compatible.

Suivre la page facebook de Pack’mas Minga

Chronique de Pack’mas Minga : Respect & honneur

Chronique de Pack’mas Minga : Respect & honneur

Depuis les « retraites forcées » de nos 3 bavarois, j’attendais avec impatience la liste de Joachim Low mais aussi la trêve afin de voir si des effets étaient déjà visibles sur cette équipe. L’idée était d’en parler aujourd’hui avant de me raviser à cause des deux points suivants : pas de réels effets visibles par rapport aux précédentes rencontres de la Mannschaft et surtout le superbe tifo des supporters.

Ce tifo, à défaut d’être original ou esthétiquement beau, est superbe car il résume à lui seul la position de nombreux supporters de la Mannschaft (suite…)