Alors que le Bayern version Niko Kovac présentait une défense perméable avec en moyenne 2 buts encaissés par match, le Bayern versus Hans Dieter Flick a livré 2 clean sheet (Olympiakos 2-0, Dortmund 4-0) très solides, malgré de nombreuses absences (la charnière centrale étant composée par Martinez/Alaba, Süle et Hernandez étant blessés).

Le Bayern a montré de grosses valeurs et beaucoup d’intensité, avec un pressing haut. Les joueurs du Bayern avaient ils lâché Niko Kovac à Francfort (5-1) après plusieurs matchs aussi ternes qu’insipides et au demeurant inquiétants ? On peut raisonnablement le penser, le vestiaire ayant déjà « débarqué » Carlo Ancelotti il y a 2 ans… Cette situation n’est pas très glorieuse et il serait faux de penser que N Kovac est le seul responsable des maux bavarois.

Si Niko Kovac a fait des erreurs majeures et coupables (absence de schémas de jeu, tactique limitée, compositions, choix de joueurs contestables, gestion des hommes déplorables et communications calamiteuses), il aura payé au prix fort son inexpérience. Le fait de critiquer ses joueurs sans jamais se remettre en question auront précipité la fronde et sa chute.

Uli Hoeness lui, peut désormais envisager un départ (AG 15/11/2019) serein et il évite une crise interne majeure alors qu’il est et restera le principal responsable de la situation actuelle du Bayern… A Uli Hoeness le mot de la fin : « Niko Kovac n’avait plus l’écoute du vestiaire, nous devions réagir rapidement ».

Après, Hans Dieter Flick est il l’homme de la situation, alors qu’il était l’adjoint de Niko Kovac tant décrié… ? Peut être mais c’est loin d’être une chose acquise: la piste Erik Ten Hag, expérimenté et connaissant parfaitement le Bayern pour avoir entrainé 2 ans l’équipe 2, reste une piste prioritaire pour Karl Heinz Rummenigge pour la saison prochaine.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils