Tchao Pantin : mort d’un géant

Un géant s’en est allé. Diego Maradona s’est éteint ce jour à 60 ans. Si son génie a émerveillé la planète football pendant de longues années, ses frasques auront aussi défrayé les chroniques et il aura aussi alimenté la rubrique des faits divers. Entre les excès d’alcool et de drogues, sa violence physique et verbale (on ne compte plus les personnes insultées par El Pibe de Oro, partenaires, adversaires comme dirigeants) auront ponctué sa carrière de joueur puis d’entraîneur.

Une carrière débutée en Argentine avant de débarquer 2 ans à Barcelone (1982-1984). Une expérience inachevée qui le conduira ensuite au pied du Vésuve au SSC Napoli où il sera érigé en Dieu vivant dans une ville pauvre et un club contrôlé par la tristement célèbre Camorra, la tentaculaire mafia napolitaine… qui n’était pas étrangère à la signature de l’argentin dans un club de seconde zone. En 7 ans (1984-1991), il gagnera notamment 2 scudetti et une coupe UEFA. Il sera surtout sacré champion du Monde en 1986 et finaliste (contre la RFA de Beckenbauer) quatre ans plus tard. En lisant ces lignes, reviennent en mémoire les images de « la main de Dieu » contre l’Angleterre (1/4 de finale Mondial Mexique 1986) et de son but fabuleux, après avoir effacé la moitié de l’équipe anglaise par ses dribbles chaloupes.

Non éligible au ballon d’or (sud américain), il recevra malgré tout un ballon d’or pour l’ensemble de sa carrière en 1995, année où le premier non européen est sacré : Mister George Weah (PSG – AC Milan)

Après Naples, qu’il quittera en 1991, il fait une dernière saison européenne au FC Séville avant de terminer tristement sa carrière sur ses terres natales argentines. Il embrassa ensuite une laborieuse carrière d’entraineur avec des clubs assez obscurs mais il sera quand même nommé sélectionneur de l’Argentine pour répondre à la ferveur populaire. Il restera en poste 18 mois entre 2008 et 2010.

Lors du mondial sud africain (celui de Knysnia et de la grève des français contestant l’éviction de Nicolas Anelka), Maradona conduit l’Argentine jusqu’en 1/4, laminée par l’Allemagne de Löw 0-4 avec buts de Muller, Klose (x2) et Friedrich. Si l’Allemagne (sacrée championne du Monde 4 ans plus tard) compte dans ses rangs Neuer, Lahm, Boateng, Schweinsteiger, Müller, Özil, Podolski et Klose, l’Argentine n’est pas en reste avec Heinze, Demichelis, Di Maria, Higuain, Tevez et Messi.

Depuis le 5 septembre 2019, il était entraineur d’un club de D1 argentine Club de Gimnasia y Esgrima La Plata et était toujours sous contrat.

Il aura rencontré le Bayern d’Augenthaler (Capitaine) en 1988/1989 en 1/2 finale de la coupe UEFA remportée par le SSC Napoli face à Stuttgart : le Bayern perd 2-0 à Naples et fait nul 2-2 au stade Olympique. Mais Maradona aura aussi croisé le Bayern en 1992 avec le FC Séville (match amical).

El pide de Oro aura l’occasion d’évoluer sous les couleurs du Bayern en 2000 (photo) une seule fois:  lors du match d’adieux de Lothar Matthäus.

Tchao l’artiste !

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More