FCBayern-fr

Objectif sextuplé atteint

Bayern vs Tigres (1-0)

C’est fait. Le Bayern a égalé hier soir le FC Barcelone de 2009 en remportant son 6ème trophée pour sextuplé historique.

Le match n’aura pas été facile, notamment en raison des absences de 3 titulaires (Müller/Covid ; Boateng/indisponible lire par ailleurs ; Goretzka/Covid), remplacé hier numériquement par Sané, Hernandez et Alaba en 6, l’autrichien évoluant au milieu avec la sélection autrichienne.

Comme attendu, le Bayern aura dominé les débats, sans se montrer particulièrement transcendant face à une adversaire certes valeureux et porté par un Gignac déterminé mais trop limité offensivement pour représenter un danger pour ce Bayern.

Les occasions auront été globalement bavaroises, et Manuel Neuer aura passé une soirée assez tranquille au final.

Un but de Lewandowski avait semblé mettre les munichois dans les meilleures dispositions dès la 17ème par Kimmich dont le tir croisé, pur et limpide ne laissait le gardien adverse sans réactions. La VAR allait finalement annuler le but considérant que Lewandowski (hors jeu de position), sur la trajectoire, avait pu perturber le gardien adverse… Après ce but annulé, le Bayern allait avoir un temps fort très plaisant.

La seconde mi temps fut plus laborieuse, après un tir de Sané sur l’arrête du cadre des Tigres en fin de 1ère période. Au retour des vestiaires, on notera un tir de Tolisso détourné miraculeusement par le gardien qui avait des gants en peaux de pêche et enfin le but victorieux (61ème).

Un classique : un centre de Kimmich, pour un Lewandowski qui s’élève dans les airs avec un gardien qui contre la reprise de la tête, amenant le ballon sur un Pavard un bon endroit qui n’avait plus qu’à mettre le cuir dans la cage désertée…  Suffisant au bonheur des bavarois mais aussi à celui plus personnel de Benjamin Pavard.

Concernant le coaching, si la titularisation d’Alaba en 6 restait compréhensible au gré des absences et de l’expérience immense de l’autrichien, Hansi Flick aura surpris lorsqu’il sortira successivement ses 4 titulaires offensifs entre la 64ème et la 74ème (Gnabry pour Tolisso, Sane pour Musiala, Coman pou Costa et Lewandowski pour Choupo Moting). A ce moment là, le score était de 1-0 et tout restait possible pour les Tigres. Un pari risqué mais un pari gagné, faisant participer un maximum de joueur à la fête.

Individuellement, les défenseurs n’ont pas été vraiment sollicités si ce n’est par Gignac en première période, le français perdant ensuite son football au regard d’un énervement palpable du à l’impuissance des siens devant la machine bavaroise. Assurément, l’homme du match aura été Alphonso Davies très précieux dans ses décalages et ses percussions. Kimmich aura été indispensable et Alaba très solide. Et que dire de Coman ? le français aura tenté, débordé, ne ménageant pas ses efforts et en étant aussi un peu le seul à prendre des risques pour percuter. A noter aussi les très bonnes rentées de Costa et Choupo-Moting que Flick avait du voir performants aux entrainements.

Au niveau des vraies déceptions, on retrouve le héros du jour (lire par ailleurs) qui n’aura pas livré un grand match, notamment au regard de la performance lumineuse d’un Davies qui aura attiré toutes les actions dangereuses de son côté. Parmi les déceptions, citons aussi (et encore) Leroy Sané qui aura souvent fait les mauvais choix et manquant de vélocité.

Globalement, le Bayern aura rendu une copie solide mais brouillonne notamment dans le dernier geste.

Place à la fête au coup de sifflet final… (lors du protocole, il n’y a pas eu assez de médailles pour tous. Hansi Flick a laissé la sienne pour son capitaine… alors qu’on voit un Bouna Sarr ou un Dantas arborer la leur… sur les photos)

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More