FCBayern-fr

Il était une fois la révolution

(photo montage by FCBayern-fr.com)

L’arrivée de Julian Nagelsmann sur le banc du Bayern Munich marque le début d’une nouvelle ère. Analyse des idées tactiques du technicien allemand.

En offrant un contrat jusqu’en 2026 à Nagelsmann, plus jeune entraîneur du Bayern depuis Sören Lerby, le champion d’Allemagne montre clairement qu’il souhaite jeter les bases du Bayern du futur. Jeune, moderne, renouvelé : à l’image de son coach. Les questions les plus passionnantes concernent le style et le schéma de jeu. Nagelsmann va, sans doute, vouloir faire évoluer une équipe en perte de vitesse sur cette fin de saison.

Julian Nagelsmann s’est engagé avec le Bayern Munich en provenance du RB Leipzig contre 25 millions d’euros, ce qui en fait l’entraîneur le plus cher de l’histoire.

L’une des caractéristiques communes entre Flick – désormais futur ex-coach des bavarois – et Nagelsmann correspond à un pressing haut et constant. Le natif de Landsberg l’exerçait déjà avec Leipzig et devrait l’appliquer au Bayern, une équipe qui a l’habitude d’avoir la possession et d’essayer de récupérer le ballon, à la perte de balle, le plus vite et efficacement possible.

Changement de mentalité tactique :
Venons-en à la formation. La différence entre les deux entraîneurs est, ici, flagrante. Flick s’appuyait presque exclusivement sur un 4-2-3-1 reposant en majorité sur la paire Kimmich-Goretzka au milieu, des ailiers rapides et un buteur de classe mondiale en la personne de Robert Lewandowski. Si des arrivées et des départs sont à prévoir au sein de l’effectif munichois, Nagelsmann devrait sensiblement s’appuyer sur les mêmes hommes tout en optant pour un schéma en 3-4-3. Son ADN, avec cette idée de polyvalence qui ne le quitte pas depuis le début de sa carrière.

Dani Olmo, qui l’a eu à Leipzig et s’est amélioré sous ses ordres, décrivait ainsi l’approche de jeu de Nagelsmann : « C’est difficile à expliquer. Presque tout le monde doit jouer plusieurs rôles. Les tâches que chacun doit accomplir changent constamment, même au milieu d’un match. Ce n’est pas facile pour les nouveaux joueurs, mais c’est encore plus difficile pour nos adversaires ».

Une grosse arrivée et des certitudes:
En 3-4-3, dans cette défense à trois centraux, nous devrions retrouver Lucas Hernandez, qui s’épanouit dans ce rôle, et un autre français qui retrouvera cet été son ancien coach de Leipzig : Dayot Upamecano. Niklas Süle, lui, est allemand mais retrouvera également un Nagelsmann qu’il a connu à Hoffenheim. Alphonso Davies et Benjamin Pavard pourraient bien tenir le rôle de pistons sur leurs ailes respectives (gauche et droite).

En attaque, le trio Coman-Gnabry-Sané sera capital dans les transitions rapides que Nagelsmann aime tant. Des espoirs tels que Jamie Musiala (18 ans) auront aussi leur carte à jouer, puisque l’entraîneur allemand est réputé formateur, n’hésitant pas à faire confiance aux jeunes. Il faut dire que lui-même, à 33 ans seulement, détonne toujours un peu plus dans le milieu du football.

NDLR : outre les changements dans l’effectif avec les départs conjugués de Javi Martinez, David Alaba et Jérôme Boateng, il faut aussi intégrer les départs au sein du staff: Hansi Flick, Herman Gerland et Miroslav Klose ne seront plus la la saison prochaine.

La source Onze Mondial

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More