FCBayern-fr

Hansi : « Le Bayern est mon club »

Enfant, comme je  (1976) l’étais, Hansi Flick voulait être Gerd Müller. En tant que jeune professionnel, il écoutait les anecdotes des joueurs établis… Enfant, en jouant au foot, je (1976) me souviens de parties avec un copain à la fin des années 70 du côté de Sainte Luce sur Loire, j’étais Gerd Müller et Laurent (grand fan du FC Nantes) était lui Henri Michel… 

Hansi Flick a toujours eu le FC Bayern dans son cœur. Le gène gagnant, il aura eu l’envie et la foi : il explique ce qui le passionne dans notre club. L’interview prolongée est disponible dans le magazine des membres « 51 » (en allemand uniquement).

L’entretien avec Hansi Flick:

Vous étiez un fan du FCB quand vous étiez enfant et Gerd Müller a fait forte impression. Quels souvenirs gardez-vous de lui ? « J’ai grandi avec Gerd Müller, son style de jeu et ses buts étaient très spéciaux pour moi. Enfant, j’ai trouvé les duels avec Jupp Heynckes comme étant les meilleurs. Ils étaient des buteurs très excitants. Parce que mon frère était un fan de Gladbach, j’ai continué de supporter le Bayern – et nous étions en compétition constante à la maison : mon frère était toujours Jupp Heynckes sur le terrain de football, j’étais Gerd Müller.

De nombreuses années plus tard, j’ai pu rivaliser avec Gerd moi-même. En tant que jeune professionnel à Munich, j’ai souvent joué au tennis contre lui. J’ai tout donné, mais je n’ai jamais eu de chance contre lui. »

Vous avez remporté le championnat au Bayern à la fois en tant que joueur et en tant qu’entraîneur lors de chacune de vos premières années. Aimez-vous moins le succès en tant qu’entraîneur? « C’est différent en tant qu’entraîneur. Il est important pour moi que tout le monde se sente à l’aise, alors j’inclus le personnel d’entraîneurs dans le tout. Ce n’est qu’alors que vous pourrez atteindre les meilleures performances. Je pense que nous l’avons fait. C’est juste dommage que nous n’ayons pas pu célébrer nos titres avec les fans dans le stade l’année dernière. La foule manquait beaucoup – pour l’intégration des nouveaux joueurs également.  »

Que veux-tu dire? « En tant que nouveau venu, vous avez besoin de temps pour vous installer, que vous soyez une star ou un jeune talent du FC Bayern. Les fans contribuent à l’ensemble, ils vous donnent un retour direct sur le terrain – positif et négatif. C’est très important, car Munich a toujours été axée sur le succès et fait tout pour y parvenir. »

Un grand sujet sportif cette saison était le nombre de fois où vous avez pris du retard. 10 fois sur 14 vous êtes revenu pour tirer ou gagner. D’où trouves-tu la volonté de changer de cap ? « Je crois que c’est le résultat du chemin que nous avons parcouru ensemble au cours des 18 derniers mois. Bien sûr, nous nous fixons des objectifs à l’avance, mais la façon dont vous les atteignez est également importante. Le désir et la croyance en votre propre force sont solidement ancré dans l’équipe. »

En tant que fan, même après avoir perdu 2-0, j’avais l’impression que l’équipe allait encore changer les choses. Comment c’était dans le groupe ? « Pour être honnête : j’ai ressenti la même chose – à part quand nous avons perdu à Mayence. Il y a eu quelques signes pendant le match et j’ai senti que ce serait très, très difficile. Vous devez également l’accepter et y faire face dans le vestiaire, car c’était un exploit sensationnel pour l’équipe. Ils n’ont pratiquement pas eu de vacances d’été, pratiquement aucune préparation, un match tous les trois jours – et ont quand même remporté le championnat, donc nous disons tous avec beaucoup de confiance que c’était le titre le plus honnête . »

Que se passait-il dans les vestiaires quand l’équipe était en retard à la pause ? Êtes-vous coincé à des moments particuliers? « Oui, à Francfort quand nous étions menés 2-0. C’était assez bruyant parmi les joueurs. Alors je suis allé au gymnase d’à côté avec mes assistants et j’ai dit : ‘Laissez-les tranquilles.’ Je l’ai vu comme un bon signe, nous avons beaucoup mieux joué en seconde période, même si malheureusement, nous n’avons pas pu redresser ce match. »

Joshua Kimmich est la quintessence de la défensive et de l’obstination. Etes vous d’accord ? « Le mot ‘obstination’ a souvent une connotation négative, mais il est définitivement très, très concentré, c’est ce qui le distingue. Je pense que s’il peut canaliser un peu mieux son ambition et l’orienter dans la bonne direction, il peut devenir  l’un des tous meilleurs joueurs du monde. C’est déjà un joueur de classe mondiale à plusieurs postes, mais il peut franchir une nouvelle étape et j’espère qu’il le fera. David Alaba est aussi incroyablement polyvalent et joue toujours avec beaucoup de cœur, et il était tout aussi important pour l’équipe.  »

Concernant Thomas Müller, vous ne l’avez pas seulement félicité avec des mots, vous l’avez en fait salué après une victoire à l’extérieur à Dortmund. S’est-il réinventé à 30 ans ? « Thomas est un phénomène pour moi même s’Il ne réussit pas toujours à tout faire dans le jeu. Mais il vous apporte beaucoup plus de moments de joie en tant qu’entraîneur que de moments où vous êtes contrarié par lui – par exemple, lorsqu’il sort pour le coin alors qu’il ne devrait pas, perd le ballon, et une contre-attaque émerge. Parfois j’ai presque envie de rire et j’ai l’impression qu’il fait ça exprès pour m’agacer un peu et faire repartir l’adrénaline. Mais il compte tellement pour l’équipe et ce club, il n’y aura plus jamais quelqu’un comme lui. Ce qu’il a accompli dans sa carrière est unique. En plus de cela, il est incroyablement terre-à-terre et un très bon gars. »

Vous avez parlé de Kimmich, Alaba et Müller, mais que dire des autres,  Manuel Neuer et Robert Lewandowski sont les autres dans la colonne vertébrale centrale. « Pour moi et pour tous les entraîneurs, la colonne vertébrale est l’élément clé. Et il n’y a rien eu de mieux au monde ces deux dernières années. Je ne veux jamais distinguer quelqu’un de mon équipe car nous ne pouvons atteindre nos objectifs qu’ensemble. Mais Je pouvais toujours compter à 100% sur ces cinq joueurs, c’était un pur bonheur. »

Que laisserez-vous derrière vous au FC Bayern ? « Je pense que Julian Nagelsmann s’amusera beaucoup avec cette équipe car ils ont une qualité énorme et une excellente attitude. Je lui ai également écrit. C’est une équipe de haut niveau et ils savent ce qui est important. Vous devez les soutenir en tant qu’entraîneur. »

Enfant, vous étiez fan du FC Bayern – le serez-vous dans le futur ? « Bien sûr ! Ce club sera toujours très spécial pour moi. Par exemple, après notre championnat, Kalle Rummenigge est venu dans mon bureau avec deux coupes de champagne pour trinquer, ce qui m’a semblé être un beau geste. J’ai passé le meilleur moment ici en tant que un joueur et a célébré de grands succès en tant qu’entraîneur. Le FC Bayern est mon club »

La source fc bayern.com

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More