FCBayern-fr

Quand Uli repart en croisade avec ses mots…

Uli Hoeness tient des propos d’une rare violence à l’égard du Paris SG et de Manchester City, nouveaux riches mais sans réels résultats sur la scène européenne. Le Président d’Honneur du Bayern repart en croisade en fustigeant les modèles qatari et émirati, et valide le modèle bavarois assurant histoire, valeur, pérennité et palmarès.

Article L’equipe.fr (dans son intégralité)

Le président d’honneur du Bayern Munich, Uli Hoeness, s’en prend violemment au PSG et à Manchester City dans un podcast consacré à sa vie diffusé à partir de ce vendredi« Votre argent de merde, ça ne suffit pas », lâche notamment l’ancien dirigeant bavavois au sujet des deux clubs considérés comme les nouveaux riches d’Europe, depuis leur prise de pouvoir par des fonds qatariens et émiratis.

À plusieurs reprises, l’homme d’affaires (69 ans), qui a fait fortune dans la charcuterie, s’en prend directement à Nasser al-Khelaïfi, le président parisien. Est-il le nouvel Uli Hoeness ? lui demande par exemple son interviewer : « Non, je ne crois pas, je ne sais pas s’il aime le football », rétorque l’Allemand. « La différence entre lui et moi ? J’ai travaillé dur pour gagner mon argent, et lui l’a reçu en cadeau, insiste-t-il. On le met à sa disposition et il n’a pas besoin de travailler pour ça. Quand il veut un joueur, il va trouver son émir. »

« Lorsque nous gagnons contre eux, ça me réjouit fortement […] C’est ça qui me stimule »

« Jusqu’à maintenant ces deux clubs n’ont rien gagné du tout. Rien du tout ! Rien du tout », jubile le champion du monde 1974, très sûr de lui. « Ils perdront encore contre nous. Pas toujours, mais de temps en temps », affirme celui qui avait purgé 21 mois de prison pour fraude fiscale entre 2014 et 2016. « Ça doit être notre but. Et lorsque nous gagnons contre eux, ça me réjouit fortement […] C’est ça qui me stimule. » En 2020, le Bayern a battu le PSG en finale de la Ligue des champions (1-0), puis Paris a pris sa revanche la saison dernière en quarts de finale (3-2 ; 0-1).

Le modèle économique parisien diffère totalement de celui mis en place par Hoeness à Munich, et celui-ci ne se prive pas pour le faire remarquer : « Ce qui se passe actuellement à Paris, c’est de la planification à un an […] Ce n’est pas mon univers. Moi, je vois les choses d’un point de vue économique. Je ne place pas toute ma mise d’un seul coup, juste pour qu’on vienne me féliciter pendant un an ou deux ans et après moi le déluge. »

La source l'Equipe.fr

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More