Voici la chronique de Pack’mas Minga, un passionné, il nous parle de Niko Kovac

Parmi les rumeurs, certaines concernent notre coach : Niko Kovac. Cet entraîneur est décidément un éternel sujet de débat et il semblerait que ce débat est désormais source de discussion auprès de nos dirigeants.

Petit récap’ de la situation. Il semblerait que la direction s’interroge sur les capacités de Kovac à mener le chantier du renouvellement de l’équipe. Pourquoi un soudain changement d’opinion de la part de la direction ?
– Des critiques internes des joueurs sur l’approche tactique.
– L’échec face à Liverpool.

Concrètement, voici ce qui pourrait être le point de départ de la supposée réflexion sur le remplacement de Kovac. Certains éléments tendent d’ailleurs à alimenter cette thèse, je vais donc raccrocher avec le travail de mes collègues de FC Bayern Munich France.
En effet, les annonces sur le recrutement vont bon train et pour le moment, nous pouvons faire le constat suivant : la direction choisit SES joueurs, les propositions de Kovac sont REJETEES.

Kovac, désireux d’amener des joueurs de son choix, comme le font de nombreux coach pour imposer au mieux son autorité sur le vestiaire, s’est en effet vu refuser les recrutements de Jovic, Rebic et Vogt.
A la place, le Bayern se dirigerait sur Hernandez, Pavard, Werner (pour les dossiers les plus chauds) ainsi que sur Nicolas Pépé et/ou Odoï. En d’autres termes, a l’exception d’une « liberté » de décision sur le dossier James, les dirigeants ont la ferme intention d’imposer leurs choix sans véritablement tenir compte de celui de l’entraîneur, une situation que n’ont pas connu Guardiola et Ancelotti, si on se limite aux exemples récents.
Pour ma part, effectuer un recrutement sans la pleine approbation de l’entraîneur, et lui laisser pour seule liberté la décision concernant un joueur qui n’est pas un de ses choix, n’est pas une preuve de confiance ou de soutien. Malgré la grande qualité des noms cité, je dirai même que ce n’est pas non plus cohérent pour un projet de reconstruction amorcé avec cet entraîneur. Je ne dis pas qu’il doit avoir l’intégralité des joueurs qu’il désire, mais un en gage de confiance et comme il est « coutume » de faire.

Je suis conscient des limites, des erreurs mais aussi de l’insatisfaction qui règne autour de l’actuel entraineur, mais dans ce cas, pourquoi l’avoir choisi, pourquoi l’avoir conforté et pourquoi finir par le désavouer maintenant alors que nous sommes proche du dénouement en championnat, d’un Klassicker décisif et d’un potentiel doublé national ? Il faut reconnaitre que le timing n’est pas opportun !
D’autre part, si Kovac ne fait pas l’affaire, qui pour le remplacer et qui acceptera de prendre une équipe sans pouvoir recruter ? Oui sans recruter car si nous faisons les comptes, une somme de 200 millions d’euros de budget a été annoncée. Si les noms cités plus haut sont réellement achetés, ce budget sera surement largement consommé voir insuffisant.

A l’instar de Lothar Matthäus (bon anniversaire à lui au passage), je reste donc malgré tout sur ma position que j’ai déjà énoncée lors d’un précédent article et qui est la suivante :
Garder Kovac. Non pas parce que je suis un fan, mais bien parce qu’il me semble que les arguments en sa faveur sont plus forts que ceux en sa défaveur, surtout si on garde à l’esprit que personne cette saison au Bayern Munich n’est exempte de reproches !
Pour commencer, je l’ai déjà évoqué avec vous, Kovac est un bosseur, ce qui colle avec la philosophie de l’actuelle direction. De ce travail découle une véritable capacité de remise en question, un atout indispensable pour une bonne gestion de groupe.
En complément, le projet de reconstruction semble d’ores et déjà amorcé et ce avec Kovac aux commandes de l’équipe. Pourquoi donc s’embarrasser à perdre du temps et de l’argent à changer d’entraîneur en cours de chantier ? Pour que cela donne de meilleurs résultats ? Pourquoi pas, mais aucune certitude sur ce point.
La marche est peut-être actuellement difficile à gravir pour Kovac, mais avec un pourcentage de victoire actuel de 72.2% il fait déjà aussi bien que Carlo Ancelotti tout en ayant eu, contrairement au dernier cité, aucune recrue de son choix et en ayant beaucoup moins d’expérience.
Enfin, je finirai en disant que conduire les recrutements sans Kovac, pour le limoger en émettant des doutes sur sa capacité à conduire le changement, résonne un peu comme une « excuse bidon ». Celui-ci, me semble parfaitement capable de construire une équipe compétitive avec les nouveaux joueurs qui lui seront donnés, à défaut de les choisir lui-même. Que l’on aime ou pas Kovac, le une remise en question du projet maintenant serait des plus illogiques (à moins que les recrues dont ont parle soit le choix d’un déjà désigné successeur, ce qui serait assez lamentable comme manière de faire de la part des dirigeants et qui, soyons sérieux ressemble à un mauvais scénario de thriller de seconde zone).

J’espère donc qu’il ne s’agit que de rumeurs, un tel revirement de situation, même s’il satisferait nombre d’entre nous, ne serait pas nécessairement un bon choix. Ce choix serait celui de la facilité, donnerait une image négative du club et surtout rendrait cette saison stérile d’enseignements.Merci à lui et

Voici sa page facebook, et d’autres chroniques arriveront régulièrement.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils