Connaissez vous « Hansi » ?

20 choses à savoir sur Hans Dieter Flick par Théo Troude (FF)

 

Éternel adjoint, méconnu et désintéressé par la gloire, Hansi Flick se retrouve presque malgré lui entraîneur du Bayern Munich en finale de Ligue des champions. Découverte, à quelques heures d’affronter le PSG.

Une carrière de joueur au Bayern

Né le 24 février 1965 à Heidelberg, Hans-Dieter Flick n’a pas tardé à découvrir le grand club du Sud de l’Allemagne. À 20 ans, le milieu de terrain a quitté Sandhausen pour le Bayern Munich. Cinq ans, 139 matches, quatre titres de champion, une Coupe nationale, et même une finale de C1, perdue face à Porto en 1987… Bref, pas un inconnu en Bavière.

Formation d’employé de banque

Avant cela, en 1983, Hansi Flick avait surpris en refusant un contrat au VfB Stuttgart pour obtenir un diplôme d’employé de banque. Il avait alors 18 ans, et cette décision a permis de cerner le personnage : passionné de football, sans jamais oublier d’assurer ses arrières et d’agir avec maturité.

Retraité précoce

1990, Flick rejoint Cologne, pour trois années mitigées. 54 rencontres disputées, 3 buts… Puis la retraite (professionnelle) en 1993, à 28 ans ! S’il n’a pas connu la sélection nationale, Flick a connu une belle carrière au plus haut niveau. Un choix surprenant, donc, mais lié à une idée très précise pour la suite.

Entraîneur-joueur

Flick revient à la maison, dans son Land de Bade-Wurtemberg, à Bammental. D’abord joueur, de 1994 à 1996, il devient entraîneur-joueur du Victoria Bammental entre 1996 et 2000. Une vocation naît dans ce club amateur, aujourd’hui en cinquième division.

Opportunité manquée à Hoffenheim

Été 2000, Flick reçoit un coup de fil de Dietmar Hopp, milliardaire ayant investi dans le petit club (à l’époque) d’Hoffenheim, fraîchement promu en quatrième division, et à une dizaine de minutes de route de Bammental. Flick accepte, monte directement en troisième division avant d’y rester pendant les quatre saisons suivantes. C’en est trop pour Hopp, qui limoge son tacticien.

Major de promo

Entre temps, en 2003, Flick a passé son diplôme d’entraîneur. Le futur entraîneur du Bayern Munich se distingue, en revenant de Cologne, où il a passé les épreuves, dans la peau du major de promo.

Évolution avec Trapattoni et Matthäus

2006. Tout juste racheté par Red Bull, Salzbourg est alors entraîné par Giovanni Trapattoni, et les deux adjoints se nomment Lothar Matthäus et… Hansi Flick, qui démarre sa carrière de second. L’aventure ne durera que quelques semaines, Flick quittant ce trio all-stars pour un défi bien plus conséquent.

Éternel adjoint de Joachim Löw

Le 23 août, le tout nouveau sélectionneur de la Nationalmannschaft, Joachim Löw, choisit Hansi Flick comme adjoint. L’ancien joueur du Bayern a alors 41 ans, et ne se doute probablement pas qu’il quittera son poste juste avant ses 50 ans. Huit ans dans l’ombre, passées à se faire remarquer pour ses qualités tactiques et humaines.

Un match dirigé à l’Euro

Euro 2008. Joachim Löw suspendu, Hansi Flick a l’occasion de dépasser ses fonctions. En quart de finale, le bras droit du sélectionneur se retrouve sur le devant de la scène, et remporte la rencontre disputée face au Portugal (3-2).

Déterminant en Coupe du monde

En coulisses, Hansi Flick possède une spécialité : la préparation des coups de pied arrêtés. Bingo, ils s’avèreront vitaux à l’Allemagne pour remporter le titre suprême en 2014. L’équipe de France, éliminée sur une merveille du genre (1-0), s’en souvient encore. Une conclusion en apothéose à son aventure en sélection.

Commerçant en toute simplicité

Revenu à Bammental en héros, il devient la même année le plus jeune citoyen d’honneur de sa ville. Hansi Flick n’a en effet jamais vraiment quitté son cocon. Avec son épouse, Silke, ils y avaient notamment implanté, dans les années 90, une boutique de vêtements et d’accessoires de sport, seulement fermée en 2017. Au cœur d’une ville de 6461 âmes (en 2008), ce n’est pas commun.

Directeur sportif de la fédération

Dans la foulée du titre mondial, Flick s’installe au DFB (Deutscher Fussball-Bund), la fédération allemande. Directeur sportif du foot outre-Rhin pendant deux ans, il reviendra ensuite à Hoffenheim, en 2017, en tant que directeur du football. Mais le terrain lui manque.

La famille avant tout

Si Flick a quitté son poste à la fédération, c’est surtout pour se rapprocher de sa région et des siens. Le DFB étant basé à Francfort, le père de famille, parfois victime «du mal du pays» selon sa fille, a privilégié Hoffenheim. Le temps de huit mois seulement, avant une proposition impossible à refuser.

15 ans d’attente, puis la consécration surprise

Le Bayern l’appelle en 2019 pour devenir adjoint, encore une fois, de Niko Kovac. Sauf qu’après une claque concédée à Francfort (5-1, le 2 novembre 2019), les Bavarois limogent le Croate. Quelques semaines après son arrivée à l’Allianz Arena, l’éternel second devient premier… Quinze ans après son passage à Hoffenheim.

Préféré aux stars

D’abord parti pour un intérim, Hansi Flick brille par ses résultats autant que par son comportement. Les noms d’Arsène Wenger, Massimiliano Allegri ou encore Mauricio Pochettino, évoqués pour prendre la suite de Kovac, s’envoleront finalement. La solution se nomme Flick.

«Hansi gentil»

Son surnom : «Netten Hansi». Traduction : Hansi gentil. Drôle, très proche des joueurs, aux limites de l’amitié… Flick a tout de même inquiété les dirigeants. Pouvait-il se montrer autoritaire ? Les réponses n’ont pas tardé à arriver, et ont dépassé les espérances.

Hansi le dur

Avec Flick, une seule règle : tout donner à l’entraînement. Puisque ça n’a pas été le cas avant le Klassiker Dortmund-Bayern, finalement remporté par ses joueurs (0-1), le blagueur a tombé le sourire pour renvoyer ses ouailles au vestiaire. Mieux, il a montré qu’il n’hésiterait pas à mettre des stars sur le banc (Coutinho, Tolisso), pour lancer des jeunes qui en veulent (Davies).

Prolongé jusqu’en 2023

Selon Bild, la direction du club a découvert la poigne de son coach lors de prises de bec concernant le recrutement, que Flick souhaite contrôler, comme lors de la négociation de son contrat. En plein confinement, avant même l’assurance du titre et le parcours sans faute jusqu’en finale de Ligue des champions, Hansi Flick obtient une prolongation de trois ans. Solide.

Une philosophie forte

Un entraîneur finalement taillé pour le Bayern, au moins dans l’identité de jeu. Un tacticien obnubilé par la possession, mais aussi passionné par le pressing haut, la défense avancée et un secteur offensif qui ose. Et pour l’instant, ça marche !

Record breaker chez le Rekordmeister

Le club aux 30 titres de champion d’Allemagne a vu défiler de nombreux entraîneurs légendaires. Mais pour ses débuts, Hansi Flick fait mieux que Pep Guardiola, Jupp Heynckes ou Carlo Ancelotti ! 35 matches dirigés, pour 32 victoires (91,18% de succès), 1 nul et 2 défaites. Mieux, après le Championnat et la Coupe d’Allemagne, Flick a réalisé ce dimanche un exploit : réaliser un triplé dès sa première saison au Bayern Munich.
La source france football.fr

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More