FCBayern-fr

Karl-Heinz Rummenigge / « magazine 51 » (part 1)

Karl Heinz Rummenigge s’est livré une analyse de la situation actuelle du Bayern : il évoque notamment Sané, Lewandowski, Kahn et Hansi Flick sans oublier les impacts et conséquences de la crise sanitaire sur le fonctionnement du club.

Sur l’attitude de Leroy Sané à Leverkusen : « Je pense que notre entraîneur l’a bien expliqué. Il a pour tâche de tout faire pour que l’équipe gagne. Il voulait que le jeune Musiala apporte un plus – et il a réussi. L’entraîneur a fait tout ce qu’il fallait. Il est clair qu’il (Sané, NDLR) n’aime pas ça. Dieu lui a donné des talents incroyables. Il peut dribbler et a un pied gauche incroyable. Je ne pense pas qu’il ait encore le gène du FC Bayern. Thomas Müller a été très bon face à Leverkusen, mais il n’a pas autant de talent que Leroy Sané. Sané doit donc travailler sur ces talents maintenant. C’est son travail. Nous avons tout mis en œuvre pour l’amener au Bayern. C’est ce qu’il doit montrer maintenant ! (NDLR = retours sur investissements) »

 

Les perspectives d’avenir de Sané à Munich : « Je crois qu’il peut avoir un bon avenir au FC Bayern. Nous encourageons chaque joueur, mais nous les mettons aussi au défi. Il doit internaliser cela. Il doit maintenant passer à l’étape suivante. Il doit adapter son personnage au FC Bayern. Tout est pardonné, mais il faut tout mettre en jeu pour sortir vainqueur du terrain. C’est ce qu’il doit apprendre. L’équipe ne s’adaptera pas à son caractère, c’est à lui de s’adapter au groupe et à la philosophie du club et du coach »

Robert Lewandowski et Manuel Neuer : « Ce sont les deux meilleurs joueurs en 2020. Manu est devenu, à juste titre, le meilleur gardien de but mondial et Robert est devenu le meilleur footballeur du monde en 2020. Cela a toujours été le rêve de Robert et il pensait qu’il ne pourrait le réaliser qu’au Real Madrid. Au début, il a fait ce qu’il fallait : des objectifs. J’ai toujours pensé que le bilan de Gerd Müller ne serait plus jamais remis en question. Robert, lui, a inscrit 17 buts après 13 journées cette saison, et il travaille aussi sur cet objectif personnel. »

L’évolution de l’attaquant polonais Lewandowski :  « Il est arrivé en 2014 et a eu une envie de mouvement vers le Real pendant un certain temps. Il voulait vraiment gagner la Ligue des champions et le titre de footballeur mondial. Il est extrêmement ambitieux. Je ne connais aucun joueur qui ait une telle volonté de gagner. Je pense que cela a fait tilt il y a deux ans lorsque nous avons prolongé son contrat. C’est là qu’il a vu que nous ne le laisserions pas partir. Quelle que soit l’offre, nous ne le donnerons pas. Nous avons reconnu la valeur de Robert Lewandowski. Il est comme une sorte de réassurance de Munich. »

 

Le rôle de Lewandowski en dehors du terrain :  « Robert est un excellent communiquant. Je lui ai beaucoup parlé cette année. Il va en profondeur. Dans le football, nous avons souvent tendance à couvrir quelque chose avec une cape de silence. Il s’occupe des erreurs lorsque nous avons des défauts dans l’équipe ou le club. Il est donc devenu un facteur assez important. Après avoir remporté le titre à Lisbonne, je lui ai parlé sur le terrain et il m’a dit : « Sais-tu pourquoi nous avons gagné ? Parce que nous avions le meilleur banc. Nous pouvons maintenant commencer une ère ». Il se tenait là, le trophée à la main, pensant déjà à l’avenir. C’est ce qui le rend si important. »
La non-élection de Hansi Flick comme entraîneur mondial :« Il l’aurait mérité – surtout lorsque vous gagnez cinq titres. Il était également un peu déçu. Il aurait aimé l’être. Je lui ai dit de regarder les cinq trophées. Mais on peut dire que cela l’a déçu. »
Où ce trouve la Bundesliga en comparaison avec les autres championnats internationaux ? :  « Nous avons toujours tendance à nous faire passer pour des petits. J’aimerais vous rappeler que les quatre équipes de CL et les deux participants de EL se sont facilement qualifiés pour les 1/8. En Europe, la référence actuelle est la Bundesliga ! Les matchs en Allemagne sont actuellement les meilleurs de tout le monde du football. Les autres sont bons aussi, mais la Bundesliga est devenue meilleure. »

La participation de Munich à la Coupe du monde des clubs : « L’équipe et l’entraîneur sont venus me voir et m’ont dit que je devrais parler à la FIFA et à Infantino (président de la FIFA, NDLR) pour que cela ait lieu. Les joueurs veulent y aller pour remporter un sixième titre. Une seule équipe y est parvenue jusqu’à présent : le FC Barcelone en 2009. Les garçons sont avides de titres et ils veulent tout gagner. Nous n’y allons pas pour gagner de l’argent. C’est gérable. C’est un geste pur pour donner à l’équipe la possibilité de remporter ce titre. »

La situation avec l’autrichien David Alaba :  « Nous avons eu de nombreux entretiens. L’objectif a toujours été de prolonger le contrat. Puis il y a eu un dernier entretien avec une date limite en octobre. Notre offre n’a pas été acceptée, puis notre président l’a retirée. Voilà la situation. Il n’y a pas eu de nouveaux pourparlers depuis lors non plus. Honnêtement, je ne sais pas s’il y aura d’autres discussions. Nous avons fait beaucoup de progrès en ce qui concerne le conseiller et le père. Nous avons fait tout ce que nous pouvions. Mais alors, il suffit d’accepter : Ce n’était pas suffisant. »
A propos de l’avenir de Jérôme Boateng :« Nous allons nous asseoir ensemble au club dans la deuxième moitié de la saison et discuter de ce qu’il faut faire de lui. Il faut être patient avec les joueurs de plus de 30 ans. »
Un éventuel travail associatif après son passage au FC Bayern :  
« Je sais ce que je peux faire et ce que je ne veux pas faire. Mais quand je regarde toutes les structures de l’association, je ne peux pas le supporter. Il n’y a plus rien à voir avec le football, c’est de la politique. La DFB a beaucoup à faire en ce moment, mais s’il vous plaît, laissez-les faire par eux-mêmes. »
A propos de ça relation avec Uli Hoeneß : « Il fait toujours partie du conseil de surveillance et est toujours un membre important du conseil de surveillance. J’ai une bonne relation avec lui. Nous avons eu des phases où nous avons bien travaillé ensemble, mais nous avons aussi eu nos moments d’irritation parce que nous avions des opinions différentes. Des portes ont été fermées à l’occasion, mais aucune ne s’est jamais rouverte. Nous avons une relation qui fonctionne. »
L’introduction éventuelle d’une Super Ligue européenne et la réforme de la Ligue des champions de l’UEFA :
« Nous ne sommes pas intéressés par l’installation d’une Super Ligue. Les discussions à ce sujet sont toujours venues du sud de l’Europe. Je pense que la réforme de la Ligue des champions en 2024 sera une étape importante. La phase de groupe actuelle est un peu trop ennuyeuse pour moi. Les plans de l’UEFA seront une réforme plus durable. L’UEFA fait un gros effort et j’aime tout ce que j’ai vu jusqu’à présent. »
Rummenigge : la raison de la crise du BVB : La situation au Borussia Dortmund après la défaite à Union Berlin et l’importance d’Erling Haaland : « La blessure de Haaland leur tient probablement très à cœur. Tout le jeu était orienté vers lui. Youssoufa  Moukoko (16 ans) a bien fait, mais Haaland est tout simplement un grand joueur. »
Un éventuel transfert de l’attaquant de pointe Erling Haaland (19 ans) :« Je ne pense pas que Dortmund a enrôlé Haaland sans clause de sortie. Le modèle commercial d’avant la crise du Coronavirus aurait même pu fonctionner. »
La situation financière à l’époque du Coronavirus :
« Nous jouons maintenant sans spectateurs et il y a un manque de recettes. Nous devons donc tous revoir nos modèles d’entreprise. Nous devons apporter un peu plus de rationalité à l’entreprise. Il est à noter que l’été dernier, les frais de transfert ont diminué d’environ 15 %. Mais en termes de salaires au sommet, cela commence à peine à diminuer. Les salaires des meilleurs clubs sont en fait beaucoup trop élevés pour les problèmes que nous avons. »

La distribution de l’argent de la télévision et les critiques formulées par Andreas Rettig (Directeur Général DFB) : Mr. Rettig ne mérite pas de commentaire de ma part. Il est également connu que le FC Bayern s’est abstenu de voter lors de la dernière décision du Comité exécutif du DFL. Je ne pense pas que la distribution soit satisfaisante. L’argent était retiré aux grands clubs pour être donné aux petits. Je crois toujours que la performance doit payer. Vous pouvez toujours en prendre plus dans les grands clubs. Mais toute la Bundesliga doit avoir intérêt à ce que nous soyons compétitifs au niveau international. Si nous voulons y rester compétitifs, nous avons besoin de clubs forts en Bundesliga. Les grands clubs sont la locomotive. Nous avons une distribution d’argent très solidaire, qui d’ailleurs a déjà migré du haut vers le bas cette année.»

La source fcbayern.com

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More