Le Bayern 2.0?

Hier, le Bayern a aligné son sixième match d’affilé sans perdre un seul match. (cf. Rostov 3-2 Bayern le 23/11/16).

Oui mais, l’équipe de Carlo Ancelotti affichait de sérieux signes de fatigue à commencer par Thomas Mueller qui n’était pas dans sa saison. Le Bayern était une équipe diesel, poussive mais qui, malgré tout, gagnait ses matchs. 

Le technicien italien demandait de la patience, le temps de retrouver une bonne fluidité dans le jeu. 

Puis, la ligue des champions revient. L’équipe d’Arsène Wenger, première de son groupe, se déplace à Munich. Surprise car le Bayern n’était pas arrivé deuxième de sa poule depuis 2009. Cependant, sur les 6 derniers matchs entre les deux équipes, le Bayern restait sur 3 victoires 1 nul et 2 défaites. 

Hier, le Bayern a aligné son sixième match d’affilé sans perdre un seul match. (cf. Rostov 3-2 Bayern le 23/11/16).

Oui mais, l’équipe de Carlo Ancelotti affichait de sérieux signes de fatigue à commencer par Thomas Mueller qui n’était pas dans sa saison. Le Bayern était une équipe diesel, poussive mais qui, malgré tout, gagnait ses matchs. 

Le technicien italien demandait de la patience, le temps de retrouver une bonne fluidité dans le jeu. 

Puis, la ligue des champions revient. L’équipe d’Arsène Wenger, première de son groupe, se déplace à Munich. Surprise car le Bayern n’était pas arrivé deuxième de sa poule depuis 2009. Cependant, sur les 6 derniers matchs entre les deux équipes, le Bayern restait sur 3 victoires 1 nul et 2 défaites. 

 

Le coup d’envoi est lancé, par Robben et Lewandowski. S’en suit une pression monstreuse des blancs et rouges jusqu’à ce qu’un penalty d’Alexis Sanchez à la 30e minute gâche la fête.

Ça y est, les allemands sont retombés dans leur travers, jeu brouillon, perte de balle.. En deuxième mi-temps, le Bayern essaye en vain.. Il aura fallut une blessure de Laurent Koscielny pour faire plier les Londoniens (5-1).

21ème journée de Bundesliga, Hambourg, 16ème du championnat, affronte le leader. 

On s’attendait à un match facile mais pas aussi simple que cela. Le Bayern a totalement maîtrisé de A à Z sa rencontre. 

Thomas Mueller renait de ses cendres pour délivrer 2 passes décives (Vidal, 17′ 1-0 / Alaba, 56′ 3-0), Robert Lewandowski inscrit un triplé et Kinglsey Coman, le jeune français tant discret cette saison, entre en jeu à la 60e minute pour marquer un doublé. (65′ 6-0 / 69′ 7-0). 

Score final : 8-0. C’est la deuxième plus grande victoire dans la carrière d’Ancelotti qui a fêté, son 1000e match d’entraineur. (Sa victoire la plus large était 9-1 avec le Real Madrid contre Grenada le 5 avril 2015). 

Coupe d’Allemagne hier soir. Le Bayern reçoit Schalke 04, adversaire qui l’avait tenu en échec le 26 février (1-1). Cette fois-ci, Ancelotti peut jouer avec la quasi-totalité de son effectif (Sauf blessure de Boateng) et aligne Ribéry aux côtés de Thiago et Lewandowski. 

3 minutes plus tard, Lewandowski marque sur une passe de Ribéry. 

Les bleus et blancs et notamment leur ancien coéquipier Badstuber se font malmener depuis le début du match ,au point que l’ancien bavarois se fait expulser à la 77ème minute. 

Score final : Bayern 3-0 Schalke. 

 

Le Bayern a délivré 3 matchs d’affilés en montrant un visage que l’on avait encore pas connu cette saison. 

Si ses potentiels concurrents sont en difficulté en ligue des champions, Carlo Ancelotti a passé la deuxième et c’est bel et bien une nouvelle équipe qui s’annonce pour cette fin d’année. 

 

 

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More