FCBayern-fr
Mia san Mia

Le grand déclassement… Comment le Bayern en est il arrivé là ?

On attend le plan ...D

Après Julian Nagelsmann qui a préféré rester à la tête de la sélection allemande après l’Euro, et Xabi Alonso qui a opté pour une nouvelle saison au Bayer Leverkusen l’an prochain, c’est désormais au tour de Ralf Rangnick de refuser le Bayern alors que les discussions avaient été annoncées comme positives et constructives il y a quelques jours. Il ne restait – selon les médias – que quelques détails à régler… Rangnick ne viendra pas, c’est désormais officiel.

Assurément, le board est aujourd’hui discrédité, personne ne souhaitant s’asseoir sur un siège devenu éjectable depuis de trop nombreuses saisons (les derniers entraineurs qui sont allés au bout de leur contrat sont Heynckes et Guardiola, tous les autres ayant été démis en moyenne tous les 18 mois).

Le Bayern paie aujourd’hui ses errements, ses erreurs, avec une chaine de responsabilités étoffée, mais nous devons aussi nous arrêter sur le cas d’Uli Hoeness qui, par ses choix personnels,  a pris de lourdes décisions, qui se sont souvent dernièrement révélées être des erreurs. Citons le choix d’un Niko Kovac imposé, ou bien encore le soutien indéfectible d’un Salilhamidzic  au détriment d’un Flick pour ne donner qu’un exemple récent. Même en semi retraite, Uli Hoeness aura toujours été influent et incontournable.

Il se murmure aussi que Ralf Rangnick, sur le point de signer au Bayern, aurait été marqué par les récentes déclarations d’Uli Hoeness à l’égard de Thomas Tuchel (Rangnick et Hoeness avaient eu des différents par le passé, qui avaient été déclarés comme clos la semaine dernière), notamment sur le fait que l’actuel entraineur ne savait pas faire évoluer les jeunes joueurs…

Ce matin, le board bavarois a la gueule de bois. Il annonce des noms, veut boucler le dossier de l’entraineur avant fin avril, et essuie 3 échecs dont celui de Rangnick particulièrement ravageur, même si l’actuel sélectionneur de l’Autriche ne faisait pas l’unanimité en interne ou parmi les supporters. Etre recruté en tant que choix C n’est pas glorifiant non plus… et cela rappelle les conditions de l’arrivée d’un Niko Kovac dans des circonstances similaires.

Des entraineurs licenci