La légitimité de Niko Kovac reste très fragile et ce matin, c’est une ambiance de plomb qui plane au dessus de la Säbernerstrasse. La faute à la fragilité de Kovac dans le vestiaire qui pourrait « renverser » son entraineur si les choix restaient contestables, et si les résultats étaient décevants. Les leaders frondeurs sont connus, J Kimmich en tête , le jeune international supportant de plus en plus mal le manque de cohérence du groupe, les choix du coach et la manière de jouer : hier encore, le Bayern version Kovac a été incapable de trouver la solution pour forcer la verrou Hoffenheim qui ne comptait qu’une petite victoire cette saison avant le coup réalisé à l’Allianz Arena.

Les déclarations d’après match (rares, peu de joueurs ayant choisi de s’exprimer):

N Kovac : sur la perte de balle de Tolisso, le technicien bavarois n’a pas été tendre avec le français  « Evidemment que çà ne doit pas arriver ! » Plutôt que d’admettre sa propre responsabilité sur ses propres choix, le natif croate a préféré « plomber » un de ses joueurs : à la 54ème, Tolisso a perdu un duel (Rudy) à 30 mètres, permettant à l’ancien bavarois de lancer Adamyan pour l’ouverture du score. « Dans ce cas là, on doit jouer en retrait pour Manuel (Neuer) ou Niklas (Süle), et rien ne serait arrivé ». « Quand tu as un équipier derrière toi, tu dois jouer proprement ».

Plus globalement, pour N Kovac, « la victoire d’Hoffenheim n’est pas imméritée, c’est comme çà que çà se passe ». « Nous ne semblons pas prêts à jouer de bons matchs tous les 3 à 4 jours ».

H Salilhamidzic : « Javi aura des occasions de jouer, la saison étant longue (pour répondre à la détresse du joueur sur le banc de touche) ». Ambiance…

Autres réactions : « Rien à dire » (Th Muller) – « Pas de mots à dire » (Thiago Alcantara) – « Tu dois demander aux autres  » (J Kimmich) – « Pas une bonne soirée » (Uli Hoeness)

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils