interview : Alphonso Davies

L’entrevue avec Alphonso Davies (sources Fcbayern.de)

Alphonso, il est facile de voir à travers vos messages sur les médias sociaux que vous êtes un gars qui essaie toujours de tirer le meilleur parti de chaque situation. D’où ça vient ?
Davies: « Je pense que cela vient dans toute ma famille. Nous avons traversé des moments difficiles quand j’étais très jeune et je suis tellement infiniment reconnaissant à mes parents. Leur voyage a commencé pendant la guerre civile au Libéria, et nous sommes arrivés au Canada par le Ghana. Je peux profiter de chaque jour de ma vie, mais je sais qu’il y a d’autres côtés à la vie. Raison de plus pour laquelle j’essaie maintenant de transmettre aux gens combien il est important de ressentir un sentiment de joie. J’essaie de le faire sur le terrain de football  et, entre autres, dans des clips vidéo de temps en temps.

Pour faire votre chemin dans les sports de compétition, il ne suffit pas d’être gai et insouciant. Il y a évidemment un autre côté d’Alphonso Davies derrière toutes ces vidéos. Lequel, lesquels ?
« Avec mon premier pas sur le terrain d’entraînement de Säbener Straße ou dans l’Allianz Arena, je m’allume. Je suis conscient que beaucoup de gens nous regardent les joueurs, y compris moi. Je sais quand j’ai besoin de poursuivre sérieusement mes objectifs et quand il est temps de se détendre. Cela a toujours été mon rêve de jouer au football pour un club comme le Bayern, contre les meilleurs au monde. Je ne lâcherai pas un seul jour. Jamais.

Savez-vous que vous êtes un modèle pour beaucoup d’enfants à travers le monde qui ne sont pas si bien lotis?
« Je veux être une source d’inspiration pour beaucoup, beaucoup d’enfants. Nous sommes venus au Canada en tant que réfugiés d’Afrique et nous avons travaillé fort pour tout ce que nous avons. Je pense que ma vie peut montrer aux gens que tout est possible si vous restez fidèle à vous-même et ne vous laissez pas égarer. Quand les enfants du monde entier me voient jouer et entendre mon histoire, c’est agréable de les imaginer en tirer la motivation et développer le courage de travailler sur leurs propres rêves ».

Il ya un ADN très spécifique au FC Bayern – Pouvez-vous le sentir?
« Oui, je sais: Mia san mia. C’est ce que j’ai appris tout de suite dans les premières semaines ici. Et c’est vrai que  vous l’entendez avant même d’arriver ici : il y a quelque chose de très familial au sujet du Bayern. C’est un très bon club, surtout pour les jeunes joueurs. Vous êtes très bien accueilli, tout le monde prend soin de vous avec une chaleur incroyable – et en même temps vous êtes toujours poussé à effectuer à la limite dans chaque séance d’entraînement unique sur le terrain. Mia san mia est quelque chose que j’ai pris à mon cœur. Parce que je peux m’identifier pleinement à ça. Il est coincé à l’intérieur de moi maintenant.

Comment est votre bavarois (maitrise de la langue) – votre surnom Phonzy est déjà typiquement bavarois !
(rires) . En bavarois, je peux dire: ‘I bin da Phozy’ (‘je suis Phonzy’). »

Enseignez-vous aussi à votre petite amie Jordan le Bavarois  ? Elle est  elle-même footballeuse, avec le Paris Saint-Germain. Serait-ce un rêve si elle signait au FC Bayern ?
(rires) « Oui, bien sûr que ce serait un rêve. Je vais devoir demander à Karl-Heinz Rummenigge si c’est possible. À mes yeux, ce serait une très bonne idée. Mais elle est très heureuse à Paris, donc c’est très bien aussi.

La source fcbayern.de

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Aller à la barre d’outils