Le Bayern en avait rêvé, le Bayern est passé tout proche de la qualification en finale. Pour mémoire, alors que le Réal disposait de son effectif au complet, le Bayern comptait une fois encore de nombreux absents (Neuer, Robben, Vidal, Coman et Alaba (aller)). Kimmich allait rapidement susciter d’énormes espoirs avant que les bavarois ne faillissent sur des erreurs individuelles. Benzema égalisera dès le 11ème minute d’une superbe tête sur un centre parfait de Marcelo, déjà et encore lui. Alaba a relaché son marquage sur le français et Ulreich est resté stoïque sans la moindre anticipation (1-1). Juste avant la mi-temps, un centre de Kimmich sera détourné par Marcelo de la main: v les 3 arbitres ne qualifieront pas la faute et l’arbitre central n’accordera pas de pénalty (lire par ailleurs). Le but du  2-1 à la reprise, aura lui fait couler beaucoup d’encre : nouvelle erreur défensive grossière du Bayern avec une passe en retrait mal assurée de C Tolisso (46ème). Sven Ulreich, sous la pression de Benzema, a tergiversé, hésitant entre un dégagement au pied et une prise de balle de la main qui aurait donné un coup franc indirect aux madrilènes dans la surface de réparation. On connait la suite… Ulreich manquera le ballon, du pied et/ou de la main, laissant Benzema scorer dans le but vide malgré un retour inespéré d’Hummels. A la 52ème minute, c’est Lewandowski qui s’écroulera dans la surface après une nouvelle poussette de Ramos, l’arbitre laissera jouer alors que d’autres dirigeants de jeu auraient sifflé le pénalty en sanctionnant le défenseur espagnol. Malgré des faits de jeu, le Bayern continuera de pousser, et James égalisera en 2 temps, sans toutefois manifester sa joie devant « son » public (il est prêté par le Réal au Bayern cette saison, mais devrait s’engager définitivement avec le Bayern pour plus de 40M€). Le Bayern continuera encore et encore de pousser, Müller échouant de très peu sur une dernière tentative ultime…

En extrapolant excessivement, sans l’erreur de Sven Ulreich, avec 2 pénaltys sifflés pour le Bayern, le Bayern aurait pû mener 1-2, voire 1-3 à la 52ème minute, ce qui aurait pû tout changer. Mais c’est ainsi, et c’est aussi la magie du foot… avec ses joies et ses peines. Reste que l’indécente chance de Réal Madrid commence à poser questions ! bien aidée par des décisions arbitrales de plus en plus commentées, poussant Z Zidane à se justifier. Ce Réal chanceux verra un jour la chance tourner… en espérant que le Liverpool de Jürgen Klopp passe par là…

%d blogueurs aiment cette page :