Une victoire rendue difficile par le Bayern (1-2)

Objectif rempli avec la victoire et les 3 points qui vont avec. Un match compliqué qui aurait dû être simple au regard des intentions bavaroises et de la différence de niveau entre les 2 équipes. 1-2 contre le Lokomotiv Moscou, avec un pénalty en faveur des bavarois non sifflé (VAR) et un poteau de Coman sur un service de Pavard.

Le 1er but bavarois 100% français est venu assez tôt. Passe de Coman pour Tolisso dont la transversale trouvait Pavard qui – sans contrôles – remisait instantanément d’une volée pour Gorezka qui reprenait du droit : imparable, 0-1.  Grosse possession avec des occasions que le Bayern n’a pas su transformées à la pause, avec un jeu manquant de verticalité.

Mais, pensant avoir fait le plus dur, et Flick ménageant ses troupes  avec 3 rotations rapides (Gnabry/Müller 46′ ; Martinez/Goretzka 46′ et Costa/Coman 69′), les hommes d’Hansi Flick auront manqué de fraicheur physique alors que le marathon d’octobre arrive bientôt à son terme.

C’est encore Joshua Kimmich qui aura sonné la révolte, avec un magnifique enchainement contrôle/reprise du droit en pivot. 1-2, le Bayern sort victorieux du guêpier moscovite.

65% de possession (35% Lokomotiv), 16 occasions (12), 19 tirs (15) sont 4 cadrés (6).

A noter que le jeune Marc ROCA n’est toujours pas entré en jeu, et que défensivement le Bayern a très souvent été mis au supplice, avec un alignement déficient et une paire Alaba/Süle régulièrement prise dans son dos, notamment aux 77, 87 et 80èmes minutes. La staff bavarois devra corriger cela rapidement s’il ne veut pas vivre des lendemains plus compliqués au final qu’à Moscou.

Si les bavarois ont couru, ils ont indéniablement manqué de lucidité dans les derniers gestes, au gré d’une fraicheur physique qui finit par s’étioler avec l’accumulation des rencontres. Lewandowski a eu très peu d’occasions et les seules fois où les bavarois auront été dangereux c’est lorsqu’ils mettront de la vitesse.

Au final, une victoire en octobre en Russie et sans blessés cela se prend et le Bayern saura s’en contenter.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More