FCBayern-fr

Un Bayern à la peine mais qui gagne 1 point

Bayern / Leipzig : 3-3

Les matchs s’accumulent et se ressemblent. Le Bayern gagne moins, ne perd pas, mais souffre. Alors qu’il reste encore 4 rencontres d’ici le 19 décembre et la trève des confiseurs (réceptions de Moscou et Wolfsburg, déplacements à Union Berlin et Leverkusen pour terminer) le Bayern a encore montré de grosses lacunes défensives. Dans un stade sonnant toujours creux, le Bayern évoluait avec un brassard noir en hommage à Kurt Hegerich décédé récemment (lire par ailleurs).

Si Hansi Flick a vécu  hier son 34ème match de Bundesliga (soit l’équivalent d’une saison pleine), il a évité le défaite de justesse, les bavarois gagnant plus le point du nul qu’autre chose, tant le RB Leipzig a fait mal. Le Bayern n’a pas perdu 2 points hier et il reste à la peine comme le BvB lui privé de Haaland jusqu’en janvier. Le Bayern évolue sans Kimmich et cela se ressent cruellement, sans oublier qu’un Thiago Alcantara n’a pas été remplacé.

Des joueurs sont en deçà de leur niveau (Sané, Gnabry, Lewandowski notamment), mais si la maison vacille, les fondations restent solides en se reposant sur des valeurs stables : Neuer, Goretzka, Müller et bien sûr Kingsley Coman.

Les erreurs défensives coutent cher et il reste compliqué, pour n’importe quelle équipe, de gagner un match en encaissant autant de buts. Si le Bayern a marqué 34 buts en 10 matchs, il en a aussi encaissé 16, seul Francfort faisant pire dans le top 10 (17). Comparativement, Dortmund en comptabilise 10, Leipzig et Leverkusen 9. La défense du Bayern se situer au niveau d’un Stuttgart (10ème 15 buts encaissés), d’un Werder (12ème / 15), d’un Hoffenheim (13ème / 16) ou d’un Cologne (15ème / 17). Le même TSG Hoffenheim qui ne compte que 9 points (dont 3 face au Bayern) et 15 buts marqués (dont 4 face au Bayern).

A l’image des difficultés observées depuis des semaines, le 3ème but de Forsberg hier est pathétique. Le joueur de Leipzig est absolument seul, Boateng n’anticipe pas, et Süle n’est pas au marquage, laissant l’attaquant à 2 mètres.

Perdant de trop nombreux ballons au milieu, l’ouverture du score part Leipzig est un modèle du genre : un contre rondement mené, une défense bavaroise aux abonnés absents et une sortie de Neuer loin de ses bases, dribblé, laissant le but vide (1-0). Privée de Kimmich, la liaison entre les défenseurs et la ligne d’attaque balbutie ce qui a contraint J Boateng a faite de longues transversales, souvent imprécises hier…

Sur le papier, l’équipe avait fière allure malgré les absents (Kimmich Davies sont en reprise), Hernandez Tolisso étant blessés. Mais si Javi Martinez a rapidement dû quitter ses partenaires souffrants des adducteurs,  J Boateng – bien que souffrant de contractures musculaires – ne sera remplacé qu’en toute fin de rencontre par C Richards.

Musiala a une fois encore laissé entrevoir de superbes perspectives (c’est lui qui égaliser à la 34ème d’un superbe tir enroulé), alors que Müller s’est bien démené et maquant un doublé salvateur. Mais de toute évidence, le joueur qui aura tenu la maison hier s’appelle Kingsley Coman, un joueur qui semble avoir changé de dimension depuis la finale du Final 8 de Lisbonne. Très souvent (toujours ?) décisif depuis de nombreux, il aura tout simplement délivré les 3 passes décisives hier après midi… Interviewé à l’issue de la rencontre, le français ne dégageant aucun sourire ni satisfaction personnelle, regrettant très amèrement l’absence de victoire, qu’il aurait préféré à sa performance individuelle.

Niveau statistiques, 62% de possession, 7 occasions (7 RBL), 9 tirs (7) dont 5 cadrés (4), 10 corners (2), aucun hors jeu (4) ni poteau (1). Un match nul presque miraculeux… face à un très solide dauphin.

Si le niveau des Sané et Gnabry inquiète, que dire de Marc Roca qui ne joue toujours pratiquement pas, restant cantonné au banc… Jamal Musiala lui étant toujours préféré.

Un match compliqué (un de plus) à oublier. Hansi Flick le sait, la fragilité défensive du Bayern est son talon d’Achille et il doit rapidement y remédier, même si les retours conjugués de Kimmich et Hernandez devraient apporter un début de solution.

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More