FCBayern-fr

Alaba, une page va se tourner…

David Alaba est venu comme un «petit coquin avec de grands rêves». Il a fait ses débuts à 17 ans et a remporté le triplé à deux reprises. Dans une longue interview avec le magazine des membres «51», il dit merci du fond du cœur aux fans pour ses adieux.

NDLR : 13 ans, c’est un bail plus que significatif, qui a débuté avec Louis van Gaal, premier entraineur à faire confiance à un tout jeune autrichien issu du centre de formation. Des années de bonheur et une pluie de titre plus tard, David tire sa révérence en signant au Réal Madrid. Si on comprend la motivation sportive (continuer de progresser en sortant de sa zone de confort après avoir tout gagné au FCB), de nombreux supporters conserveront les débats houleux qui ont ponctués son départ et son refus de renouveler son contrat, les exigences salariales du clan Alaba n’étant pas acceptables ni supportables pour le board bavarois. Ces négociations âpres et conflictuelles (et au demeurant très décevantes de la part de David Alaba) restent vives dans les mémoires et s’estomperont avec le temps…

L’interview de David Alaba David (Magazine 51) :

Votre passage au FC Bayern tire à sa fin après 13 ans – comment vous sentez-vous ? :

« Il me reste encore un peu de temps avant de partir, et je ne peux pas l’apprécier pleinement pour le moment. Mais pour être honnête, il y a des jours où je me surprends à regarder en arrière cette période spéciale ici au FC Bayern, fantastique au fil des ans.  »

Savez-vous ce qui vous manquera le plus ? :

« Le vestiaire et mes coéquipiers, les supporters dans le stade, l’ambiance de la Säbener Straße où j’ai passé deux ans dans le logement des jeunes au début. Je regretterai aussi la ville de Munich où je vis depuis 13 ans et qui est devenu bien plus qu’une résidence secondaire pour moi. Mon fils est né à Munich, ses grands-parents vivent ici, il y aura donc toujours un lien étroit.  »

Vos coéquipiers ont ils compris votre départ ?  Qui vous a vraiment compris? Ou Thomas Müller était-il le seul ? :

« (rires) Non, pas du tout. Au final, il y en avait de plus en plus qui me comprenaient. Même Jérôme [Boateng] me comprend maintenant, donc je n’ai pas à me répéter deux fois. Et mon ‘Bist du deppert! « [vous devez être idiot] fait partie du vocabulaire de tous les joueurs étrangers. Leon [Goretzka] m’a récemment dit qu’il trouvait vraiment difficile à chaque fois que je revennais de l’équipe d’Autriche. Ensuite, j’ai besoin de quelques jours pour m’acclimater. »

Vous avez d’abord mentionné avoir séjourné dans le logement pour jeunes. Que signifie le FC Bayern pour vous après toutes ces années ? :

« Je suis venu ici à 16 ans en provenance de Vienne et maintenant nous regardons en arrière presque la moitié de ma vie, 13 ans plus tard. Cela dit vraiment tout. Le club est ma famille, ma maison, mon endroit spécial. »

Y aura-t-il des larmes quand tu partiras ? :

« Je ne peux pas dire si vous me verrez pleurer mais je le ferai certainement intérieurement. J’ai dû me battre avec mes émotions récemment lorsque nous avons eu notre dernière grande séance photo à l’Allianz Arena. Je suis extrêmement reconnaissant pour le soutien de nos fans au fil des années. J’ai toujours eu le sentiment d’avoir un lien spécial avec eux. Une fois à Francfort, un fan m’a appelé à la clôture, et après cela, nous avons eu un contact visuel au moins après chaque match. Je m’imagine toujours dans la tribune sud parce que je suis resté là plusieurs fois quand j’étais adolescent. C’est drôle comme tout s’est passé. »

Y a-t-il quelque chose que tu veux dire aux fans avant de partir ?

« Oui, c’est très simple: merci pour tout! Je n’oublierai jamais cette relation et elle restera toujours dans mon cœur. » Si vous regardez David, 16 ans, à quoi ressemblait le jeune homme de Munich à l’époque ? « (il sourit) Certainement un petit coquin. Mais aussi un garçon qui n’a jamais renoncé à croire en ses grands rêves et je voulais vraiment y arriver. La vue de ma chambre donnait sur le terrain de la première équipe. J’ai regardé les séances d’entraînement à travers ma fenêtre tous les jours et j’ai décidé de faire tout ce que je pouvais pour réaliser mon rêve. »

Les fans du Bayern sont dévastés que vous partez. Soyez honnête, ne ressentez-vous pas la même chose ? :

« Oui, bien sûr. C’est toujours difficile quand quelque chose se termine et ce n’est un secret pour personne que je me suis toujours senti chez moi ici. Évidemment, je quitte le FC Bayern les larmes aux yeux mais ce n’était pas une décision contre le club, mais j’ai décidé que j’aimerais faire quelque chose de nouveau et faire un autre pas en avant. Pour grandir, vous devez quitter votre «zone de confort» et j’ai délibérément mis ce mot entre guillemets car il pourrait éventuellement être mal compris. Au FC Bayern, les attentes sur le terrain sont toujours extrêmes de la part de la direction, du vestiaire ou de vous-même. Je pense qu’il faut peut-être aller dans l’inconnu pour pouvoir mûrir à nouveau. »

Quel est votre souhait pour le FC Bayern ? :

« Seulement le meilleur. Ce club sera toujours dans mon cœur. Je suis incroyablement reconnaissant. Je souhaite que le FC Bayern continue à écrire une grande histoire à succès. Et pour être honnête, je n’ai aucune inquiétude concernant ce club là. »

La source fc bayern.com

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More