FCBayern-fr

Herbert Hainer – Partie 2

M. Hainer, dans le football, le FC Bayern a célébré le doublé des hommes et des femmes, les basketteurs sont en finale pour le titre – il pourrait s’agir d’un triplé d’un genre particulier. Qu’est-ce que cela signifie pour le club?
« Après les six titres historiques de l’année dernière, c’est un exploit dont tout le monde peut être fier. Le fait que nos footballeurs n’aient pas baissé les bras après leurs grands succès et qu’ils soient toujours aussi affamés montre leur caractère unique. Les femmes ont joué une saison de Bundesliga incroyablement dominante mais nous avons été éliminés en demi-finale de la Ligue des champions. Dans la division basket-ball, nous avons remporté la coupe et fait d’énormes progrès dans notre ascension au classement international. Nous avons été le premier club allemand à participer aux barrages de l’EuroLeague. Le FC Bayern encore une fois être très satisfait de cette saison. »

Dans quelle mesure est-il important pour le FC Bayern d’avoir une équipe de football féminin performante ?
« Le FC Bayern doit toujours viser à être numéro un. Et notre équipe féminine est absolument à la hauteur de cette attente. Nous sommes les meilleurs en Allemagne et nous faisons également partie des meilleures équipes en Europe. Le football féminin prend de plus en plus d’importance au niveau international . – Nous avons une tradition de plus de 50 ans de football féminin au FC Bayern ; très peu de grands clubs en Europe peuvent prétendre cela, et aujourd’hui il est essentiel pour un grand club de jouer au plus haut niveau dans le football féminin. de plus en plus proche de cet objectif. »

Quel avenir pour le basket-ball ? Avec la nouvelle salle, le directeur général Marko Pešić veut faire de Munich la capitale européenne du basket-ball. Est-ce réaliste ?
« L’été dernier, nous avons fixé nos objectifs dans le basket-ball avec un plan sur trois ans, ce qui signifie que nous voulons atteindre progressivement le sommet absolu d’Europe. Le SAP Garden sera l’une des salles les plus modernes au monde et offrent des opportunités totalement nouvelles en termes de marketing et de digitalisation. Je pense que cet objectif de devenir l’un des meilleurs clubs d’Europe est ambitieux mais réaliste. Nous avons réalisé une excellente campagne EuroLeague cette saison, ce qui nous motive tous à continuer. La direction sportive, le personnel d’entraîneurs et l’équipe sont de premier ordre – et l’infrastructure établira des normes internationales. »

On revient sur une saison entière sans spectateurs, qu’est-ce que cela signifie pour le sport en général ?
« Ce fut une période difficile pour nous tous, mais je crois fermement qu’une fois que ce sera sans danger pour la santé, les gens reviendront en grand nombre dans les stades. Tout le monde aspire aux émotions et au sens de la communauté que nous avons vécus dans les stades avant le coronavirus. Malgré tout, ce sera certainement un grand défi pour tout le monde, dans les secteurs professionnels comme amateurs et juniors, de relancer le sport actif. Ce qui m’inquiète, c’est que les terrains de football sont vides depuis un an et demi, le sport scolaire n’était guère possible. Il appartiendra aux gouvernements, à la société, aux associations, aux clubs et à chaque individu, en particulier les enfants et les jeunes, de se passionner pour le sport.

Comment s’y prendre concrètement ?
« Nous avons souffert des restrictions de notre organisation pour les jeunes autant que tout autre club de sport. Mes grands remerciements vont à nos bénévoles, qui ont fait face à la situation avec créativité, un grand engagement et une énorme adaptabilité. Nous en avons tiré le meilleur parti, avec en ligne des sessions de formation, des échanges interservices, l’ouverture de nouveaux espaces d’exercice dans la ville ou des entretiens virtuels de motivation avec par exemple David Alaba et 200 enfants… En fin de compte, tout dépend de la motivation de l’individu, et s’il y a du positif à propos de cette pandémie, c’est que la crise a soudé encore plus nos départements, car nous avons toujours essayé de soutenir tout le monde en tant que club. »

Comment le FC Bayern est-il resté en contact avec le football de base pendant cette pandémie ?
« Depuis le début de la pandémie, nous sommes en communication active avec nos membres et nos fans. La numérisation facilite beaucoup de choses. Nous recevons de très bons retours sur nos vidéos, sondages, envois et messages, ainsi que sur le fait que nous incluez toujours la possibilité de poser de nombreuses questions. »

Revenons aux spectateurs dans le stade : pour le dernier match de la saison, le FC Bayern a invité les travailleurs pandémiques – y en aura-t-il plus ?
« Oui. Il était important pour nous de donner un grand nombre des 250 places à des personnes qui ont fait un si bon travail pour la société dans cette pandémie. Ce ne sera certainement pas le dernier geste de ce genre. »

Est-ce qu’une pandémie accentue le fait qu’un club avec le charisme du FC Bayern doit être impliqué dans la société ? « Cela a toujours distingué notre club, et je pense que nous avons beaucoup accompli pendant cette pandémie. Tout récemment, nous avons fait un don de 150 000 euros pour les écoliers qui doivent aller en classe le matin sans petit-déjeuner. Nous avons soutenu les clubs amateurs bavarois et l’association sportive de l’État financièrement, nous étions avec les basketteurs du Münchner Tafel, et nos joueurs ont également lancé des initiatives de leur propre chef, si je pense à Joshua Kimmich et Leon Goretzka avec « WeKickCorona ». Ce sont toutes des choses qu’un club comme le FC Bayern doit faire. »

Quand prévoyez-vous la pleine capacité des stades allemands ? « Je suppose que nous serons approuvés pour une capacité partielle au début de la saison et nous pouvons espérer une pleine capacité progressivement et dès que possible. La priorité absolue est bien sûr la protection de la santé des personnes. »

Que signifie le retour des supporters dans les stades ? « Pour le dire simplement : cela veut tout dire. Ce n’est qu’à travers les fans que le sport devient un spectacle, ils enflamment et multiplient les émotions qui rendent une expérience de stade si unique. Nos joueurs ne cessent de me dire à quel point l’ambiance leur manque. Nous tous longtemps pour la normalité familière du stade. Ce n’est qu’alors que ce sera le football que nous aimons tous tant.  »

A l’Euro il y aura des spectateurs dans les stades, y serez-vous ? « Oui, je serai à l’Allianz Arena pour le match d’ouverture de l’Allemagne contre la France et j’attends avec impatience la foule avec 14 000 spectateurs. »

Qu’attendez-vous de l’équipe nationale allemande, qui compte de nombreux joueurs du Bayern ? « Personnellement, je suis optimiste pour l’équipe allemande. L’équipe est très bonne et je pense que les joueurs veulent que Joachim Löw fasse un bon départ. Les matchs de groupe vont avoir lieu à Munich, j’ai entendu le préparation que l’atmosphère est bonne – je pense que l’Allemagne fera un bon parcours. Nous sommes une nation de tournoi.  »

Une sortie de la phase de groupes est donc hors de question malgré des adversaires coriaces ? « Non. Je ne perds pas mes pensées là-dessus. »

Un joueur du FC Bayern deviendra-t-il champion d’Europe ? « Nous avons un total de 13 joueurs dans la compétition, et l’Allemagne et la France sont toujours parmi les meilleurs prétendants, donc les chances sont bonnes. »

Qui seront champions d’Europe ? « Il y a les prétendants habituels comme la France, le Portugal, l’Angleterre – mais je suis optimiste pour l’Allemagne. »

Attendons-nous à l’après Euros : que signifient les possibles triplés évoqués ci-dessus pour la nouvelle saison ? Le sport allemand est-il menacé d’une domination permanente du Bayern ? « Le FC Bayern a travaillé dur pendant des décennies pour obtenir son succès – et nous ne relâcherons pas un millimètre. Chaque titre dans ce club est toujours synonyme de motivation et d’engagement. Je n’ai rien contre la domination permanente du Bayern à tous les niveaux. C’est toujours l’ADN du FC Bayern qui veut tout gagner. Cela n’arrivera pas à chaque fois, mais les autres devront travailler extrêmement dur pour l’empêcher. Les titres ne devraient jamais passer que par le FC Bayern. Bien sûr, le dixième titre allemand consécutif est le prochain objectif.  »

Que dites-vous aux sceptiques qui craignent/se plaignent du grand ennui ? « Je ne pense pas que la saison dernière ait été ennuyeuse. Leipzig nous a mis au défi pendant longtemps, Dortmund a montré ce qu’ils peuvent faire avec une finition solide. Le championnat ne sera pas un succès infaillible en 2021/22, et je m’attends à une course au titra dans laquelle tout nous sera demandé. Avec les femmes et les basketteurs, c’était ouvert jusqu’au dernier jour, et c’est aussi cela le plus haut niveau. J’attends avec impatience la nouvelle saison.

La source fc bayern.com

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More