FCBayern-fr

Herbert Hainer – Partie 1

Herbert Hainer parle dans notre interview majeure du passage de témoin de Karl-Heinz Rummenigge à Oliver Kahn en tant que PDG. Le président explique les raisons du changement le 1er juillet et discute de l’approche des champions allemands pour l’avenir. Sous Julian Nagelsmann, « l’objectif doit être de façonner une nouvelle ère pleine de succès », a déclaré le président du conseil de surveillance.

Entretien :

Herbert Hainer, que pensez-vous de la transition de Karl-Heinz Rummenigge à Oliver Kahn en tant que PDG du FC Bayern ? « C’était une transition que nous avions tous planifiée depuis longtemps. Il y a un an et demi, Oliver Kahn a été intégré très tôt au directoire pour se préparer à son nouveau rôle de président du directoire. Depuis quelques mois, Karl-Heinz a transféré ses domaines de responsabilité, et ce fut la dernière passation de relais.

Comment et quand avez-vous décidé de l’avancer de six mois ? « Nous avons tous convenu que la fin de la saison était le moment idéal pour le transfert. Un nouveau chapitre commence avec Julian Nagelsmann, et ce changement était logique. Toutes les décisions ont un impact sur la nouvelle saison et au-delà. C’était donc logique pour Oliver Kahn d’assumer ses responsabilités maintenant. D’ailleurs, j’ai fait la même chose chez Adidas et j’ai terminé cinq mois plus tôt après la formation de mon successeur.

Que signifie cette fin de l’ère Uli Hoeneß / Rummenigge pour le FC Bayern et la nouvelle direction du club ? « C’est un tournant énorme lorsque deux personnalités qui ont fait la grandeur du club pendant des décennies ne sont plus responsables. Mais elles-mêmes ont initié cette transition il y a longtemps, et nous sommes tous fermement convaincus que nous sommes idéalement positionnés pour l’avenir. Oliver Kahn est la bonne personne pour succéder à Karl-Heinz. Il a le gène du FC Bayern en lui, a façonné le club en tant que joueur, a développé sa personnalité après sa carrière, a acquis son expérience dans le domaine commercial et dirigera le FC Bayern München. AG comme l’exigent les temps nouveaux. Le club fait face à de nouveaux défis, au fil du temps, et Kahn a de nouvelles réponses.  »

Y aura-t-il un changement de style au FC Bayern – le club perd-il son esprit familial ? « Non, certainement pas. J’ai déjà dit dans mon discours d’investiture en tant que président que le FC Bayern ne sera jamais une entreprise qui joue également au football. Nous sommes tous mesurés par cela. »

Comment avez-vous vécu Kahn et son évolution au cours des 18 derniers mois ? « De ma collaboration avec lui, je peux dire qu’il a accepté le FC Bayern sous toutes ses facettes et s’est préparé très intensément à cette tâche majeure. Il était sage et juste de ne pas vouloir tout reprendre dès le départ, mais de mettre en œuvre la transition, étape par étape, avec Karl-Heinz. Il est maintenant temps pour lui de passer au premier rang. Et quiconque l’a vu dans les négociations au cours des derniers mois, comme avec Julian Nagelsmann, sait que c’est quelqu’un qui exprime son point de vue très clair et a toujours une ligne claire. Kahn a tout. »

Quels rôles Hoeneß et Rummenigge joueront-ils à l’avenir ? « Uli est toujours impliqué en tant que membre du conseil de surveillance et est un point de contact important pour nous tous. Il restera toujours connecté à son FC Bayern. Karl-Heinz ne veut plus occuper de poste officiel, mais nous, nous serions tous très heureux si nous avions toujours en lui un conseiller avec qui nous pourrons échanger des idées à tout moment. Comme pour Uli, son avis est important pour nous »

La gestion des transferts est difficile en ce moment. Comment évaluez-vous le travail de Hasan Salihamidžić ? « En gros, nous prenons tous les décisions ensemble. Je trouve donc injuste que la critique se concentre sur une seule personne. De plus, il faut dire que cette équipe a remporté sept trophées au cours des 18 derniers mois,  avec un football attrayant. Cela plaide clairement en faveur de notre politique de transfert et de la direction sportive. »

D’autres transferts sont-ils possibles – et si oui, de quelle taille ? « Les gens ne devraient pas sous-estimer les effets du Coronavirus, même si nous avons relativement bien réussi financièrement jusqu’à présent, il y aura des marques importantes. À l’exception de Dayot Upamecano, aucun autre transfert important n’est possible pour nous cet été. Nous avons signé Omar Richards et sept joueurs qui étaient prêtés reviennent. L’objectif est de renforcer l’équipe à tous les niveaux. Cependant, la qualité est si élevée que nous n’avons pas besoin de gros transferts. Le mélange est bon. »

Combien de temps dureront les effets de la pandémie? « Pour longtemps, dans tout le football. Jusqu’à présent, nous n’avons vu que la partie émergée de l’iceberg, et cela ne sera pas rattrapé en douze mois. Quand j’entends des rumeurs de transfert et des sommes, je demande sérieusement moi-même comment les clubs veulent financer cela, d’autant plus que beaucoup sont accablés de dettes. Le football a un besoin urgent de plus de sens. Cela ne peut pas continuer avec autant de clubs vivant au-dessus de leurs moyens. »

Que pensez-vous des rumeurs sur Robert Lewandowski qui ne cessent de surgir ? « Robert est le meilleur attaquant du monde. Il a encore un contrat de deux ans ici, et j’imagine bien que nous le garderons plus longtemps. » Rummenigge pense même que la marque de 365 buts de Gerd Müller est possible… « Pour le moment, il a 277 buts… S’il reste en bonne santé et reste avec nous, c’est possible. Je lui fais confiance pour tout faire. Robert est une aubaine absolue pour nous. »

Quelles attentes le FC Bayern a-t-il de Julian Nagelsmann ? « Julian Nagelsmann est l’un des entraîneurs les plus recherchés du football international de haut niveau. À seulement 33 ans, il a prouvé qu’il pouvait développer des équipes de haut niveau et défend un football qui inspire les fans. Nous l’avons sur notre radar depuis longtemps et nous sommes très heureux qu’il nous rejoigne. »

Que pouvez-vous dire aux fans à son sujet ? « C’est un expert absolu du football avec des techniques innovantes et une approche ouverte. Je pense aussi qu’il est cool en tant que personnalité. J’aime la façon dont il gère la pression, la façon dont il parle à ses joueurs et le fait qu’il peut rire de lui-même de temps en temps. Notre premier contact a été un SMS de sa part tard dans la soirée. Il a écrit que comme la Ligue des champions avait encore lieu ce jour-là, il supposait que j’étais encore éveillé et qu’il pouvait me contacter. J’ai trouvé cela rafraîchissant.

Ne lui sera-t-il pas difficile de suivre un entraîneur aussi performant que Hansi Flick ? « Julian a d’énormes qualités et peut envisager l’avenir avec optimisme même après nos grands succès – et c’est ainsi que je le considère en tant qu’homme. Il attend avec impatience la tâche passionnante de viser les buts les plus élevés avec de grands joueurs. Vous n’avez pas à le faire regarder dans le rétroviseur. Au FC Bayern, il n’y a jamais qu’une seule direction : aller de l’avant. Cela doit maintenant être l’objectif de façonner une nouvelle ère de succès. Les conditions préalables pour cela sont très bonnes. Incidemment, il a aussi un style de football que les fans du Bayern veulent voir. Après sa nomination, je n’ai reçu que des retours positifs. »

Il est plus jeune que Manuel Neuer entre autres – s’affirmera-t-il comme une autorité ? Munich est un endroit difficile pour les entraîneurs, avec toutes les personnalités des joueurs… « Je ne vois pas de problème là-bas. Nous avons entendu dire qu’il travaillait de manière optimale avec des joueurs expérimentés et jeunes. Nous sommes convaincus de sa personnalité. » Il n’a encore remporté aucun trophée… « … ce qui signifie qu’il a soif de trophées. Et le fait qu’il soit si proche le poussera encore plus. Il a maintenant la grande chance de monter sur la dernière marche du podium avec nous. »

Nagelsmann doit-il plus que jamais s’appuyer sur les talents du Campus ? « C’est notre philosophie d’attirer sélectivement des stars internationales – et en même temps d’accélérer encore plus notre formation. Le Campus porte ses fruits depuis un an ou deux, et nous voulons l’étendre davantage. Nous ne participerons pas au transfert folie dans le football international, nous avons donc besoin d’un travail de jeunesse solide. Bien sûr, nous avons bon espoir pour Julian Nagelsmann, qui a montré à Hoffenheim et à Leipzig qu’il soutenait les jeunes joueurs et les amenait au plus haut niveau.  »

Dans quelle mesure est-il important d’avoir des chiffres d’identification solides dans la première équipe ? « Des joueurs comme Thomas Müller, Philipp Lahm et Bastian Schweinsteiger avec leurs racines bavaroises ou même munichoises représentent le plus haut niveau d’émotion pour le FC Bayern. Mais même un gars comme Jamal Musiala a appris très tôt sur le Campus ce que cela signifie de jouer pour le FC Bayern. Nous devons continuer dans cette voie et nous avons des talents prometteurs à espérer. Musiala a montré la voie, et nous sommes optimistes quant au développement de Chris Richards, que nous avons prêté à Hoffenheim, où il est devenu un habitué à 19.  »

L’objectif pour les réserves est-il d’être à nouveau promu immédiatement ? « Oui. La relégation après le titre l’année précédente a été une déception. Nous voulons que nos talents concourent au niveau de la troisième division. Nous nous efforçons donc de rebondir immédiatement. »

Vous avez dit un jour que votre rêve était le triplé du football masculin et féminin plus le basket-ball. Cela pourrait arriver cette saison. Qu’est-ce que tu penses? « (souriant) Les rêves deviennent réalité au FC Bayern. Et nous ne cesserons jamais de faire de nos rêves une réalité. »

 

La source fc bayern.com

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More