FCBayern-fr

Les français au top

Souvent critiqués (Pavard, Upamécano) et/ou blessés (Tolisso, Hernandez), les français du Bayern ont répondu une nouvelle fois présents hier. Si Kingsley Coman a définitivement changé de statut en Bavière depuis son but victorieux en final de LDC 2020 face au PSG, les autres internationaux semblaient évoluer sur courant alternatif.

B Pavard revient très bien et il aura su s’enfermer dans sa bulle pour travailler encore plus en faisant taire les critiques en répondant à ses détracteurs sur le terrain. D Upamécano reste lui un diamant brut qui reste encore à polir pour qu’il gagne en constance et en concentration.

La valeur d’un Lucas Hernandez n’est plus à démontrer et il doit avant tout ménager son organisme après avoir connu de nombreux pépins physiques : il est appelé a devenir le patron de la défense bavaroise.

King Coman a été homme du match hier, une fois encore intenable. Celui que certains décrivaient il y a encore quelques mois comme un « tout droit » s’est imposé dans l’effectif – pourtant riche à son poste – de piston (ailier). mais le français a de vraies envies d’ailleurs après avoir tout gagné en Bavière. En cas de départ, K Coman sera difficile à remplacer… vu son profil spécifique et son âge.

Enfin, citons le cas de Corentin Tolisso que les médias annoncent partant, même dès cet hiver si une offre intéressante arrivait sur le bureau de Brazzo. Mais le français, lorsqu’il est lui aussi épargné par les blessures, montre toutes ses qualités depuis l’indisponibilité de Kimmich. L’ancien lyonnais marque de nombreux points et il est apprécié de Nagelsmann : suffisant pour envisager une prolongation ?

Article l’Equipe.fr :

Didier Deschamps et son staff ont très certainement regardé le match du Bayern Munich ce samedi après-midi contre Mayence (2-1), et ils n’ont pas dû le regretter. Julian Nagelsmann avait en effet organisé son équipe en 3-4-3, le schéma récemment adopté par les Bleus, et l’entraîneur bavarois alignait cinq internationaux français au coup d’envoi.

Benjamin Pavard, Dayot Upamecano et Lucas Hernandez, qui formaient la défense à trois, ont d’abord souffert, comme assez souvent lorsqu’ils sont alignés ensemble. Ils sont d’ailleurs tous plus ou moins fautifs sur l’action du but de l’ouverture du score, signé Karim Onisiwu (22e), qui a échappé au marquage de Corentin Tolisso.

Mais le milieu de terrain lyonnais a, à côté de ça, livré un match très complet, en récupérant beaucoup de ballons (10) et en étant très précis dans son jeu de passes vers l’avant. L’une d’entre elles, aérienne et superbe, a trouvé la course de Kingsley Coman, qui a filé vers l’égalisation (53e).

Records de tirs, de centres et de duels pour Coman : L’ex-titi parisien a été l’homme du match, à un poste qui a dû plaire à Deschamps : il évoluait piston droit, là où l’avait aligné le sélectionneur des Bleus contre le Kazakhstan (8-0), en novembre. Intenable, il a terminé la rencontre avec le record de tirs (5), de centres (5), de duels disputés (24) et de fautes subies. Il aurait d’ailleurs pu se montrer décisif beaucoup plus tôt, en décalant superbement Pavard dans la surface (6e).

Un Pavard très actif dans le jeu : L’ancien Lillois, lui, a été très actif dans le jeu, avec un record de 133 ballons touchés. De sa position de central droit, il s’est souvent incorporé à la construction des offensives bavaroises et il aurait même pu ouvrir le score d’une frappe puissante, détourné par le gardien de Mayence (10e). Mais il a fini par être décisif : c’est son centre en retrait qui a permis à Jamal Musiala d’enchaîner à l’entrée de la surface pour marquer le but de la victoire (74e).

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More