LDC : les faits marquants de la finale

La victoire acquise aura été belle car compliquée et longtemps indécise. Sur l’ensemble de la compétition et des copies rendues, la victoire bavaroise est logique et cohérente. Les clubs éliminés directement ou indirectement par le Bayern étaient sans commune mesure avec les adversaires croisés par les parisiens.

Mais le PSG n’a pas à rougir, même si collectivement, les français auront failli, les bavarois réussissant tout un peu mieux que les hommes de Tuchel, les temps forts comme les temps faibles.

A la pause, le PSG menait aux points, avec des actions construites et de la sérénité. L’action de Neymar à la 15ème minute aura permis à Manuel de montrer au monde qu’il était bien redevenu le meilleur portier du monde en reportant 2 duels successifs, empêchant Neymar de servir Di Maria en retrait sur sa seconde tentative… Si Robert Lewandowski a eu deux belles occasions (poteau, alors de Navas était battu, puis une reprise de la tête en léger retrait permettant à Navas de s’illustrer à son tour), c’est enore le PSG qui allait de mettre en évidence à la 44ème minute. Suite à balle perdue par Alaba dans l’axe, Mbappé, altruiste,  servait Ander Herreta qui remettait immédiatement à Mbappé qui n’appuyait pas assez son tir… la chance parienne était passée, et le PSG aurait pu boire le calice jusqu’à la lie avec un pénalty sur Coman qui aurait pu être sifflé après la poussette de Coman par un Kehrer dépassé…

Après le but de Coman (59ème, sur un mouvement initié par Gnabry, une remise en retrait de Müller pour Kimmich qui allair servir un caviar de centre à Kingsley Coman, qui reprenait le cuir d’une tête victorieuse), le PSG se montrera dangereux par Marquinhos une fois encore bloqué par le « mur » Neuer, Choupo-Moting ayant encore une dernière occasion en fin de rencontre…

Mais le PSG se sera désuni dans les 20 dernières minutes, en s’énervant et en faisant trop souvent les mauvais choix. Si le Bayern s’appuyait sur son collectif d’abord et ses individualités ensuite, le PSG avait mis en avant ses atouts individuels qui auront globalement failli, Neymar et Mbappé en tête, les 2 stars parisiennes (400 M€ d’investissements par QSI) passant au travers du match.

Mia San Mia : le Bayern rejoint Liverpool avec 6 victoires, restant à 1 unité de l’AC Milan (7) et encore très éloigné du Réal Madrid (13 trophées).

Coté allemand, 2 joueurs auront été omniprésents : Manuel Neuer, et Thiago Alcantara qui jouait hier son dernier match avec le Bayern avant de rejoindre le Liverpool de J Klopp. Si Coman a été élu MVP, après avoir mis au supplice Kehrer, sa première mi temps ne fut pas forcément exceptionnelle avec de nombreuses pertes de ballon et de mauvais choix. Le Bayern n’aura pas brillé par ses individualités, mais il aura étincelé par son collectif et son abnégation collective pour emporter la mise, au terme d’une rencontre globalement mieux maitrisée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More