Lewy (Servus !) 4 / Berlin 3

Quel match ! Le Bayern de Munich sera parvenu à s’imposer dans les ultimes minutes (4-3) face à un valeureux Hertha Berlin qi aura joué crânement sa chance. Menés 2-0, les berlinois reviendront à 2-2, puis à 3-3 avant de s’incliner. Mais le Bayern comptait dans ses rangs Robert Lewandowski, auteur des 4 buts bavarois…

Auteur d’une superbe parade (somptueuse tête de Lewy), le gardien du Herta allait s’incliner sur une reprise du même Lewy bien servi par Gnabry, dans la continuité de la parade précitée… (1-0). Sur un débordement de Chris Richards, Lewy allait contrôler, puis marquer d’un tir en pivot (2-0). A partir de ce moment, tout laissait penser à une fin d’après midi aussi tranquille que radieuse. Mais c’était compter sans Berlin, qui reviendra 2 fois, mettant au supplice la charnière centrale Boateng/Alaba, Hernandez latéral décevant beaucoup.

Mais ce diable de Robert allait redonner l’avantage aux siens en reprenant du gauche un centre de l’inévitable Müller, mais cela ne suffira pas. A 3-3, à quelques minutes du terme, on s’orientait vers un équitable partage des points quand Lewy fut déséquilibré dans la surface, le défenseur berlinois étant coupable d’une faute évidente en retenant le bras du polonais qui ne se fit pas prier pour transformer le pénalty. Victoire finale 4-3 qui place les bavarois 4ème à 1 point d’un trio de tête.

Si Müller et Lewandowski furent une fois encore précieux (que faisait on sans eux hier ?), Hernandez aura déçu, à l’inverse du prometteur Richards. Mais au delà de tout cela, deux évidences notables, parfaitement soulignées par Hansi Flick :

1/ le Bayern encaisse beaucoup trop de buts (7 en 2 matchs !!) et le groupe est éprouvé physiquement, à l’image d’un Serge Gnabry qui n’aura pas tenu une heure et sans avoir la vivacité technique qui fait sa force.

2/ le Bayern est à la peine physiquement, et cela est principalement du à une saison compliquée (le groupe n’a eu que 2 semaines de break entre la finale de C1 (23/08) et la reprise… Sans oublier qu’avec un banc devenu famélique qualitativement, le coach bavarois n’a pas beaucoup de solutions, en étant ce dimanche privé de Sané blessé.

Le trève internationale tombe bien, en espérant que les internationaux bavarois seront ménagés, alors que se profile déjà la ligue des champions…

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More