Karl Heinz Rummenigge a dernièrement déclaré que le Bayern se refusait à rentrer dans le jeu de la course à l’armement en dépensant des sommes folles et déraisonnables sur le marché des transferts. Cette confirmation réaffirme clairement la stratégie du club allemand qui souhaite axer ses ambitions en s’appuyant sur son centre de formation flambant neuf, par la détection et la formation de jeunes talents. Dans ce cas, les rumeurs Dembélé, Pépé, et Sané n’auraient donc aucune raison d’exister :  les noms qui circulent sont soit trop chers doit « pas au niveau » du FC Bayern Munich… On commence à lire également que Kovac pourrait se contenter d’un groupe de 18 joueurs hors gardiens et le technicien se déclarerait pret à composer et à s’adapter s’il ne parvenait pas à récupérer de nouvelles arrivées.

La stratégie du FC Bayern est tout à son honneur et elle est conforme aux valeurs à la philosophie du board. Simplement, si fin novembre le Bayern venait à être relégué à 6 ou 8 points du BvB avec 5 victoires, 3 nuls et 3 défaites, doublé d’une qualification compromise en 1/8 de finale de LDC que se passera t il ?

Le Bayern se veut ambitieux, tant au niveau national que continental, sans investir des sommes inconsidérées. Est ce réaliste ? Uli Hoeness, en déclarant en mars dernier, que le Bayern allait réaliser un mercato estival sans précédents, aurait il manqué de respect aux supporters ? Où va le Bayern ? Le Bayern pourra t il éviter de dégringoler de la hiérarchie européenne et continuer d’affirmer qu’il est un grand d’Europe (au delà de l’histoire et du palmarès). L’Olympique de Marseille rêvait de devenir le « Bayern du Sud », que le board bavarois fasse attention de ne pas faire du Bayern, l’OM allemand… Mia San Mia.

Wait & see

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils