FCBayern-fr

Soupe à la grimace et sourires de circonstances à l’Oktoberfest

C’est un groupe munichois aux visages fermés (board et coach), et aux sourires forcés (joueurs) que s’est rendu ce week end à l’OktoberFest, un lendemain de défaite et à la veille d’une pause internationale. Il faut espérer que ces 15 jours permettront de poser les sujets et mettre en place des axes d’améliorations.

Alors que le génie de Julian Nagelsmann tarde toujours à se révéler, on ne ^peut pas blâmer le jeune technicien bavarois, car ce sont surtout ses joueurs qui pêchent dans la finition ou le dernier geste et ce sont ces mêmes joueurs qui manquent d’engagements et d’envie comme la martèle avec fermeté Salilhamdzic, pendant que Kahn appelle à la remobilisation en prenant un peu de recul.

Ce Bayern se délite et il n’aura échappé à personne que Nagelsmann est en difficultés. Son coaching samedi a été révélateur : à la sortie de Mazraoui (63é, 4 minutes après l’ouverture du score d’Augsbourg), Kimmich a été repositionné latéral droit ce qui n’a pas manqué de mécontenté ce dernier… « obligeant »  Nagelsmann à sortir Musiala pour Stanisic, celui ci replaçant Kimmich au milieu. Si ce changement peut sembler anecdotique, il peut aussi montrer que Julian Nagelsmann est en vraie difficultés, sur ses principes de jeu et ses choix tactiques tout en devant faire face à un vestiaire délicat à gérer…

Comme l’an passé, un très bon début de saison, puis des difficultés… multiples. La saison dernière, le génie de Julian Nagelsmann n’a jamais su trouver la bonne carburation dès que les difficultés sont apparues, conduisant à la saison moyenne et décevante que l’on connait.

Le Bayern a réalisé un mercato très intéressante cette saison, mais il reste en proie à des difficultés persistantes. Nagelsmann est actuellement soutenu par le board… mais Kicker ne cache pas que des contacts auraient déjà pris avec Thomas Tuchel depuis son éviction de Chelsea. Si le nom de l’ancien technicien du BvB avait déjà circulé en 2018, cette poste laisse perplexe car si Tuchel a l’expérience requise pour prendre en main une grosse écurie comme le Bayern  (Dortmund, PSG, Chelsea), il reste non « Bayern compatible » au regard d’un tempérament rédhibitoire…

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :