FCBayern-fr

Un Bayern à 2 visages domine le Barçà (2-0)

C’était la grande affiche de la soirée en MDC, le Bayern recevait le FC Barcelone d’un certain Robert Lewandowski (lire par ailleurs), de retour sur son désormais ancien jardin de l’Allianz Arena.

Les hommes de Nagelsmann restaient sur 3 nuls consécutifs en championnat dont le dernier (inquiétant) face au VfB Stuttgart alors que les catalans étaient en pleine dynamique positive avec un sérial buteur R Lewandowski parfaitement intégré et déjà auteur de 9 buts toutes compétitions confondues.

Privé de Coman, Nagelsman titularisait Muller en pointe, devant Musiala, Sané et Mané sur les ailes, pendant que Sabitzer était préféré à Goretzka pour être associé à Kimmich. Une défense à 4, avec 3 français, Upamécano étant titulaire au détriment de de Ligt.

La première période fut complètement à sens unique, le Barça monopolisant le cuir, avec un Bayern qui restait totalement inoffensif tout en étant fébrile défensivement. Les troupes de Xavi dominaient dans tous les compartiments du jet et se créaient de nombreuses occasions par Pédri et Lewandowski notamment. Ousmane Dembélé était intenable et il s’en fallu d’un rien pour le Bayern concède un pénalty à la 42ème sur une intervention litigieuse de Davies sur le français.

A la pause, le FC Barcelone aurait pu mener 0-2 ou 0-3 qu’il n’y aurait rien eu à redire.

Au retour des vestiaires, Sabutzer était remplacé par Leon Goretzka dont les percussions allaient changer totalement la physionomie de la rencontre. Dès la 50ème, le Bayern concrétisait son temps fort après une action très dangereuse du Barçà. Sur Corner de Kimmich, Lucas Hernandez d’une tête rageuse au 1er poteau allait donner l’avantage aux siens. 4 petites minutes plus tard, c’est Sané, idéalement lancé par Musiala qui trompait Ter Stegen, d’un élégant ballon placé prenant son compatriote à contre pied 2-0. Le score n’évoluera plus.

A la 30ème minute, Barcelone enregistrait déjà 6 occasions contre 2 au Bayern, avec 9 tirs contre 2, Pedri, Gavi, ne manageant pas leurs efforts. A la pause, la possession était équilibrée avec 8 occasions (Barçà) contre 4 Bayern et 11 tirs contre 4 dont un seul cadré.

La seconde période bavaroise fut plus consistante. Au terme d’un match d’une belle intensité, 53% de possession Barcelone, 14 occasions (13 Bayern) 18 tirs (13) dont 4 (4) cadrés, 2 arrêts (4 pour Neuer) et un poteau pour Pedri.

L’an passé, le Bayern l’avait emporté 3-0 en dominant largement son adversaire du jour, mais ce n’est plus le même Bayern ni surtout le même FC Barcelone qui aura souvent fait jeu égal avec les bavarois. Les Catalans auraient également pu remporter le match si l’efficacité avec été de leur côté.

Alors que le Bayern se présentait fébrile défensivement et inefficace offensivement,  la magie du foot s’est opérée hier soir. La défense a prouvé sa grande solidité, en pliant sans rompre, alors que le Bayern aura été clinique pour concrétiser ses actions et scorer.

Si le Bayern enregistre son 30ème match de poule sans défaite (égalant le record du Réal 2012-2017) avec 27 succès et 3 nuls,  tout ne fut pas parfait loin de là, surtout en première période avec une équipe figée et des expérimentations du coach bavarois loin d’être heureuse (Sané à droite), avec que les ajustements tactiques de Nagelsmann à la pause,  changernt radicalement le rendement de son équipe sur le carré vert.

Parmi les déception, évoquons Sadio Mané qui ne fut pratiquement jamais trouvé (le sénégalais a indiqué après le match qu’il pouvait mieux jouer et qu’il ne fallait pas s’inquiéter), et Sané qui malgré son but aura été à la peine avec de mauvais choix et une incapacité à faire des différences. Leroy Sané – qui aura été bon par intermittences –  manifestera son mécontentement lors de son remplacement par Tel (80ème) : le joueur précisera à la fin du match qu’il était mécontent de la façon dont il avait joué d’où son attitude.

Parmi les satisfactions, notons une fois encore Jamal Musiala (élu homme du match), Goretzka qui aura tout changé (le joueur a confirmé que tout n’avait pas été parfait, qu’il avait été déçu de ne pas être titularisé, mais que l’ambiance au sein du vestiaire était très chaleureuse et qu’il ne fallait pas croire ce qui est rapporté par certains médias)

Mais la vraie satisfaction de la soirée reste le bloc défensif, bien aidé par les incessants replis de Kimmich Groretzka et Müller. Upamécano a été impérial, comme Lucas Hernandez parfaitement vigilant pour contenir les assauts catalans.

Benjamin Pavard aura lui connu une mauvaise soirée, physiquement parlant. Troublé par un choc (en reculant) contre Alonso (tampon), le français allait reprendre ses esprits avant de sortir suite à une douleur à la cuisse (béquille ?). Il aura été remplacé par Noussair Mazraoui qui aura été très bon, tant défensivement qu’en apport offensif, justifiant ainsi son recrutement.

Si la victoire est belle (mais restons lucides, il reste encore beaucoup de travail, le groupe devant toujours s’adapter à jouer sans Lewandowski et avec un nouveau schéma tactique aux variations constantes), elle n’aura pas été sans peine : Upamacano, Hernandez et Pavard sont blessés (lire par ailleurs)

FC BAYERN – FC BARCELONA 2-0 (MT: 0-0)

FC Bayern

Neuer – Pavard (Mazraoui 21), Upamecano, Hernández, Davies – Kimmich, Sabitzer (Goretzka 46) – Sané (Tel 80), Musiala (Gravenberch 80), Mané (Gnabry 70) – Müller

Subs : Ulreich – de Ligt, Choupo-Moting, Stanišić
FC Barcelona

ter Stegen – Koundé, Araújo, Christensen (García 70), Alonso – Gavi (de Jong 61), Busquets, Pedri – Raphinha (Ferran Torres 61), Lewandowski, Dembélé (Fati 80)

Subs : Peña, Tenas – Bellerín, Piqué, Depay, Alba, Kessie, Balde

Goals : 1-0 Hernández (50), 2-0 Sané (54)
Yellow Cards : Sabitzer, Kimmich / Busquets

 

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :