FCBayern-fr

Le Bayern empoche le Klassiker avec la manière

Quel match ! Quel Klassiker ! Les 22 protagonistes ont offert hier un somptueux spectacle, riche d’intensité et d’engagements, avec une fois encore des attaquants prolifiques.

La victoire bavaroise ne souffre d’aucune contestation tant le Bayern aura dominé son sujet, physiquement, techniquement et tactiquement. En réalité, les jaunes et noirs n’auront joué que 10/15′, les premières, les bavarois éprouvant toutes les peines à rentrer dans le match comme souvent cette saison. La tactique du BvB aura fonctionné à merveilles, avec un pressing intensif et des attaques fulgurantes, concrétisées par le Cyborg Erling Haaland qui allait signer un doublé en scorant aux 2ème et 8ème minute !

La première occasion sera la bonne: non attaqué par Boateng (qui déviera légèrement le cuir), Haaland décochera un ballon, placé à ras de terre, hors de portée de Neuer (0-1). Sur un contre, le BvB renversera complètement le jeu côté gauche. Thorgen Hazard débordera et centrera pour une reprise à bout portant d’Haaland (0-2).

Malgré de rencontre tonitruant, les hommes d’Hansi Flick vont se remobiliser et poser le pied sur le ballon pour ne plus laisser souffler le BvB, qui ne l’oublions pas, jouait sans 7 titulaires, et avec 4 changements par rapport à l’équipe victorieuse à Schalke il y a une semaine (0-4).

Sur un excellent travail à droite de Sané, qui mystifie son adversaire, l’ancien joueur de City ajuste une passe lumineuse pour Lewandowski qui reprend en première intention ne laissait aucune chance à Hilz, Hummels taclant… dans le vide (1-2).

Le Bayern allait pousser et sera récompensé avant la pause. Sur une action initiée par Coman, le français allait obtenir un pénalty après intervention de la VAR. Lewandowski transformait en prenant Hilz à contre pied (2-2).

Le seconde mi-temps fut moins intense mais la domination du Bayern restait sans partage, le BvB ne pouvant que procéder par contres sporadiques. Mais il fallut attendre la 88ème pour voir Léon Goretzka reprendre la ballon du volée du droit, placée chirurgicalement près du poteau de Hilz, impuissant (3-2). L’action, initiée par Gnabry, allait passer par Muller qui temporisera avant de centrer : Meunier dégagera maladroitement de la tête sur Goretzka qui n’en demandait pas tant. Le Bayern venait de renverser la rencontre, pour aller chercher un nouveau succès parachevé par le triplé de Lewandowski. Sur un centre en profondeur de la gauche, Davies allait centrer pour Lewandowski, Sané laissant passer le cuir intelligemment. Aux 16 mètres, Lewandowski allait ajusté Hilz d’un tir croise au sol droit (4-2).

Avec cette victoire, le Bayern reprend la tête de la Bundesliga avec 55 points, devançant Leipzig (52) et Wolfsburg (45), reléguant son adversaire du jour à 16 points désormais….

En 14 rencontres face au BvB (son  ancien club), Robert Lewadowaski aura marqué à 20 reprises… Des statistiques une fois encore stratosphériques…

Le BvB, au cours des 7 derniers déplacements à Munich aura perdu 7 fois, encaissant 30 buts pour 5 marqués !

66% de possession, 675 passes (361 pour le BvB), 23 occasions (4), 27 tirs (4) dont 9 cadrés (3), 6 corners (0), 26 centres (2). La victoire bavaroise est nette et sans bavures, n’en déplaisent à E.Terzic (qui laissera sous entendre que la faute de Sané sur Emre Can sur le but de Goretzka aurait été sifflée si la faute avait été commise par les siens… et que le Bayern est privilégié par le corps arbitral en étant fataliste) et Marco Reus qui a tenté de mettre en évidence un arbitrage déplorable sur l’action de Sané non sanctionnée.

Sur le coup, le BvB préfère se réfugier derrière l’arbitre plutôt qu’admettre la supériorité du Bayern (face à un BvB diminué).

Si tous les joueurs ont été bons, notons les performances exceptionnelles de Lewandowski, le très bon match de Sané et Goretzka. King Coman, comme Joshua Kimmich auront justifié leur statut de titulaire indispensable. Défensivement, c’est Alphonso Davies qui aura le plus déçu, alors qu’Alaba n’a jamais été incisif dans ses duels. Boateng aura manque d’intensité alors que Niklas Süle aura alterné le bon et le moins bon, même si commence à se faire une place comme latéral (en vue d’une prochaine prolongation ?).

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More