FCBayern-fr

Nagelsmann sous tension

Julian Nagelsmann serait il sur le sellette ? Le jeune technicien joue t il sa place ? Répondre de façon affirmative serait aller vite en besogne mais force est de constater que si le Bayern de fin 2021 – injouable – faisait peur à toute l’Europe, le géant bavarois est devenu prévisible.

Le Bayern, les dirigeants et tous les supporters se posent des questions et Julian Nagelsmann aussi (photo) même si pour l’instant, le jeune entraineur conserve ses convictions (trop) offensives.

Porté vers d’attaque, en n’hésitant pas à aligner 4 voire 5 attaquants, le Bayern se crée toujours de nombreuses occasions mais il s’expose dangereusement et on a vu le résultat. Une cuisante sortie de la DFB Pokal face à Mönchengladbach (5-0) ou encore la défaite sans appel à Bochum (4-2) avec 4 buts encaissés en une seule mi temps ce qui n’était plus arrivé depuis …1975.

L’absence de Goretzka, conjuguée à celle de Davies pèse très lourd. Le jeu du Bayern est déséquilibré avec un milieu devenu incapable de tenir le ballon et dans l’impossibilité de mieux gérer les efforts du groupe sur le terrain. Les joueurs ne sont pas habitués à cette fébrilité défensive et cela commence à gronder dans le vestiaire. Thomas Müller a déclaré avoir du mal à s’adapter à ce nouveau style (Nagelsmann est un adepte de la défense à 3) quand son coéquipier Robert Lewandowski se dit lui frustré comme on l’a vu en conférence de presse :  « peut être serait il judicieux de lancer de longs ballons vers l’avant au lieu de tout vouloir régler par un jeu fait de passes courtes ? ».

Même Joshua Kimmich ne cache plus son agacement à devoir colmater les brèches, parfois béantes, dès que le Bayern perd la ballon. La possession, associée à un jeu rapide avec un pressing haut étouffe l’adversaire, permettant à l’équipe de se procure de nombreuses occasions. Mais ce style de jeu, induit une prise de risque maximale et une défense contrainte dès que l’adversaire contre attaque. Le Bayern peut désormais facilement être mis en difficultés et c’est nouveau. De plus, la tactique du Bayern est lisible et devenu trop prévisible ce qui permet à l’adversaire d’échafauder des plans que Julian Nagelsmann peine souvent à contrer et appréhender.

Un Goretzka, mais aussi un Thiago Alcantara manquent cruellement. La question reste de savoir si Nagelsmann dispose des joueurs capables de s’adapter à sa philosophie de jeu… Les recrues issues de Leipzig connaissaient bien le patte Nagelsmann mais elles aussi déçoivent et déconcertent terriblement (Upamécano et Sabitzer).

Si le Bayern n’est pas (encore) inquiété en Bundesliga, « il y a de quoi se faire du souci en vue des échéances en ligue de s champions » comme l’a rappelé Stefan Effenberg.

Celui qui est aussi surnommé « Pep Junior » tarde à démontrer tout son génie tactique, même si ce même groupe était encore brillantissime il y a encore 2 mois, mais avec Goretzka et Davies. Saura t il galvaniser ses troupes et composer une équipe équilibrée, solide et maitrisant son sujet pour décrocher une place en 1/4 de finale.

Tout autre résultat qu’une victoire synonyme de qualification serait considéré comme un échec cuisant au regard des ambitions bavaroises au moment où se négocient en coulisses les prolongations de Lewandowski mais aussi Gnabry, et que des joueurs prioritaires devraient échapper à Hasan Salilhamdzic, Christensen par exemple étant déjà annoncé à Barcelone…

Une élimination ce soir pourrait plonger le Bayern dans la consternation, voire dans une crise qui commence peut être déjà à couver en interne et dans le vestiaire…

La source L'Equipe

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :