FCBayern-fr

Interview Herber Hainer à TZ

M. Hainer, quelle est votre première impression de Julian Nagelsmann en tant que personne ?
Hainer :« Nous avons eu notre première réunion au bureau de Hasan Salihamidžić, Julian est venu en short et en baskets. Nous nous sommes assis tous les trois pendant une heure et avons parlé. Julian est incroyablement bon pour nous, il rit déjà le matin quand il vient et semble juste toujours être de bonne humeur. »
Et comment le trouvez-vous en tant que coach ?
Hainer :« Je pense que Julian Nagelsmann est vraiment un entraîneur exceptionnel. Il est l’un des entraîneurs les plus recherchés dans toute l’Europe. Je l’ai observé dans ses stations à Hoffenheim et à Leipzig et maintenant j’ai appris à mieux le connaître. Nous avons parlé plusieurs fois, y compris de manière assez décontractée autour d’un café. Rayonner une telle maturité et une telle conviction à un si jeune âge et l’écouter parler de football, Julian est un type formidable ! »
Lors des conférences de presse, il a toujours quelque chose de percutant à dire. C’est un coquin ?
Hainer :« Salihamidžić d’un côté, il a cette espièglerie, mais d’un autre côté, il est professionnel et respectueux. Il sait exactement comment traiter avec qui. Lors de sa première conférence de presse, j’ai aimé sa réaction à la question « Qui sera responsable des transferts à l’avenir ? Il a dit que le club est ce qui existe, ce qui reste dans le futur et donc paie aussi les transferts. C’est pourquoi le club devrait toujours avoir le dernier mot à la fin. »
Que remarquez-vous dans le travail de formation ? Ses exercices ne sont pas seulement intéressants pour nous, observateurs, mais aussi pour les joueurs.

Hainer :

« Tout d’abord, il faut dire : Hansi Flick a également fait un très bon parcours d’entraineur, sinon nous n’aurions pas gagné sept titres avec lui. Mais ce que je vois avec Julian Nagelsmann, c’est qu’il fait un entraînement très souple. En ce moment, il y a un esprit d’optimisme absolu ici à Säbener Straße, Julian apporte un esprit incroyable. »
Nagelsmann et le FC Bayern, cela devait arriver.
Hainer :« Julian était sur notre radar depuis longtemps. Suite au départ de Hansi Flick, nous nous sommes réunis plus rapidement que nous le pensions. Julian lui-même a toujours dit : « Un jour, je finirai au FC Bayern Munich ». Et maintenant l’opportunité se présente. On s’est dit : si on a la possibilité de faire signer Julian, on va le faire. »
Le FC Bayern récupérera une partie de l’indemnité de transfert de Nagelsmann. Comment la DFB va-t-elle montrer sa reconnaissance pour la sortie de Hansi Flick ?
Hainer :« Je me suis personnellement entretenu avec le secrétaire général de la DFB de l’époque, Friedrich Curtius. Nous avons convenu que la DFB montrerait sa gratitude si nous libérions Hansi Flick plus tôt. Il peut s’agir d’un match amical, par exemple. Mais nous devons encore régler les détails. »

 

Titres, développement des talents, amélioration des joueurs expérimentés – n’est-ce pas une grosse pression pour Nagelsmann ? Après tout, il n’a que 33 ans.
Hainer :« Il a déjà eu de la pression à Hoffenheim et Leipzig – et bien sûr il en a maintenant avec nous. Je l’ai déjà dit plusieurs fois : quand on est employé par le FC Bayern Munich, il faut savoir gérer la pression. Il n’y a aucun doute là-dessus : le prochain objectif est le dixième championnat d’Allemagne consécutif. Bien sûr, il y a de la pression, mais Julian peut certainement bien la gérer. »
Nagelsmann aura-t-il de nouveaux joueurs pour ses grandes ambitions cet été ?
Hainer :« Il n’y a aucun projet pour le moment. Nous disposons d’un effectif solide, que nous avons complété à haut niveau par Dayot Upamecano, Omar Richards et Sven Ulreich. Nous avons fait nos devoirs dès le début. »
Avec Lucas Hernandez et Alphonso Davies, deux joueurs réguliers sont blessés pour plusieurs semaines.
Hainer :« Nous avons délibérément dit que nous n’aurions pas à pourvoir ces postes car ils reviendraient rapidement. De plus, comme je l’ai dit, nous disposons d’un excellent effectif et nous sommes toujours bien armés sur le plan défensif malgré ces deux blessures. Personne n’a à s’inquiéter du FC Bayern. »
Avez-vous le sentiment que les joueurs et les conseillers comprennent les mesures d’austérité prises par le club à cause de Corona ?
Hainer :« Je n’ai pas constaté de remise en question majeure de la part des conseillers. Dans le cas de David Alaba, ils ont vécu ce que nous avons dit en tant que club à un moment donné : C’est tout, c’est la fin. Maintenant, nous n’en voulons plus. »
Le FC Bayern a-t-il réussi à donner l’exemple pour les négociations à venir ?
Hainer :« Nous vons envoyé un signal clair. Le FC Bayern ne quittera pas son chemin de stabilité économique. Je peux vous le promettre. C’est pourquoi nous avons aussi dit que nous ne ferons plus de gros transferts cet été, parce que nous devons rouler à vue à cause de la crise de la Corona et faire en sorte de bien la traverser. Nous ne casserons pas la structure salariale. »
L’environnement familial du FC Bayern joue-t-il également un rôle dans les transferts ou l’argent est-il le seul facteur important ?
Hainer :« Enfin de compte, l’argent joue un rôle important, bien sûr. Mais lorsqu’il s’agit d’offres économiquement similaires, le FC Bayern a presque toujours un avantage : lorsque les joueurs veulent venir chez nous et se renseignent sur le club, ils sont totalement attirés par ce que les anciens joueurs du Bayern disent de leur passage à Munich. C’est unique. Cependant, nous devons être en mesure de suivre financièrement dans une certaine mesure.
Karl-Heinz Rummenigge a quitté son poste de président du conseil d’administration six mois plus tôt que prévu. Veut-il rester complètement à l’écart à l’avenir ?
Hainer :« A la fin de la saison était le meilleur moment pour la transition. Karl-Heinz sera toujours associé au club et j’espère et souhaite qu’il continuera à être à notre disposition en tant qu’ami et fan du club et en tant que conseiller. Il dispose d’un réseau international incroyablement vaste, qu’il utilise désormais également au sein du comité exécutif de l’UEFA. »
Quel est le style de gestion d’Oliver Kahn en tant que successeur de Rummenigge ?
Hainer :« Comme j’ai appris à connaître Oliver au cours des 18 derniers mois, il est très orienté vers l’équipe. Il essaie d’impliquer tout son personnel. Dans le passé, les gens disaient que le gardien de but et l’ailier gauche étaient des solistes. Je n’ai pas trouvé que c’était le cas avec lui. Il a bien utilisé ce temps pour apprendre à connaître le FC Bayern sous toutes ses facettes. Le club est confronté à de nouveaux défis que nous devons relever, et c’est là qu’Oliver est nécessaire en tant que décideur. Il a une attitude assurée et sait toujours de quoi il parle. Oliver combine toutes les choses que nous voulions. Je suis convaincu qu’il fera un excellent travail. »

Interview fait par les journaliste : Manuel Bonke & Philipp Kessler

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More