FCBayern-fr

Interwiew de Julian Nagelsmann à SPORTBILD !

M. Nagelsmann, contrairement à votre ancien club, le RB Leipzig, le Bayern compte de nombreux grands noms dans ses rangs. Avez-vous déjà eu votre première visite avec Uli Hoeneß à Tegernsee ? 

JULIAN NAGELSMANN :

« Ma première visite à Uli Hoeneß à Tegernsee a en fait eu lieu une bonne semaine avant le début de l’entraînement. C’était important pour moi et je voulais vraiment le faire. J’avais déjà eu une conversation avec Uli au sujet du football des jeunes, comme vous le savez. Nous étions également en contact de temps en temps lorsque le Bayern faisait venir des joueurs d’Hoffenheim, tout à fait indépendamment d’un emploi au Bayern. Il est important pour moi d’avoir un lien, même si Uli Hoeneß n’a plus de poste dans les opérations. Je trouve que c’est une personne incroyablement chaleureuse et sympathique. Nous avons passé un bon moment. Nous avons eu un excellent repas et des conversations intéressantes. Il s’agissait moins de parler des affaires courantes que de la famille du Bayern, de l’histoire, de ce qui rend le FC Bayern spécial pour lui. Comprendre cela est un point crucial et central. »

————————–

Y avait-il les légendaires de Saucisse de Uli Hoeneß ?

NAGELSMANN :
« Non. Il y avait du filet de boeuf ! Il pleuvait. On gardera les saucisses pour un meilleur temps. Il faut les faire griller, dit Uli. »

—————————-

Karl-Heinz Rummenigge a quitté le club en tant qu’ancien PDG. Il vous a laissé des consignes ?

NAGELSMANN :

« J’ai eu plusieurs conversations téléphoniques avec Karl-Heinz Rummenigge. Nous avons eu de bonnes conversations sur de nombreux sujets différents. Il m’a donné quelques conseils et m’a expliqué une fois de plus ce qui est important au FC Bayern, que nous travaillons tous ensemble pour que l’avenir du FC Bayern reste brillant. Il m’a également expliqué à nouveau qu’il serait souhaitable de gagner des titres. Je prends ces conseils à cœur. »

—————————————

Oliver Kahn est maintenant le patron en tant que successeur de Rummenigge, étiez-vous un de ses fans dans le passé ?

NAGELSMANN :

« Oliver Kahn était l’une de mes idoles quand j’étais enfant. Il avait une qualité et une mentalité incroyables, une capacité incroyable à gagner. Il y avait des scènes incroyables où on le voyait tenir des ballons, et il y avait aussi des scènes incroyables où il faisait d’autres choses parce qu’il voulait vraiment gagner. En tant que patron, il est tout à fait accessible, très ouvert, nous avons beaucoup de bonnes conversations, nous nous sommes très bien entendus dès le début. Je suis un gars ouvert, j’essaie d’amener tout le monde. Pas parce que j’y suis obligé, mais parce que je veux que tout le monde soit heureux quand on gagne et triste quand on ne gagne pas. Je pense que cela fait partie du processus d’échanger des idées avec tout le monde sur une base régulière. C’est beaucoup plus agréable quand on est tous sur la même longueur d’onde. »

———————————————–

Est-ce un avantage que vous repartiez tous les deux de zéro en tant que principaux dirigeants du Bayern ?

NAGELSMANN :

« Ce n’est certainement pas un désavantage. Chacun a ses propres problèmes au début. Lorsque vous faites votre premier discours à l’équipe, ou Olli au personnel, vous devez vous retrouver. Nous avons tous le même objectif : le Bayern doit rester le club le plus titré d’Allemagne, être compétitif au niveau international et remporter à nouveau la Ligue des champions. Cette relation familiale entre les uns et les autres doit être un atout majeur pour nous ici, car financièrement, nous ne pouvons certainement pas suivre le chemin d’autres clubs en Europe. L’ambiance dans le club doit être bonne, c’est un facteur important de réussite. Nous fonctionnons tous de la même manière, depuis notre départ commun, et c’est la meilleure base si vous voulez écrire l’histoire ensemble. »


Quelle sera votre philosophie de jeu ?

NAGELSMANN :


« Fondamentalement, nous allons adopter de nombreuses choses qui ont fonctionné ici à partir de l’ordre de base que le Bayern a pratiqué ces deux dernières années. Vous pouvez dériver deux ou trois autres ordres de base sans avoir à changer de joueurs et à modifier constamment le premier onze ou à faire jouer des joueurs dans des positions où ils ne se sentent pas à l’aise. Cela n’arrive généralement que lorsque vous devez réagir dans un jeu. À partir d’un seul ordre de base, vous pouvez simplement ajuster les choses en changeant légèrement de position. Le fait est que nous voulons continuer à jouer notre football à un haut niveau sur le terrain, avec une certaine flexibilité. Sans réagir constamment et exagérément à l’adversaire. »

———————————————–

Qu’est-ce que cela signifie exactement ?

NAGELSMANN :

« Pour moi, le choix de l’ordre de base est simple : comment positionner les joueurs pour que nous apportions notre idée du football sur le terrain le mieux possible ? Et non pas comment m’adapter à l’adversaire ? Comment m’adapter à l’adversaire ? Apporter notre idée de la géométrie sur le terrain de manière à ce que nous ayons les plus grands avantages. Pour moi, c’est une force, pas une faiblesse, si vous pouvez le faire. »

—————————-

Les transferts sont actuellement un gros problème au Bayern. En tant que nouvel entraîneur de Munich, Pep Guardiola a déclaré : « Thiago ou rien ». Y a-t-il un Thiago ou rien pour vous ?

NAGELSMANN :

« Pour moi, il s’agit généralement plus de positions que de noms, et mon approche de base est que nous discutons des choses en interne. Je suis quelqu’un qui comprend qu’on ne peut pas tout faire. Dans mes clubs précédents, ce n’était pas lié à la pandémie, maintenant c’est lié à la pandémie ici. Je suis quelqu’un qui comprend la situation financière du football et qui sait que ce ne sont pas seulement les joueurs et les entraîneurs qui travaillent ici, mais aussi de nombreux autres employés qui, loin des projecteurs, créent les conditions de notre réussite sur le terrain. Un club ne devrait jamais mettre en danger son emploi en faisant des transferts fous. En tant qu’entraîneur, vous avez également une certaine responsabilité pour le club dans son ensemble, et pas seulement pour l’équipe et le sport. Bien sûr, au Bayern, nous ne garantirons jamais le succès sportif, mais nous devons bien réfléchir à ce que nous faisons. Il s’agit également de l’orientation stratégique de l’équipe pour les prochaines années. Si nous commençons le championnat avec cette équipe, nous serons en position de force. »

——————————————-

Comment gérez-vous l’affaire Niklas Süle ? Son contrat expire en 2022, son avenir est encore flou.

NAGELSMANN :

« Je pense qu’il est important d’être totalement transparent avec les joueurs. Les joueurs doivent également comprendre le point de vue du club sur la situation contractuelle. Le contrat de Niklas expire l’année prochaine, et il n’a pas été très heureux la saison dernière. Mais il a aussi tout ce qu’un défenseur de classe mondiale doit avoir, ne l’oubliez pas. S’il a la perspicacité de travailler sur ses faiblesses et s’il a un entraîneur qui le connaît depuis les U16, je suis sûr qu’il remettra sa puissance en route. Je lui ai déjà parlé de ça. Il doit faire quelque chose, il le sait, mais j’ai une très, très haute opinion de lui. En même temps, il faut comprendre le côté club. Il est clair que nous regardons toujours ce qui se passe sur le marché. Cependant, tout le monde au Bayern serait très heureux si Niklas Süle jouait tous les matchs et avait une moyenne de 1,3 au BILD. »

—————————

On a beaucoup parlé du champ arrière à trois dans l’équipe allemande comme d’une orientation tactique lors du championnat européen. Est-ce que quelque chose a mal tourné, ou est-ce que les fans et les experts ne comprennent tout simplement pas ?

NAGELSMANN :

« L’ordre de base n’est qu’un positionnement des joueurs. Tout dépend de la façon dont les joueurs sont positionnés, comme c’est le cas actuellement avec le 3-4-3 de l’Allemagne. Et puis il y a le système. Le système est l’ordre de base rempli de vie, de processus. Peut-être que les procédures n’ont pas toujours fonctionné aussi bien, mais cela n’a rien à voir avec l’ordre de base, elles doivent fonctionner tout aussi bien avec une ligne arrière à quatre. Personnellement, je ne suis pas un grand fan de la structure défensive de l’Allemagne lors du Championnat d’Europe. Mais cela n’a rien à voir avec le fait que je dise que l’Allemagne aurait dû jouer différemment. Je n’aime pas la structure défensive dans cet ordre de base, parce qu’il n’est pas si facile pour les six de courir, et il n’est pas si facile pour la chaîne derrière eux non plus. Mais c’est l’opinion de mon entraîneur, qui n’a pas la prétention d’être cent pour cent correcte. En fait, je pense que la qualité des joueurs allemands est si grande que vous pouvez jouer n’importe quel ordre de base avec eux. A la fin de la journée, une autre équipe était meilleure et a eu le moment de chance. Malheureusement, nous avons manqué une occasion de but centrale lors du match contre l’Angleterre, c’est comme ça. Je ne mettrais pas ça sur le compte de l’ordre de base. C’est un phénomène allemand : on en parle tellement qu’en fin de compte, ça n’a rien à voir. »

—————————

Si vous deviez parler à Joshua Kimmich maintenant, la commande de base serait probablement très pertinente, il n’était pas heureux à l’extérieur lors du championnat d’Europe. Ne doit-il pas craindre cela avec vous ?

NAGELSMANN :

« J’ai l’intention de faire jouer Joshua Kimmich en position centrale. Il sait aussi qu’il peut toujours arriver que l’on doive changer de poste en cours de match, cela fait partie du jeu. Il est un six de classe mondiale et a les exigences correspondantes pour lui-même. Je n’ai pas l’intention de le faire jouer au poste d’arrière droit, mais je n’exclus pas la possibilité qu’il y ait une situation où nous devrons faire des ajustements, où nous mettrons un deuxième joueur offensif en six, mais où nous ne voulons pas le sortir avec sa super mentalité. »

———————————-

Le duo central Goretzka/Kimmich est-il la clé de l’avenir du Bayern ?

NAGELSMANN :

« Josh et Leon sont tous deux d’un âge exceptionnel pour le football. Ce sont des types de joueurs légèrement différents. Josh est incroyablement à l’aise au centre, devant la chaîne, c’est un très bon six central, avec des compétences offensives et défensives exceptionnelles. Leon est certainement l’un des meilleurs joueurs box-to-box d’Europe, avec un sens incroyable des moments où il doit se mettre en avant. Ils sont tous deux très travailleurs et ont la capacité de fermer des espaces. Ils ont une très bonne connexion personnelle en dehors du terrain, ce qui est toujours utile. Bien sûr, nous espérons tous que Leon prolongera son contrat, il en va de même pour Josh. Ils sont les éléments centraux du Bayern Munich. »
—————————

Leur contrat est de cinq ans, une longue période. Mais il y a apparemment aussi des clauses de sortie. Est-ce normal pour vous à cette période ?

NAGELSMANN :

« Les clauses de sortie sont plutôt le contraire d’une preuve de confiance. Pour moi, je n’ai pas de clause de sortie, donc je ne peux pas dire que je peux quitter le club pour n’importe quelle somme d’argent. Honnêtement, je n’ai pas l’intention de le faire non plus. Personne ne pense à l’éventualité d’être limogé à un moment donné de sa prise de fonction, ce serait bizarre. »

——————————–

Pensez-vous en termes de cinq ans ? Même dans ce cas, vous n’aurez que 38 ans.

NAGELSMANN :

« J’ai déjà un plan pour ma vie, et vous devriez en avoir un si vous voulez atteindre quelque chose. Il n’est pas toujours possible de s’y tenir complètement. Néanmoins, vous ne pouvez pas planifier après quelques « pages » : serai-je ici pendant cinq ans ou plus ? Je ne me demande pas si ce sera dans cinq, six, huit, dix ans ou moins. Tout d’abord, il s’agit d’arriver, de bien travailler, de gagner des matchs, de réussir. Mais j’ai déjà une idée de base de ce que devrait être ma vie. Tout d’abord, je suis heureux d’avoir un contrat de cinq ans. »

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More