FCBayern-fr

Interview Josip Stanišić / « Magazine 51 »

Josip, quelle a été votre surprise d’être aligné contre l’Union Berlin en avril dernier ?
Stanišić :
« C’était une grosse surprise et je ne m’y attendais vraiment pas. Heureusement, Hansi Flick ne m’a annoncé que le jour du match et non la veille, sinon j’aurais certainement eu une nuit agitée. J’étais très nerveux, mais pas autant que mon père. Ma mère m’a dit qu’il ne pouvait pas rester assis. » (il rit)
Vous avez réussi à passer des équipes de jeunes à l’équipe senior. Peu de joueurs y parviennent. De quoi avez-vous besoin pour y parvenir ?
Stanišić :
« Avant tout, il faut travailler dur et aussi beaucoup de patience. Tout le monde n’a pas un talent aussi exceptionnel que Jamal Musiala, par exemple, pour intégrer directement l’équipe première à l’âge de 18 ans. Et, bien sûr, il faut un peu de chance pour se trouver au bon endroit au bon moment. Si on a la chance, il ne faut pas se rendre fou après un mauvais match, mais plutôt faire confiance à ses forces. »

Quand avez-vous réalisé que vous alliez réussir ?

Stanišić :

 

« Il y a un an, je pensais que j’arriverais à faire partie de l’équipe première, et ce n’est qu’au cours de l’avant-saison que je me suis rendu compte que je l’avais fait ici, au FC Bayern. J’ai eu la chance qu’un certain nombre de joueurs internationaux soient absents et j’ai pu participer à tous les matches amicaux. Quand j’ai senti la confiance de l’entraîneur, il m’est apparu clairement que je pouvais réussir ici. »

Rafinha a été l’exemple type d’un renfort fiable pendant de nombreuses années. Un modèle pour vous ?

Stanišić :

« Oui, je dirais que oui. Je ne suis pas quelqu’un qui fait de grandes déclarations parce que je sais que je ne suis peut-être pas encore là. Je veux continuer à m’améliorer puis être la première option pour l’entraîneur si quelqu’un est blessé ou a besoin d’une pause. Le poste d’arrière dans le football moderne est très important et exigeant. »

Que devez-vous apporter avec vous ?

Stanišić :

« Cela dépend complètement du type de joueur. Phonzie Davies est très dangereux en attaque avec son incroyable vitesse. C’est pourquoi il doit l’utiliser le plus souvent possible. En revanche, je suis formé comme un défenseur et la défense est le point clé pour moi. Je ne m’implique dans les attaques que si c’est possible et que cela a un sens. Il faut faire confiance à ses propres forces et ne pas essayer de copier quelqu’un d’autre. »

Avez-vous des modèles à suivre à votre poste ?

 

Stanišić :
« En ce moment, je dirais : Benji Pavard. Il est un peu plus dangereux en attaque que moi, mais il est toujours au bon endroit en défense car il couvre beaucoup de terrain pendant un match. Philipp Lahm était mon idole quand je regardais les entraînements quand j’étais enfant. Je ne pense pas que Lahm ait eu un seul match dans toute sa carrière où il a fait deux erreurs. »

Qui étaient vos autres joueurs préférés ?

Stanišić :

« Ma chambre était entièrement remplie de posters de Franck Ribéry, Arjen Robben et Bastian Schweinsteiger. Et j’avais évidemment aussi de la literie du Bayern, je l’ai toujours mais je ne l’utilise plus (il rit). »
Vous êtes né à Munich et avez la double nationalité allemande et croate. Maintenant, vous avez été choisi pour la
Croatie. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Stanišić :

« Ma famille est originaire de Slavonski Brod, une ville située à l’est de la Croatie. C’est un rêve devenu réalité pour moi de jouer pour la Croatie. La Fédération croate de football et l’entraîneur national Zlatko Dalić ont travaillé dur pendant des mois pour me faire venir et me donner des perspectives. Je suis vraiment impatient de relever le défi. »
Source / FC Bayern Munich
La source fcbayern.com

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More