EXCLUSIF Interview fleuve de Herbert Hainer

Hainer à propos de l’entraineur allemand Hansi-Dieter Flick :

Herbert Hainer : « Je suis surtout impressionné par la façon dont nous avons gagné les titres. L’équipe a joué de manière si attrayante et réussie que tout le monde a dit : « Le FC Bayern est la meilleure équipe d’Europe et du monde. « C’est la marque de Hansi Flick. En plus de ses connaissances en football, il utilise ses qualités humaines pour former une équipe de 25 individualistes dans laquelle chacun se bat pour l’autre. Cette équipe s’harmonise et s’amuse. Je le vois tous les jours quand je regarde le terrain d’entraînement par la fenêtre de mon bureau. »

L’empathie et le leadership de Hansi Flick peuvent-ils s’apprendre ou sont-ils un don ?
Hainer : « Il faut aimer les gens, être capable de les approcher et aimer être avec eux. La littérature spécialisée est abondante, mais c’est un cadeau que de traiter une équipe de la bonne manière, dans la bonne situation et de toujours la motiver pour qu’elle tire le meilleur d’elle-même. »

Flick a un contrat jusqu’en 2023, n’est-ce pas trop court ?
Hainer : « Non. Hansi Flick se sent à l’aise avec nous, donc nous n’avons pas à nous inquiéter de cela. Où trouverait-il une meilleure équipe et une meilleure infrastructure qu’avec nous ? Nous sommes heureux avec lui et il est heureux avec le FC Bayern. »

Pourrait-il signer un autre nouveau contrat ?
Hainer : « C’est la tâche de notre direction sportive. Ils vont s’asseoir avec lui dès que cela deviendra un sujet pour toutes les personnes concernées. »

Flick est en discussion en tant que successeur potentiel de Joachim Löw. Craignez-vous de le perdre ?
Hainer : « C’est un honneur pour Hansi Flick et le FC Bayern d’avoir un entraîneur dont tout le monde dit qu’il pourrait être l’entraîneur de l’équipe nationale. Mais Hansi Flick a toujours un contrat avec nous jusqu’en 2023. »

Peut-il façonner une ère au Bayern Munich ?
Hainer : « Je fais confiance à Hansi pour façonner une ère avec nous par le succès sportif, l’humanité, la personnalité et la joie au club. Et croyez-moi, nous sommes tous remplis de joie, même si nous semblons parfois tendus dans les tribunes. Nous aimons vraiment regarder cette équipe. »

Serait-ce une déception si l’équipe ne parvenait pas à défendre le triplé ?
Hainer : « Ce serait une erreur d’interprétation, car dans ce cas, nous devrions tout gagner chaque année. Bien sûr, cela ne fonctionne pas comme ça. Mais nous avons l’ambition d’obtenir un maximum de succès. L’année 2020 a été incroyablement mouvementée. D’une part, nous avons eu un succès considérable. D’autre part, la pandémie a eu un impact sur notre société, notre coexistence et bien sûr aussi sur le football. Même moi, à 66 ans, je n’ai jamais vécu quelque chose comme ça. »

Votre première année complète en tant que président du Bayern touche à sa fin. Êtes-vous le président de tous, comme vous vous êtes fixé comme objectif au début ?

Hainer : « Oui. Il est important pour moi de montrer mon appréciation pour tous nos services, tout comme les joueurs de basket ou l’équipe féminine, dont j’ai rencontré le conseil des joueurs lors du tour préliminaire, par exemple. Cet été, j’ai invité tous les chefs de service de nos divisions amateurs à déjeuner. Nous sommes en échange régulier. »

Quel rôle jouez-vous dans la culture de discussion du club ?

Hainer : « J’ai été socialisé dans des entreprises commerciales pendant plus de 40 ans. C’est là que l’on apprend à penser de manière très analytique et à trouver des solutions. J’essaie d’apporter mon expérience du monde des affaires. Nous avons beaucoup de personnes hautement qualifiées ici pour le sport, mais j’ai mon propre avis sur certains sujets sportifs et je l’exprime. »

Combien de temps voulez-vous rester président ?

Hainer : J’ai été élu pour 3 ans, et je veux gérer cela du mieux que je peux. Après cela, nous verrons plus loin. Mais bien sûr, j’aime ce travail, parce que je suis fou de sport. Je l’apprécie énormément. Quand vous avez autant de succès que nous, c’est encore plus beau, bien sûr. Il est important pour moi de jouer mon rôle dans la direction de ce club vers l’avenir. Avec Uli Hoeneß et Karl-Heinz Rummenigge à la direction, nous perdons deux personnalités exceptionnelles qui ont façonné ce club et le football en Allemagne pendant des décennies. Nous voulons tous que cette transition soit aussi réussie et harmonieuse que possible. Ce processus a commencé il y a douze mois et se poursuit aujourd’hui avec notre projet « FC Bayern AHEAD ». Si nous réussissons à faire une transition au plus haut niveau, nous aurons tous fait du bon travail. »

A propos de Uli Hoeneß et ses déclarations concernant l’agent d’Alaba :

Hainer : « Uli Hoeneß est toujours à nos côtés, et nous apprécions tous qu’il continue à nous apporter son expérience. Il a fait du FC Bayern le club qu’il est aujourd’hui et il se battra toujours pour son club quand il le jugera nécessaire. C’est une bonne chose. »

A propos de la crise économique :

Hainer : « Dieu merci, le FC Bayern a bien réussi économiquement dans le passé. Nous avons été influencés par Covid et pourtant nous traverserons ces mois difficiles avec une relative sérénité, car nous avons une base économique solide. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les finances du FC Bayern. »

Pourquoi le Bayern Munich n’est pas un club vendeur ? :
Hainer : « Parce que nous avons très bien réussi sur le plan économique. Nous avons payé notre propre stade et le campus. Nous avons une excellente équipe et nous voulons réussir dans le sport. Si vous vous contentez toujours de vendre les meilleurs éléments, vous ne réussirez pas à long terme. Ce club est entièrement consacré au sport. Au football comme au basket-ball. Nous voulons atteindre le sommet européen et nous développer pas à pas. »

à propos des problèmes défensifs du Bayern cette saison :

Hainer : « Notre équipe est incroyablement bien équipée. Sinon, nous n’aurions pas remporté 5 titres au cours des 12 derniers mois. On ne peut pas toujours jouer au plus haut niveau comme on l’a fait contre Barcelone, Schalke et bien d’autres. Nous avons également eu de nombreux blessés. Il est clair que Joshua Kimmich nous manque. De même qu’Alphonso Davies sur le côté gauche. Cependant, le FC Bayern a toujours été capable de gagner des matchs même s’il n’est pas au sommet pour ce jour-là. Cela montre la classe individuelle de notre équipe. »

 Jusqu’à présent, la durée du contrat de Hasan Salihamidzic (Directeur sportif) n’a pas été communiquée publiquement. Pouvez-vous remédier à la situation ? :

Hainer : « Cet été, nous avons prolongé son contrat de 3 ans jusqu’en 2023, date à laquelle nous l’avons nommé membre du conseil d’administration pour le domaine sportif, parce que nous sommes absolument convaincus de lui. Après seulement trois ans comme directeur sportif, nous avons pu voir ce que Hasan a fait ici. »

M. Hainer, que peut attendre le FC Bayern sur le marché des transferts à l’avenir, malgré la crise de Corona ?

Hainer : « La réussite sportive est notre priorité absolue. Depuis quelques années, nous avons également renforcé notre campus. Nous promouvons les jeunes talents et les amenons au FC Bayern afin de réunir un mélange de joueurs de haut niveau, avec des jeunes et des joueurs autodidactes. Je compte parmi eux Alphonso Davies, Jamal Musiala et Chris Richards. Vous pouvez maintenant voir les premiers succès du travail sur le campus que nous avons commencé il y a 5 ans. Mais nous continuerons à faire appel aux meilleurs joueurs pour avoir une équipe qui soit toujours capable de jouer pour la couronne européenne et/ou de gagner un triplé. »

A propos de Lucas Hernández :
Hainer : « Lucas Hernandez nous à couté 80M avant le Corona. Aujourd’hui, le prix serait différent, mais il est l’un des meilleurs défenseurs en Europe et malheureusement il a été blessé. Nous sommes convaincus qu’il va continuer à se développer et il a très bien joué récemment. »
A propos d’un éventuel retour de Müller en équipe nationale :
« Dans sa forme actuelle, Thomas Müller peut aider n’importe quelle équipe dans le monde et Joachim Löw a dit qu’il veut envoyer la meilleure équipe sur le terrain pour obtenir du succès… »
A propos des dernières performance de l’ailier  Leroy Sané :
Hainer : « Je pense que Leroy Sané peut faire beaucoup plus. Mais n’oubliez pas qu’il a été blessé pendant des mois. Il se passe alors beaucoup de choses dans votre tête. Ensuite, vous arrivez dans une équipe comme le FC Bayern, qui est le top absolu en Europe. Il y a 11 joueurs sur le terrain qui sont de haut niveau international. Vous devez d’abord vous y frayer un chemin. Cela ne peut pas être fait du jour au lendemain. C’est un nouvel environnement pour lui et sa famille a dû déménager. Nous sommes tous convaincus de son potentiel dans le club. Il y a de grandes perspectives à son sujet. »

Pensez-vous que David Alaba sera toujours un joueur du Bayern dans la saison à venir ?

Hainer : « Je voudrais y répondre comme je l’ai déjà dit, car il n’y a pas d’autre statut: nous avons fait au clan de David Alaba une très bonne offre, car nous pensons que c’est un très bon joueur. Cela a été rejeté, notre étant perçue comme insuffisante. Nous avons ensuite retiré notre offre de la table. Tel est l’état des choses. »

A-t-on déjà décidé que le contrat de Boateng, qui arrive à échéance, ne sera pas prolongé ?

Hainer : « Comme Hasan Salihamidzic l’a déjà dit, nous allons nous asseoir avec Jérôme en temps utile et trouver une solution raisonnable et équitable pour les deux parties. D’ici là, nous avons encore du temps. »

Le Bayern Munich sera-t-il encore plus résolu dans les négociations contractuelles à l’avenir ?

Hainer : « Nous avons des idées claires sur ce que nous voulons. Dans les diverses négociations, nous avons toujours essayé de présenter des offres équitables et une considération pour l’athlète. Ce printemps, par exemple, nous avons bien fait avec Manuel Neuer et Thomas Müller. »

Les salaires et les frais de transfert du au club seront-ils plafonnés à l’avenir ?

Hainer : « Il y a une limite supérieure au FC Bayern et elle s’appelle « non économique ». Si cela devient non économique, nous ne le faisons plus. Mais on ne peut pas le dire à partir d’un seul chiffre. Si nous faisons appel à quatre acteurs, l’un coûte beaucoup et les autres à peine, alors nous avons quand même travaillé de manière très économique. Nous essaierons toujours de renforcer l’équipe afin qu’elle ait la chance de remporter les plus grands titres européens. Mais nous ne le ferons pas en nous appuyant sur la force financière et la rentabilité du FC Bayern Munich. »

Vous avez récemment confirmé que le FC Bayern s’attend à une perte d’environ 100 millions d’euros en raison du manque de recettes des spectateurs. Le compte de dépôt fixe de FC Bayern est-il menacé ?

Hainer : « Dieu merci, le FC Bayern a bien réussi économiquement dans le passé. Nous continuerons à le faire. Au cours du dernier exercice financier, nous avons déjà été touchés par la maladie de Corona et pourtant nous sortons probablement relativement indemnes de ces mois difficiles. Parce que nous disposons d’une base économique solide. C’est pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter du FC Bayern sur le plan financier. Nos succès sportifs nous aident également. Nous gagnons de nouveaux sponsors, malgré cette phase difficile. Nous pouvons supporter les circonstances actuelles pendant un certain temps. Mais pas pendant 20 ans…  Bien sûr, la crise de Corona nous touche aussi. »

Haaland comme successeur de Lewandowski ?
Hainer : « Erling Haaland est un très bon et jeune joueur qui a certainement encore beaucoup de potentiel »
Sport1 : Son contrat BVB expire en 2024, celui de Lewandowski en 2023.
Hainer : « (rires) bien essayé »
Le Bayern devrait-il commencer à réfléchir à un successeur à Lewandowski ?
Hainer : « Robert est sous contrat pour encore trois ans. Je suis convaincu que sa forme physique lui permettra de jouer au plus haut niveau pendant très longtemps, car il n’est pratiquement pas blessé et est constant depuis des années. Je ne peux pas dire aujourd’hui ce qui se passera dans trois ans. Au moment opportun, nous penserons certainement à un successeur à Robert Lewandowski. »
Joshua Kimmich sera-t-il un jour capitaine du Bayern Munich ?
Hainer : « Oui, cela pourrait arriver. Il s’est superbement développé non seulement en termes de football, mais aussi en termes de personnalité. Il incarne le gène du Bayern comme aucun autre. Il se bat jusqu’à la dernière seconde. Ce sont des vertus qui font un bon capitaine. »
A propos des contrats de Goretzka, Süle et Musiala (leur contrat expire en 2022) :
Hainer : « Nous avons une planification à court et à long terme et nous travaillons déjà sur l’équipe pour l’avenir. Jamal Musiala est un immense talent. Ce jeune homme est entré en jeu contre Leipzig et est allé jusqu’au bout à l’âge de 17 ans. »

Que pensez-vous de la nouvelle clé de distribution du DFL ?
Hainer : « Un juste compromis a été trouvé. Les plus petits clubs reçoivent plus d’argent. D’un autre côté, les grands clubs se sont retrouvés avec tellement d’argent qu’ils peuvent concourir au niveau international. Vous voulez également que les meilleurs clubs connaissent un succès international. Cela a un impact sur la Bundesliga. Bien que nous devions donner quelque chose, nous sommes satisfaits du résultat. »

Qui sera une menace pour le FC Bayern à long terme ?

Hainer : « Un triumvirat semble se dessiner en Bundesliga : Bayern, Dortmund et Leipzig. Leipzig dispose d’une équipe intéressante, qui fait du très bon travail et qui se constitue progressivement. Sur le plan international, nous affrontons le Real Madrid, Barcelone, Paris, la Juventus et les équipes anglaises. »

Comment évaluez-vous 2020 ?

Hainer : « C’était incroyablement mouvementé. D’une part, nous avons eu beaucoup de succès dans le sport. D’autre part, la pandémie a un impact sur notre société, notre coexistence et bien sûr sur le football. Même moi, à 66 ans, je n’ai jamais vécu cela. Ce défi n’est pas encore terminé. Nous jouons dans notre propre stade sans spectateurs depuis le 8 mars. Cela a un impact sur les revenus, la culture du football dans le stade et le comportement des supporters. »

A propos du jeune anglais Jamal Musiala (17 ans) :
Hainer : « Je n’ai aucune crainte avec Jamal Musiala. Il n’a même pas un soupçon d’excès de confiance. Il est juste heureux de jouer. Grâce à Hansi Flick, le FC Bayern lui donne déjà la possibilité de jouer au plus haut niveau. C’est vraiment bien de voir comment il se développe. »

Le FC Bayern a été le seul club de Bundesliga à ne pas avoir de supporters dans son propre stade depuis la reprise. Les exigences strictes du gouvernement bavarois vous dérangent-elles ?

Hainer : « En fin de compte, la santé des gens doit passer avant tout. Nous devons suivre les décisions politiques, et c’est ce que nous faisons, même si bien sûr nous aurions aimé avoir des spectateurs dans le stade à une ou deux reprises ces derniers mois. Il est difficile de dire quand nous pourons à nouveau attendre des spectateurs, d’autant plus que le nombre de cas porteurs du virus ne diminue pas actuellement comme nous l’aurions souhaité. Quand le moment sera venu, nous serons prêts : « Les clubs de football ont élaboré d’excellents concepts de santé et d’hygiène. »

Le Bayern participera t-il à la Coupe du monde des clubs au Qatar malgré la pandémie ?

Hainer : « Bien sûr. L’équipe et l’entraîneur sont déterminés à remporter le sixième titre. Le Président aussi, d’ailleurs. »

La source Sport1.de

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More