Interwiew de Jochen SAUER

Mr. Sauer, le 1er août, le campus du FC Bayern existera pendant exactement trois ans. Uli Hoeneß a déclaré lors de l’ouverture que l’académie pourrait être la « réponse à la folie des transferts » dans le football international. Si vous regardez les récents succès : Le FC Bayern a-t-il déjà trouvé la réponse ?

Jochen Sauer à propos du campus : Nous sommes sur une très bonne voie. Les joueurs sont maintenant à un niveau sportif plus élevé et plus stable grâce à l’amélioration des infrastructures et au travail sur le contenu ici sur le campus. De nombreux garçons peuvent maintenant s’entraîner avec l’équipe de Hansi Flick, certains d’entre eux ont fait leurs débuts en Bundesliga. Ils sont maintenant de bonnes alternatives d’équipe pour la période Corona surtout pour la saison à venir, où il y aura une énorme pression due au calendrier serré. Nous sommes fiers de l’évolution que prend Joshua Zirkzee, par exemple. Il a déjà apporté une petite contribution avec ses objectifs. En trois ans, nous nous sommes rapprochés du niveau de l’équipe professionnelle.

Dans quelle mesure Zirkzee et Alphonso Davies vous aident-ils en tant que modèles pour l’ensemble du département de la jeunesse ? :

« Il est toujours important pour les jeunes joueurs de leur montrer un plan de carrière. Nous pouvons maintenant donner des exemples concrets de la façon dont les choses peuvent monter.Pour cela, il n’est pas nécessaire de remonter aussi loin dans le temps jusqu’à Philipp Lahm ou Bastian Schweinsteiger. Davies et Zirkzee sont de grands modèles pour nos jeunes et une motivation supplémentaire. »

Sauer sur les transferts de joueurs juniors étrangers :

Nous observons les jeunes joueurs sur une plus longue période et créons ainsi une image claire. Les meilleurs talents européens, qui sont autorisés à signer un contrat avec nous dès l’âge de 16 ans, sont parfois repérés à l’âge de 14 ou 15 ans, de sorte que nous disposons en fin de compte d’un délai aussi long que possible pour former ces joueurs. Nos scouts et nos entraîneurs examinent de près les compétences des joueurs, mais pour moi, l’accent est également mis sur les facteurs non techniques : La personnalité du joueur nous convient-elle ? Son environnement familial est-il correct ? En fin de compte, nous discutons intensivement de chaque engagement et parvenons à une conclusion unanime. Il y a alors une plus grande probabilité de réussite. »

Sauer à propos du sentiment ressenti lorsque Zirkzee joue et marque avec les pros :

« Hermann Gerland m’a dit dans l’une de nos premières conversations que pour lui, c’est exactement ce qui fait l’attrait des joueurs jeune. Assis dans l’Allianz Arena, avec la sueur de la peur sur le front, je croise les doigts pour que les garçons de l’académie ne jouent pas une mauvaise passe décisive & se présentent bien. C’était déjà le cas pour lui avec Schweinsteiger. C’est la même chose pour moi. Lorsque nous recevons des éloges pour avoir amené un joueur jusqu’à ce point, cela pèse presque plus lourd que de remporter le titre. C’est certainement un grand sens de l’accomplissement. »

Sauer, si le système fonctionne uniquement avec un entraîneur-chef qui parie sur les jeunes :

« Absolument. Les jeunes talents ne peuvent réussir que si l’entraîneur professionnel a la confiance nécessaire et aussi le courage de donner une chance aux garçons. »

Hansi Flick a fait preuve de ce courage et a aidé 6 jeunes à faire leurs débuts lors de la dernière saison de Bundesliga. Cette constellation lui convient-elle ? :

« Il a travaillé pour l’équipe nationale pendant des années et a essayé d’élever la prochaine génération. Il a également été directeur sportif de la DFB, avec un accent sur le développement des joueurs. Les choses vont vraiment très bien en ce moment. Nos joueurs juniors voient qu’il y a une certaine perméabilité et qu’il y a toujours la possibilité de se présenter aux professionnels. L’étape suivante consiste alors non seulement à se faire remplacer, mais aussi à obtenir de plus en plus de temps de jeu.

Après 3 années, dont la première a été principalement consacrée au travail de développement et de familiarisation dans le nouvel environnement, vous ne pouvez certainement pas vous attendre à avoir trois joueurs réguliers de l’équipe de jeunes dans l’équipe professionnelle. Mais c’est là que nous voulons aller à moyen et long terme. »

Où le FC Bayern peut-il être placé dans une comparaison des divisions juniors nationales et internationales ?

Sauer : « En tout cas, au niveau national, ils occupent une position de pointe. Cela n’a pas été le cas pendant un certain temps. Si les U23 deviennent champions de Liga 3. et continuent de tirer des joueurs des U17/U19, cela témoigne d’un très bon développement. Sur le plan international, il y a certainement d’autres très bons endroits : le RB Salzbourg, les grands clubs français avec le PSG, le FC Barcelone, quelques clubs anglais. Ils travaillent également au plus haut niveau, mais nous pouvons les suivre maintenant.

Nous avons pu convaincre Jamal Musiala & Bright Arrey-Mbi, par exemple, qu’un chemin avec nous peut être plus attrayant qu’avec Chelsea. Je crois que nous faisons à nouveau partie d’un vaste groupe de tête en Europe dans le domaine des jeunes talents. C’est là que se trouve la place du FC Bayern. »

Sauer à propos du départ de Sebastian Hoeneß :

« Ça fait mal de perdre un entraîneur après une saison aussi réussie. De nombreux jeunes joueurs se sont développés de manière fantastique sous sa direction et nous aurions aimé poursuivre notre coopération. En même temps, nous nous rendons compte que c’est une chance énorme pour lui, en tant que jeune entraîneur, d’entrer en Bundesliga. C’est un peu une malédiction du succès. Hoffenheim est une bonne étape pour lui, il connaît toujours le club comme un joueur, l’environnement calme lui convient. »

Qui héritera de Sebastian Hoeneß en tant qu’entraîneur du FC Bayern II ? :

« La discussion interne est en cours, nous ne discutons pas des noms en public. Nous devons réfléchir attentivement à qui doit poursuivre le bon travail, à quoi doit ressembler le profil de l’entraîneur. Nous prenons le temps nécessaire. La qualité avant la vitesse. »

Sauer, combien il est important qu’un candidat ait joué/travaillé pour le FC Bayern ? :

« Il est plus facile de vivre & de comprendre la Bavière si vous avez joué ici. C’est pourquoi cela peut être un critère pour remplir tous les postes d’entraîneurs sur le campus, mais ce n’est pas le seul. Nous avons besoin d’un mélange sain d’entraîneurs qui étaient d’anciens professionnels, qui ont joué au plus haut niveau. En même temps, il est important d’avoir des entraîneurs qui s’engagent totalement dans le développement des jeunes talents, des entraîneurs qui sont garants de la continuité. »

Qu’espérez-vous pour les 3 prochaines années du point de vue des jeunes ?

Sauer : « La direction sportive a de plus en plus confiance dans la qualité des jeunes joueurs. Il serait gratifiant que les garçons qui sont au seuil du professionnalisme puissent devenir des joueurs réguliers. Je pense à Adrian Fein, que nous avons développé ici à partir des U10, qui était un joueur très important chez les U23 & qui est de retour en 1ème division après 2 ans de prêt. J’espère que lui et peut-être 2 ou 3 autres joueurs feront la percée chez les pros. »

 

La source abendzeitung-muenchen

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More