Le REALisme madrilène habituel (1-2)

On attendait CR7 ou Bjorn Kuipers, on aura finalement vu le REALisme madrilène hier soir.

On attendait CR7 ou Bjorn Kuipers, on aura finalement vu le REALisme madrilène hier soir. Optant pour une équipe résolument offensive, Jupp Heynckes avait confié les clés de la maison au seul Javi Matrinez. Une pluie d’occasions, notamment par Ribéry, meilleur homme du match… à 35 ans, mais 1 seul but marqué par un latéral (Kimmich). En face, du réalisme, et une capacité à ne pas montrer grand chose mais à être tout simplement meilleur au final, et ce sans l’aide de l’arbitre qui a refusé un but à CR7 qui; pour une fois sera resté muet.

Heynckes a du revoir ses plans dès la première 1/2 heure avec les sorties de Robben (8ème) et Boateng (34ème) pour raisons musculaires, ce dernier pouvant désormais manquer la CM en Russie… Au niveau des déceptions, citons Thiago très en deçà de ses performances domestiques mais surtout Lewandowski, incapable de peser dans un match à fort enjeu. Se repose immanquablement ce matin, le problème du niveau de la Bundesliga, les performances européennes bavaroises étant l’arbre qui cache la foret. On peut aussi s’interroger sur ces blessures à répétition (le Réal est lui toujours à effectif complet à ce stade de la saison)… Niveau top team, le Bayern semble décrocher et sa présence dans le dernier carré cette saison est aussi dûe à son parcours (Besiktas, Séville). Hier soir, il s’est frotté au très ahut niveau européen et cela s’est joué sur des détails comme souvent. Le Real l’a emporté, comme toujours…

Le Bayern n’a pas démérité, et la qualification reste possible, la Juve ayant montré la voie. Simplement, cela restera compliqué.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More