Que sont ils devenus ? Opus 9

Roy Makaay

Opus 9, comme son numéro (avant centre prolifique). Né en 1975, Roy Makaay a initié les intégrations néerlandais au FC Bayern, au même titre qu’un Arjen Robben quelques années plus tard.

Comment Roy Makaay, quasiment inconnu avant sa signature en Bavière, a t il posé ses valises à la Säbenerstrasse ? Sur un match (19 09 2002) où il inscrit un triplé face au Bayern, jouant alors au Déportivi la Corogne. Cette saison là, le Bayern terminera dernier de sa poule de C1, dans un groupe qui comprenait le RC Lens (1-1 à Bollaert et 3-3 à Munich), alors que le Bayern avait été sacré face au FC Valence (C1 2001, à l’époque des Kahn, Effenberg,, Liza et autres Sagnol).

Au prix de tractations fastidieuses, Roy Makkay signera au Bayern pour une somme record à l’époque (20 M€) et gagne le surnom de « das Phantom » (le fantôme) pour sa capacité à surgir quand on le l’attend pas/plus pour marquer.

En 2007, il rejoint le Feyenoord Rotterdam (Klose le remplacera à la pointe de l’attaque bavaroise), « de sa propre volonté » comme le précisera Rummenigge, 1 an avant le terme de son contrat avec Munich.

Avec le Bayern, il n’évoluera pas sur le période la plus faste du Bayern : 2 doublés 2005 & 2006 sous les ordres d’un Felix Magath qui sera pourtant licencié début 2007 alors qu’en 06 2006, Kalle Rummenigge parlait de faire signer un contrat « à vie » à l’ancien stratège du HSV.

Roy Makaay sera également soulier d’or européen en 2003 (entre 2003 et 2007, il marquera 103 buts pour 183 matches joués) et détient toujours le plus le plus rapide en C1 permettant au Bayern d’ouvrir le score face au Réal en 2007, après 10,26 secondes.

Depuis 2010 (fin de carrière au Feyenoord où il fini sur un hat-trick), Roy Makaay est entraineur des jeunes du Feyennord et il a actuellement la responsabilité des U21 après avoir géré les U19 2013-2015.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More