FCBayern-fr

Le Bayern assure l’essentiel avec du mieux…

Le Bayern a assuré l’essentiel : la victoire et les 3 points face à une séduisante équipe de Fribourg qui restait sur 7 matchs sans défaite dont 5 victoires de rang.

Après la piteuse élimination (qui n’est pas illogique non plus) en coupe face à Holstein Kiel (D2) aux tirs au but, les hommes d’Hansi Flick se devaient de réagir. Le coach bavarois faisait 6 changements par rapport à Kiel, avec Pavard, Boateng, Alaba, Goretzka, Coman et Lewandowski revenant dans le 11 de départ.

Devant faire face aux cadences infernales avec des matchs tous les 3 jours, Hansi Flick ne cesse de faire tourner son effectif. Ajoutés aux indisponibilités/blessures, Hansi Flick n’a jamais été en mesure d’aligner la même équipe 2 matchs de rang. Ces contraintes et aléas – ajoutés à la fatigue physique qui s’accumule – induisent un rendement de l’équipe très en deçà de ce que le groupe avait montré la saison dernière. Défensivement, les incessantes permutations contribuent à la fébrilité défensive de ce Bayern qui a encore encaissé un but hier.

Le Bayern l’emporte 2-1 après avoir globalement maîtrisé son sujet et des statistiques favorables : 60% de possession,  17 occasions (6 pour le SC Fribourg), 25 tirs (8) dont 9 cadrés (2), 10 tirs contrés (1), 14 corners (3) 1 arrêt (7).

Le Bayern débute idéalement dès la 6ème minute avec le 21ème but de l’inévitable Robert Lewandowski sur un superbe mouvement à 3, Gnabry pour Müller qui remise instantanément et sans contrôle pour Lewy (1-0). Ce sera le score à la pause. Fribourg, globalement solide défensivement mais quasi inoffensif, parviendra à recoller au tableau d’affichage à l’heure de jeu par un ancien bavarois Nils Petersen : sur un corner un joueur de Fribourg prend le dessus sur Pavard et prolonge la ballon devant Petersen qui marque d’une tête plongeante, Neuer repoussant le cuir qui était parfaitement rentré dans sa cage.

Les bavarois allaient pousser et reprenait un avantage décisif à la 74ème par Thomas Müller, servi par Sané. 2-1 score final : le Bayern fait une excellente opération comptable en profitant des nuls de Leipzig et Dortmund, Leverkusen ayant de nouveau perdu (1-0 à Union Berlin).

A noter la transversale de Lewandowski sur un centre de K Coman, et le tir de Petersen (encore lui) sur la transversale de Neuer à la 92ème… qui occasionnera une image du plus bel effet avec la chute de la neige accumulée sur la transversale…

Si le Bayern n’est pas (plus) aussi flamboyant qu’en 2020, il reste en tête de son championnat avec 4 points d’avance sur son dauphin Leipzig. En Angleterre, Liverpool est 4ème, en Italie la Juve est 7ème, le Réal est second en Espagne, alors que le PSG est en tête en France à égalité de points avec Lille… Les temps restent compliqués pour les grosses équipes.

Il y a du mieux, mais l’ensemble reste précaire et fragile.Le Bayern joue plus haut, certainement au regard des consignes d’un Hani Flick qui cherche à ménager son groupe, incapable de jouer comme l’an passé, avec un jeu particulièrement énergivore.

Benjamin Pavard a été solide, sobre et rassurant. Davies a confirmé son retour en forme et Boateng a assuré. Au milieu, Goretzka a fait son match, contrairement à Kimmich qui aura cette fois déçu (fautes techniques et mauvais choix). Lewandowski s’est démené sur tout le front de l’attaque quand les alliers ont pioché : Sané, en jouant plus simple, a su malgré tout faire quelques différences, alors que Gnabry a du rapidement quitté ses partenaires en étant remplacé par Coman (diagnostic rassurant, le joueur n’ayant que ces contractures musculaires). L’homme du match aura été incontestablement Thomas Müller, dans tous les bons coups dimanche.

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More