FCBayern-fr

La Bayern arrache un nul heureux à Salzburg (1-1)

Après la déconvenue face à Bochum, on attendait une réaction d’orgueil des hommes de Julian Nagelsmann. Si le technicien bavarois allait densifier son milieu récupérateur en associant Tolisso à Kimmich, Nagelsmann maintenait son schéma tactique avec une défense à 3 (Hernandez-Süle-Pavard) et 5 attaquants (Coman, Gnabry sur les ailes en piston),  Sané et Müller étant chargé d’animer le jeu offensif et servir Lewandowski en pointe.

La jeunesse, la fougue et l’envie des autrichiens aura eu raison de la tactique limite suicidaire de Julian Nagelsmann qui s’obstine avec une défense à 3 qui déséquilibre toute l’équipe.

Les absences n’expliquent pas tout : Davies manque cruellement, comme un Goretzka ce dernier pouvant toutefois  être pourtant parfaitement suppléé par un excellent Tolisso, l’absence de Manu Neuer est trop récente pour avoir un impact sur les 2 dernières sorties.

Le Bayern va moins bien depuis la reprise, c’est une évidence. Le match de Salzbourg a mis en évidence les choix tactiques hasardeux de Nagelsmann qui « bricole » pour pallier les absences. Upamécano est en difficulté, Richards manque d’expérience, Roca reste tendre, et Musialia jeune. Si on rajoute la méforme de Gnabry, on obtient la cocktail actuel qui ne rend plus ce Bayern injouable comme il l’était encore fin 2021.

N’oublions pas que le début de l’année a été « pollué » par le dossier Kimmich (gestion Covid), le départ de Süle et en ce moment les interrogations sur les prolongations de Lewandowski et Gnabry.

Mercredi, la Bayern a montré ses limites, surtout en première période. Si Sven Ulreich a été très bon (meilleur bavarois sur le terrain avec Coman), si Pavard a été impliqué et solide (il sauve la Bayern devant Adamu à la 80ème, et est à l’origine de l’égalisation), il ne faut pas oublier non plus le match complet de Coco Tolisso, sobre dans l’entrejeu et très précieux dans ses décalages.

A côté des bons élèves (n’oublions pas Kingsley Coman qui aura été très actif et la munichois le plus dangereux) citons les déceptions : Kimmich n’a pas eu son  rendement habituel en perdant de nombreux ballons, Sané aura été brouillon, Gnabry très faible et Lewandowski invisible. Difficile dans ces conditions d’espérer un résultat positif, le nul ramené d’Autriche étant en soi déjà une excellente performance, même si la règle du but marqué à l’extérieur ne compte plus : pour se qualifier en 1/4, le Bayern devra battre Salzbourg le 8 mars prochain.

Le RB Salzbourg a joué avec ses qualités et sa fougue, et le talent de sa jeunesse. C’était attendu, mais le Bayern a (trop) subi alors que tout était parfaitement prévisible au regard du style de jeu proné par l’autre jeune entraineur allemand du RB Salzbourg, M Jaissle.

Stats : 72% de possession FCB, 18 occasions (7 RBS), 22 tirs (11) dont 9 cadrés (6) 10 corners (5) 24 centres (9) 4 arrêts (8).

Le Bayern obtient donc  un nul flatteur dans les arrêts de jeu (90+4) par Coman suite à un centre de Pavard, idéalement prolongé de la tête par Müller que l’ancien parisien reprend du gauche… 1-1 et « King » Coman nouveau sauveur du FCB.

Mais ce nul permet aussi aux bavarois de boucler un 22ème déplacement sans défaite en LDC (17 victoires, 5 nuls), leur dernière défaite remontant au cuisant 3-0 de 09/2017 qui avait entrainé l’éviction de Carlo Ancelotti.

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :