On lance le Klassiker !

Pourquoi ? Simplement parce que le match de ce weekend n’est aucunement intéressant et que les nombreux commentaires (haineux, notamment en l’encontre de Kovac) ne feraient que relancer un débat fait de nombreuses fois.

À vrai dire, le résultat de ce weekend était prévisible. Rotations, formes aléatoires des internationaux, manque de rythme des remplaçants… tous les ingrédients étaient réunis pour nous offrir un bon gros nul et pour paraphraser Kovac « Nous n’avons pas su faire ce que nous avions prévu ».

L’avantage de ce match nul, c’est que le Bayern se retrouve plus que jamais dans l’obligation de gagner et donc avec un surcroît de pression sur les épaules.
La dramaturgie et la peur liées à la défaite dans ce Klassiker sont donc considérablement augmentées. C’est bon pour le spectacle, la Bundesliga et aussi pour le processus de reconstruction du Bayern Munich.

Les grandes manœuvres lancées par la direction, ce Klassiker permettra donc d’être LE GROS TEST pour cette équipe. Kovac devra donc sur ce match exploiter l’ensemble de ses capacités et ainsi prouver aux plus indécis qu’il peut être l’homme de la situation et de l’avenir. Pour citer Jürgen Klopp, il devra enfin « trouver le moyen de passer son discours et tirer les joueurs vers leur maximum ». Car oui il faut le reconnaître nous n’avons pas pu voir un schéma et des joueurs à fond en même temps cette saison.
Dans un second temps les joueurs seront eux-aussi, comme toujours, évalués. Certains devront se montrer car leur sort semble déjà scellé, si on accorde du crédit aux rumeurs récentes, et certains pour inscrire un peu plus leur nom dans la légende: Lewandowski.

Si l’on s’attarde sur le 9 Bavarois, il est particulièrement savoureux de l’imaginer passer la barre symbolique des 200 buts en Bundesliga dans un Klassiker décisif pour le titre et en plus comme chacun le sait contre son ancien club. Ce dernier point est un peu la cerise sur le gâteau plein de promesses.

Quoi qu’il arrive, ce match sera l’occasion de faire une première évaluation du travail restant à accomplir. Si certains déplorent la faiblesse du Bayern 2018/19, il est bon de se rappeler que cette équipe est en fin de cycle et que, malgré son incapacité a écraser la Bundesliga, elle aura au moins réussi à se créer une belle porte de sortie qui s’apparente un peu à un dernier baroud d’honneur.

Le grand dénouement se rapproche et, quoi qu’il arrive, soyons derrière l’équipe. Cette saison, nous devons plus que jamais démontrer que l’on peut être meilleurs que nos « meilleurs ennemis ». Si certains Borussen lisent ces lignes, comme pour mes confrères bavarois, je vous souhaites un très bon Klassiker !

Suivre la page facebook de Pack’mas Minga

%d blogueurs aiment cette page :