FCBayern-fr

Kolossal naufrage à Gladbach (5-0)

accident ou avertissement ?

Rien n’a fonctionné, tout a été de travers. Voilà comment on peut résumer la piteuse élimination du Bayern en 1/16 de finale de la DFB Pokal, déjà éliminé l’an passé au même stade de la compétition face au Holstein Kiel (Bulli 2).

Ce soir, aucun joueur n’est irréprochable si ce n’est peut être Manuel Neuer, qui ne pouvait rien sur les buts encaissés.

Mené 3-0 à la 21ème minute, avec un Dayot Upamécano qui aura illustré le naufrage collectif bavarois à lui tout seul, le Bayern s’est rendu rapidement la tache très compliquée. L’arrière central, en retard sur chaque ballon et incapable d’apprécier la trajectoire des ballons en profondeur aura sombré.

Si D Upamécano a été catastrophique, les 2 autres français ont failli, qu’il s’agisse d’Hernandez (fallait il le titulariser avec une préparation forcément compliquée avec ses déboires judiciaires ?) ou encore de Benjamin Pavard, souvent pris de vitesse, mal placé ou encore couvrant les attaquants adverses… Même Alphonso Davies a montré des signes de fébrilité inquiétants, avec de mauvais choix et une justesse technique défensive qui aura montré ses limites, sa vitesse ne permettant pas toujours de compenser.

Que dire des milieux ? incapables de tenir le cuir, qu’ils se nomment Kimmich (qui aura manqué de justesse) ou Goretzka (qui revenait tout juste dans le groupe) manquant lui de percussions: fallait il le titulariser ? ne fallait il pas lui préférer un Sabitzer ?

Devant, Lewandowski a été frustré de ballons, et quand il en a eu, il aura manqué de clairvoyance ou de justesse dans le dernier geste, seuls Sané et Gnabry auront essayé – timidement – de surnager et de jouer quelques notes de musique pendant que la Titanic sombrait. A noter que Lewandowski aurait pû être expulsé sur une très vilaine faute sur Koné (le polonais a marché sur le tibia du français), mais fort heureusement, il n’y avait pas de VAR à ce stade de la compétition.

Cette défaite est la plus cuisante du Bayern depuis celles de 1976 (0-7 à l’Olympiastadium face à Schalke 04) ou le 7-1 en Bundesliga le 9 décembre 1978  face du Fortuna Düsseldorf. Sauf qu’à cette époque, le Bayern était déclinant avec une fin de cycle douloureuse.

Plusieurs questions se posent ce soir: Upémacano n’aurait il pas dû sortir à la pause ? le joueur étant de toute évidence affecté moralement (il n’a que 23 ans, et il fêtait son anniversaire… ce soir…), Sabitzer aurait il du être aligné d’entrée ? Assurément le coaching de Toppmöller a failli (Julian Nagelsmann devait être en liaison avec son adjoint ?) et les changements opérés sont restés vains même si les bavarois ont été moins passifs  en seconde période, Tolisso voyant sa reprise claquée par Sommer sur la transversale.

Que se serait il passé avec Julian Nagelsmann à la préparation, à la causerie d’avant match, dans le vestiaire à la pause, ou sur le banc pour procéder en direct aux changements tactiques avec un contact direct avec son groupe ? On ne le saura jamais.

Les défenseurs bavarois ont ils montrés leurs limites ce soir ? dont on ne perçoit pas les lacunes lorsque le Bayern enfile les buts comme des perles ? Tous les défenseurs bavarois ont perdu leur duel ce soir et collectivement, il n’y avait ni mouvements ni solutions : un non mach dont il faudra analyser toutes les composantes.

Habituellement, c’est le Bayern qui inflige des punitions. Ce soir, c’est le Bayern qui a été puni, et de quelle manière ! S’agit il d’un accident ou d’un avertissement ? On le saura dans les prochains jours… Dans tous les cas, c’est la première fois que Mönchengladbach élimine le Bayern en coupe.

>>>> article L’equipe.fr :

Il faut croire que le Bayern Munich ne trouve plus la motivation pour la Coupe d’Allemagne. Pour la deuxième saison consécutive (la saison passée par Holstein Kiel, D2), le club munichois s’est en effet fait éliminer dès les seizièmes de finale. Cette fois, c’est même une déroute historique, puisque le Bayern, qui alignait pourtant son équipe type, s’est écroulé sur la pelouse du Borussia Mönchengladbach (0-5). Il ‘avait plus perdu avec un tel écart, toutes compétitions confondues depuis 1978 (7-1 contre le Fortuna Düsseldorf).

Manuel Neuer et ses coéquipiers ont été méconnaissables tout au long de la rencontre, notamment au cours des quarante cinq premières minutes, encaissant trois buts au bout de 21 minutes, tous inscrits par d’anciens joueurs de L1 avec l’ex-Toulousain Manu Koné qui a permis au Borussia d’ouvrir le score, avant que l’ancien Rennais Ramy Bensebaini ne signe un doublé (15e, 21e s.p.).

Rarement le Bayern aura été aussi inexistant, ne se créant pas la moindre occasion dangereuse avant la pause et guère plus convaincant au retour des vestiaires. Pendant ce temps, Breel Embolo s’est offert un doublé pour prolonger le cauchemar des Munichois.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :