FCBayern-fr

Superbe interview de Martin Demichelis (FC Bayern II) à Spox et Goal.

Monsieur Demichelis, former des joueurs ou les faire monter en grade : Qu’est-ce qui est le plus important pour la réserve du FC Bayern ? « Bien sûr, nous essayons de devenir champions. Mais la priorité est de développer des talents. Après la saison dernière, huit de nos joueurs sont devenus professionnels dans différents clubs. […]

Monsieur Demichelis, former des joueurs ou les faire monter en grade : Qu’est-ce qui est le plus important pour la réserve du FC Bayern ?
« Bien sûr, nous essayons de devenir champions. Mais la priorité est de développer des talents. Après la saison dernière, huit de nos joueurs sont devenus professionnels dans différents clubs. Je suis fier de cela. Pour moi, en tant qu’entraîneur, c’est un bon sentiment. Dans l’équipe actuelle aussi, nous avons des garçons intéressants. Mais nous devons être patients. Jusqu’à présent, nous avons certes marqué de bons points, mais nous n’avons pas encore joué aussi bien que je le souhaiterais. »
Après les départs de Nicolas Feldhahn et Maximilian Welzmüller, l’équipe ne compte plus qu’un seul vétéran, Timo Kern. Faut-il encore faire venir des joueurs expérimentés ? L’autre jour, Rico Strieder s’est proposé lors d’une interview à SPOX et GOAL.

Demichelis : « Non, sinon nous aurions pu faire venir Diego Contento par exemple. Il est actuellement sans club et s’est entraîné avec nous au printemps dernier. C’est une personne très sympathique et un bon joueur. Mais le club a une autre philosophie. Dans la réserve, nous misons encore plus qu’avant en priorité sur les jeunes talents. »

Vous suivez votre formation d’entraîneur en Italie. Pourquoi cela ? Et où en est-on ?

Demichelis : « J’ai joué en Argentine, en Allemagne, en Angleterre et en Espagne. Mais le football italien m’a toujours intéressé. L’Italie a des défenseurs exceptionnels. Les exercices d’entraînement les plus intéressants pour les défenseurs viennent d’Italie. Je voulais connaître cette culture du football. L’année dernière, j’ai passé trois jours par mois à l’école d’entraîneurs de Coverciano, suivis en juin de trois semaines intensives de huit heures par jour. Début septembre, je passerai mon examen final. »

On dit que l’Arminia Bielefeld s’est renseigné sur vous cet été. Quand souhaitez-vous travailler comme entraîneur principal d’une équipe première ?

Demichelis : « Mon contrat avec le FC Bayern court encore jusqu’à l’été prochain et j’ai beaucoup de plaisir à travailler ici. J’aurai bientôt ma licence UEFA Pro, ce qui me permettra d’entraîner une première équipe de football professionnel. Nous verrons bien quand cela se produira. »

Vous avez travaillé avec de nombreux grands entraîneurs au cours de votre carrière active. Qui vous a le plus inspiré ?

Demichelis : « Je suis reconnaissant d’avoir travaillé avec tout le monde. Si je devais parler de chaque entraîneur, nous serions assis ici pendant une semaine entière. Malheureusement, je n’ai jamais travaillé sous Pep Guardiola, mais je suis un grand fan de lui. Il a une influence énorme sur le football. On pourrait reconnaître une équipe de Guardiola indépendamment des maillots. »

Cela s’applique-t-il encore aux équipes d’un autre entraîneur ? 

Demichelis : «  Je reconnaîtrais aussi une équipe de Manuel Pellegrini avec d’autres maillots. J’ai travaillé avec lui à River Plate, au FC Malaga et à Manchester City. Il n’est pas seulement exceptionnel en tant qu’entraîneur, mais aussi en tant qu’homme. »

Dans quelle mesure vos échanges avec l’entraîneur professionnel Julian Nagelsmann sont-ils étroits ?
Demichelis : « Julian et son staff sont très ouverts et nous échangeons régulièrement. J’essaie d’assister à chaque séance d’entraînement de Julian. Si je n’ai pas le temps, je me procure la vidéo après. Julian est très intéressé par le fait de donner des chances à nos jeunes joueurs. Il connaît le prénom de chaque joueur U19 et de chaque joueur de réserve. Je trouve cela super. »
Comment fonctionne Nagelsmann en tant qu’entraîneur ?
Demichelis :« Je suis fasciné par son énergie. Il donne beaucoup d’ordres, mais s’engage aussi dans des discussions avec ses joueurs. Il veut moins de longues phases de possession de balle et plus de rapidité devant le but. »
La philosophie de jeu de l’actuel entraîneur professionnel du FC Bayern a-t-elle une influence sur votre travail et sur celui des entraîneurs de la relève ?
Demichelis :« Tous les entraîneurs du FC Bayern travaillent selon le même principe : nous sommes pour un football dominant. Chaque entraîneur peut choisir son propre système tactique. Beaucoup de nos adversaires de la ligue régionale ne jouent qu’avec de longs ballons. C’est peut-être la meilleure idée pour leurs équipes. Mais en tant qu’entraîneur de la réserve du Bayern, je ne peux pas jouer avec une telle tactique. Cela n’apporte rien au développement des garçons. »
Comment cela se passe-t-il lorsqu’un joueur de votre équipe s’entraîne avec les professionnels ?
Demichelis :« Parfois, Julian a besoin d’un joueur pour une position particulière. Parfois, un joueur peut se montrer en haut, indépendamment de sa position, après avoir montré de très bonnes performances avec nous. Nous décidons toujours ensemble. Avant le voyage aux États-Unis, nous lui avons par exemple proposé d’emmener David Herold. »
Gabriel Vidović, qui fait partie intégrante de l’équipe professionnelle depuis cet été, était également de la partie. Qu’est-ce qui le caractérise ?
Demichelis :« Gabi a des qualités footballistiques incroyables. Mais sa plus grande force est peut-être son caractère. Il a une mentalité incroyable. Une fois, on a demandé à Diego Simeone quel type de joueur il préférait et il a répondu : l’intelligent. Gabi est un garçon très intelligent, entouré de patience. Beaucoup de talents sont mis sous pression trop tôt par leurs parents, leurs amis, leurs conseillers ou leurs sponsors. Ce n’est pas le cas pour lui. C’est un jeune homme très terre à terre. »
Quelle est sa position idéale ?
Martin Demichelis :« Il est très flexible sur le plan offensif, il peut jouer sur les ailes et dans l’axe. Les joueurs intelligents comme lui peuvent s’adapter à tous les systèmes. »
Quelle est votre première impression de la nouvelle recrue très attendue, Lovro Zvonarek ?

Martin Demichelis : «  Il y a un an et demi, il était ici à l’essai. La manière dont il s’est développé entre-temps est super. Il s’est très vite intégré et parle déjà bien l’allemand. »

Dans un premier temps, les deux joueurs ne devraient pas avoir beaucoup d’opportunités chez les professionnels, la ligue régionale ne leur convient peut-être pas. Recommanderiez-vous le prêt de Vidovic et de Zvonarek ?
Demichelis : « Pour moi, nous ne sommes pas un club de ligue régionale, mais la deuxième équipe du FC Bayern. C’est différent. Nos talents peuvent s’entraîner sur le même terrain d’entraînement que les professionnels, parfois même avec eux. Ils peuvent régulièrement se mesurer à Joshua Kimmich, Leon Goretzka, Lucas Hernandez ou Dayot Upamecano. Philipp Lahm, David Alaba ou Toni Kroos n’ont percé dans notre première équipe qu’après leur prêt. Mais de manière générale, je pense que ces talents ne devraient pas quitter le FC Bayern trop tôt. »
Vous êtes arrivé au FC Bayern en 2003, à l’âge de 22 ans, en provenance de River Plate. Comment s’est effectué ce changement ?
Demichelis :« Mon conseiller de l’époque, Adrian de Vicente, avait joué pendant sa carrière active aux Grasshoppers de Zurich sous la direction d’Ottmar Hitzfeld. Les deux sont restés en contact et quand Ottmar était entraîneur du FC Bayern, mon conseiller m’a recommandé à lui. Pendant un an, un recruteur du FC Bayern est venu une fois par mois en Argentine pour m’observer. Comme tout le monde était convaincu, Karl-Heinz Rummenigge et Wolfgang Dremmler ont fait le voyage en novembre 2002. C’était un sentiment formidable de savoir que cette légende du football venait en Argentine uniquement pour moi. Mon conseiller m’en avait parlé deux jours avant. Jusqu’au match, il m’a appelé toutes les deux heures pour me demander : « Qu’as-tu mangé ? As-tu bien dormi ? Comment vas-tu ? ». »
Comment s’est déroulé le match ? 
Demichelis : « Nous avons gagné 4-0 contre le Racing Club et j’ai fait une bonne prestation. Une demi-heure après le coup de sifflet final, mon conseiller m’a dit que Rummenigge voulait me rencontrer le lendemain. Nous avons déjeuné ensemble et il m’a fait une offre. Deux semaines plus tard, je me suis envolé pour Munich pour passer la visite médicale et j’ai été transféré l’été suivant. »
En combien de temps vous êtes-vous acclimaté à Munich ?
Demichelis :« La première année a été difficile pour moi parce que je suis arrivé à Munich seul et sans famille. À River, j’avais joué avec des amis. Pas avec des connaissances, avec de vrais amis. Nous nous connaissions déjà en partie depuis l’académie. Après chaque entraînement, nous allions manger ensemble, nous dormions une ou deux heures et nous profitions ensuite de l’après-midi ensemble. Au FC Bayern, chacun rentrait seul chez lui après l’entraînement. »
Qu’est-ce qui vous a surpris en Allemagne ?

Demichelis :« Dans le bus, tous les joueurs jouaient souvent avec leur téléphone portable. À un moment donné, j’ai demandé à Claudio (Pizarro, ndlr) : « Qu’est-ce que vous faites ? » Il m’a répondu : « on écrit des SMS ». En Argentine, cela n’existait pas encore à l’époque, nous ne pouvions que téléphoner. »

Comment s’est passée votre première visite à l’Oktoberfest ?
Demichelis :« Quand j’ai grandi, mon père avait un magasin de boissons. Mais l’alcool ne m’a jamais intéressé. En fait, j’ai bu ma première bière ici, à Munich, à l’Oktoberfest. Tout le monde en a bu une. Je me suis donc dit que j’allais essayer moi aussi. Pour vous, en Bavière, boire de la bière fait partie de la culture. C’était difficile à comprendre pour moi au début. Lorsque j’ai atterri pour la première fois à Munich, il était six heures du matin – et j’ai vu à l’aéroport une dame d’environ 70 ans qui mangeait une saucisse blanche et buvait une bière. Je ne pouvais pas comprendre. »
Comment avez-vous vécu l’ambiance de l’Oktoberfest ?

Demichelis :« J’ai été enthousiasmé par l’ambiance. Tout le monde boit beaucoup de bière, fait la fête, mais presque tout le monde reste pacifique. En Argentine, une telle chose ne serait pas possible. »

Avez-vous dû aider votre père dans son entreprise de boissons quand vous étiez enfant et adolescent ?
Martin Demichelis :« Bien sûr, dès l’âge de 14 ans, je transportais des caisses de boissons. C’est à cette époque que j’ai appris une bonne attitude au travail. Mon père disait toujours : « On peut faire un travail mal ou bien, mais le temps reste le même. Alors fais-le bien ! » Je pense que c’est grâce à cela que j’ai pu devenir footballeur professionnel. Parallèlement, j’ai toujours vendu quelque chose pour gagner de l’argent afin d’acheter des chaussures de football ou des maillots : Des journaux, des glaces ou des œufs. »

Pendant votre période au FC Bayern, Uli Hoeness a été manager puis président. Comment l’avez-vous vécu ?

Demichelis :« Je n’ai jamais rencontré quelqu’un avec un plus grand cœur. Je pourrais raconter des milliers d’histoires à son sujet, mais il y en a une qui m’a particulièrement marqué. Après ma première défaite avec le FC Bayern, je voulais aller de la cabine au bus. Hoeness est alors arrivé et m’a dit que je devais d’abord signer quelques autographes aux fans. Je ne comprenais pas. En Argentine, si tu vas voir tes propres supporters après une défaite, tu te fais insulter. Mais il m’a encouragé à le faire, les fans étaient très contents, et j’ai survécu. » (rires).

La source Spox Goal

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :