Que sont ils devenus ? Opus 13

Sören Lerby

Né au Danemark, c’est pourtant aux Pays-Bas que Sören Lerby est formé. C’est, en effet, le célèbre Ajax Amsterdam qui peut se targuer d’avoir lancé le jeune Lerby. Polyvalent, il peut évoluer en milieu gauche, mais aussi en milieu relayeur. International à seulement 20 ans, il remporte cinq fois le championnat des Pays-Bas.

C’est ensuite vers l’Allemagne et le grand Bayern qu’il se dirige. Il y reste trois ans remportant deux fois la Bundesliga et une coupe d’Allemagne. Son séjour au Bayern sera étroitement lié à Udo Lattek (1983-1987 pour son second bail bavarois).

Site au départ de Paul Breitner (retraite), le board bavarois recheche un meneur de jeu talentueux et au fort tempérament et recrute le pépite Sören Lerby âgé de 25 ans. Il évoluera avec les Pfaff, Augenthaler et Matthäus sous les ordres de Lattek.

Indispensable, le joueur fera ce que peu de joueurs ont fait: il jouera 2 fois dans la même journée. En accord avec les dirigeants de la sélection des Pays Bas, Lerby veut aider sa sélection pour se qualifier à la coupe du Monde 1986 au Mexique. Il jouera 58 minutes à Dublin avec les Pays Bas (qui procède au changement, la victoire une fois assurée 1-3), Uli Hoeness piaffant d’impatience pour rapatrier son joueur. Une fois le changement effectué, Lerby quitte le terrain en courant, et se fera escorté par la police pour rejoindre l’aéroport. Lerby se reposera dans l’avion privé et dans la voiture d’Hoeness qui rejoindra Bochum à vive allure. Le danois n’arrivera à temps (et aussi par le biais du décalage horaire) qu’en sortant de la Porsche d’Hoeness bloquée dans les embouteillages de Bochum pour terminer les 2 derniers kilomètres le séparant du stade… le tout en courant… Lerby arrivera alors que les 2 équipes rentrent sur la pelouse. Il jouera la seconde mi-temps.

Le Bayern fera match nul 1-1 lui donnant le droit de rejouer le match à Munich cette fois pour l’emporter 2-0. Le Bayern remportera la coupe (5-2) face au VfB Stuttgart…

C’est enfin Stefan Kovacs alors entraîneur de l’AS Monaco qui le fait venir en France. Sur le rocher, Lerby ne remporte pas de titre, et déçoit par ses performances et son comportement. Il ne reste qu’une année. Il décide de retourner finir sa carrière dans son pays formateur. Néanmoins, c’est cette fois au PSV Eindhoven qu’il signe. Bonne pioche puisque dès sa première saison, il remporte la première ligue des champions de l’histoire du club, sa première victoire en coupe d’Europe.

Enfin, une dernière anecdote mérite d’être contée : la mère du joueur ayant une mauvaise vue, son fils jouait toujours sans protège tibias avec ses chaussettes baissées pour qu’elle puisse le reconnaitre à la télévision… Un autre monde.

Il reste comme un des meilleurs joueurs danois de tous les temps. Sa carrière de joueur terminée, il se lance dans une courte carrière d’entraîneur au Bayern qui sera sa seule et unique expérience d’octobre 1991 à mars 1992, succédant à Jupp Heynckes licencié. Il sera licencié à l’issue de résultats très décevants dont une piteuse élimination en coupe UEFA (2ème tour) contre sont ancien club de jeunesse le B 1903 qui écrasera les bavarois au Danemark (6-2) le Bayern ne l’emportant que 1-0 au retour.

Par la suite, il deviendra agent de joueur et vit toujours aux Pays Bas à Laren. Sa société ESSEL Sports Managements basée à Amsterdam gère (a géré) les intérêts de joueurs comme Wesley Sneijder, Rafael van der Vaart, et notamment deux anciens bavarois Danijel Pranjic ou encore Pierre-Emile Hojbjerg.

Article rédigé depuis différentes sources dont Wikipédia et des sites néerlandais et danois + Essel Sports Managements.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More